Sunday, June 29, 2008

ABU DHABI 2030









Comment passer d'un million à trois millions d'habitants en bâtissant une ville post-pétrole ? Tel est la question que s'est posée récemment le gouvernement d'Abu Dhabi. Les images ci-dessus sont quelques unes des réponses imaginées et tirées de Abu Dhabi 2030, véritable programme urbain pour les 20 ans à venir.

Sur le plan des illustrations et des solutions envisagées (métro, tram, bâtiments écolos ..) c'est pas très très original, mais cela montre que Abu Dhabi est engagé dans une formidable révolution urbaine, tentant de marier à la fois une forte croissance de population avec des ambitions plus ou moins écologiques. On n'est pas obligé de croire à tout cela, mais cela mérite d'être suivi, surtout que ce programme fait suite au déjà très ambitieux projet Masdar.

Et si demain la vile arabe redevenait un modèle urbain pour un monde toujours plus chaud ? Voir notamment .


Thursday, June 26, 2008

TROUBLANT

Que les attentas du 11 septembre aient sérieusement ébranlé les imaginaires américains et par contre-coup ceux de leur pop-culture, c'est une évidence. Il suffit de revoir ces deux affiches de Batman Begins pour le constater, avec l'image d'un super-héros dépassé par les événements et qui arrive trop tard, juste pour ramasser les morts.


On pouvait imaginer ce traumatisme un peu digéré, notamment au vu des teasers de Superman Returns, dans lesquels le ciel n'était plus perçu comme une menace. Un objet volant entre des tours n'annonçait plus forcément une catastrophe !!!

Et puis, patatras ...


Est-ce l'échec de la guerre du Golf ? Est-ce le désamour des américains pour leur président ? Est-ce la situation économique morose ? J'en sais rien. En tout cas, les affiches du dernier Batman, "The Dark Knight", sont quand même plus que troublantes.

On a beau nous prévenir d'un "welcome to a world without rules", on reste quand même perplexe par la représentation de la menace, et ce pour deux raisons. D'abord, parce que l'affiche semble nous dire que la menace c'est Batman, mais aussi - et surtout - car la représentation de cette menace fait très directement référence aux images prises quelques minutes après l'entrée du premier avion dans une des tours du World Trade Center.

On a beau savoir que, malgré son côté sombre, le méchant n'est pas notre chauve-sourie préférée et que tout cela fait partie d'un plan média diablement bien pensé (la preuve, ce post !), cette référence aussi grossière aux attentats me trouble. Pourquoi ? Peut-être parce que le "point noir" que l'on voit sur la photo du World Trade Center, n'est pas un homme qui vole, mais un homme qui tombe.

Tuesday, June 24, 2008

FUTUR TRAFFIC CONGESTION ?


Et si demain, dans des villes sans voiture, la congestion ressemblait à cela ?

Et si Central Park annonçait les futurs conflits de la mobilité douce ?

Lisez l'article du New York Magazine sur les nouveaux partages des espaces publics à l'aune des pratiques sportives.

On est loin de la mobilité fluide vantée par Nike


Reste que la course à pied sera toujours formidable un moyen de regarder la ville autrement.

Et si un jour les rues sont trop pleines, restera toujours la possibilité d'aller courir dans les musées.

Sunday, June 22, 2008

ET SI C'ÉTAIT A MOGADISCIO QUE TOUT AVAIT COMMENCÉ ?


Les photos ci-dessus sont extraites du très efficace film "Black Hawk Down" de Ridley Scott.

(...)"La plupart des grands penseurs des principaux think tank et instituts de relations internationales américains et européens n'ont toujours pas intégré les implications géopolitiques de la montée en puissance d'une "planète des bidonvilles". (...) De fait, en l'absence de tout paradigme fonctionnel, le Pentagone a développé sa propre perspective sur la pauvreté urbaine mondiale. La débâcle de Mogadiscio de 1993, où les milices des bidonvilles infligèrent 60 % de pertes (morts et bléssés) aux troupes d'élites des Army Rangers, força les théoriciens militaires à repenser ce qu'ils appellent, dans le jardin du Pentagone, les MOUT : "Military Operation on Urbanized Terrains" "(...)

(...)" Tous les corps d'armée se lancèrent alors, sous la coordination du Joint Urban OperationTraining Working Group, dans des stages d'entraînement intensifs pour maîtriser les techniques du combat de rue dans des conditions proches de celles des bidonvilles. La guerre du futur, peut-on lire dans la revue de l'Army War College, se jouera dans les rues, dans les égouts, dans les grattes ciel et dans les zones de logemements tentaculaires et anarchiques qui constituent les villes cassées de la planète"(...)

Les quelques lignes ci-dessus sont extraites du livre "Le Pire des mondes possibles" qui est la meilleur introduction au bouquin de Naomi Klein "La Statégie du Choc".


Deux livres qui vous permettront d'avoir un regard un peu décalé sur le futur de notre monde urbain, et qui rejoignent un certain nombre de nos questions et de nos analyses développées dans Wall City

ARE WE NEXT ?

Non les images ci-dessus ne sont pas tirées d'une assez improbable bande annonce pour le formidable livre de Jared Diamond, " Effondrement (Collapsus). Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie", mais du trailer réalisé par la chaîne ABC, pour son concours Earth 2100.

De quoi s'agit-il ? "In an unprecedented television and internet event, ABC News is asking you to help answer perhaps the most important question of our time — What will our world be like over the next one hundred years if we don’t act now to save our troubled planet? "

Dans le cadre d'une démarche très 2.0, ABC incite toutes les personnes intéressées à envoyer des vidéos sur leurs visions du futur. "We need you to bring this story to life — to use your imagination to create short videos about what it would be like to live through the next century if we stay on our current path. Using predictions from top experts, we will feed you detailed briefings from the years 2015, 2050, 2070 and 2100 — and you will report back about the dangers that are unfolding before your eyes.
Your videos will be combined with the projections of top scientists, historians, and economists to form a powerful web–based narrative about the perils of our future.
"

Ce concours d'idées réfléte bien l'état d'esprit de certains médias américains qui, aujourd'hui, tentent de façon très pragmatique d'imaginer à quoi ressemblera notre monde demain dans le cadre des mutations climatiques et énergétiques annoncées. (voir, entre autres, )

Dans la lignée des conclusions du bouquin de Jared Diamond , ABC ose espérer que tout ce travail pourrait - enfin - nous inciter à remettre à plat nos façons de penser notre développement, et notamment celui de nos villes, aujourd'hui basé sur des concepts totalement dépassées. (voir "Et si on avait tout faux ?")

Moi quand j'ai découvert le site d'ABC et ses images, je n'ai pu m'empêcher de repenser à cette affiche réalisée par Les Amis de la Terre pour soutenir René Rémond à l'élection présidentielle de ... 1974. Une affiche toute simple et complétement oubliée, mais aujourd'hui totalement d'actualité. (voir )

Friday, June 20, 2008

" IF I COULD DESIGN LONDON, I WOULD ... "





L'avenir de Londres est-il celui d'une ville dont les jardins et de nouveaux canaux formeraient la trame ? C'est en tout cas ce que suggère un certain nombre d'images tirées du concours d'idées "If i could design London, i would ...", dont les résultats viennent d'être révélés.

C'est pas forcément follement original, mais ces images montrent, une fois de plus, qu'aujourd'hui dans les pays développés les imaginaires urbains sont en total mutation et - surtout - en complète opposition avec les façons dont se fait la ville dans les pays en croissance accélérée, comme la Chine. Voir à ce sujet l'expo "Dans la ville chinoise", organisée par la Cité de l'Architecture à Paris. A la ville basse succède aujourd'hui une ville faite de tours et d'échangeurs, dont le moins qu'on puisse est que la convivialité n'est pas la valeur centrale. (Voir ci-dessous quelques photos prises à Guangzhou et Shanghaï)


Question : et demain cela donnera quoi ?

Peut-être, un début de réponse dans KM3. Excursion on capacity, l'excellent bouquin de MVRDV. Cela décoiffe et c'est terriblement stimulant ... car un peu inquiétant. Bref le total contraire des images londoniennes, trop vertes, trop belles.


Pour aller plus loin sur les nouvelles densités asiatiques, voir, aussi, notre Cahier BKK HK Street Levels.

Saturday, June 14, 2008

DE NIKE-CITY A DUBAÏ CITY-SPORT, EN PASSANT PAR ROTTERDAM

En 2004, les équipes de NikeLab proposait sur internet une clip donnant une vision décapante et onirique d'une ville conçue comme un enchevêtrement de pistes et de terrains de sports. (voir les image ci-dessus)

Si les images image relevaient de la science-fiction, la vision s'appuyait elle sur une réalité bien tangibles. A savoir que les villes, leurs rues et leurs parcs sont devenus un immense stade où se pratiquent de nombreux sports. (voir et , entre autres)

C'est d'ailleurs devenu l'un des positionnement clé et fort de la marque sur le plan publicitaire, que de toujours se mettre en scène en dehors des stades traditionnels, comme le montre ces images extraites d'un spot diffusé en Inde à l'occasion de la Coupe du Monde Cricket de 2007.

(voir le clip indien de Nike, - c'est très joyeusement foutrac à l'image du pays et de ses rues)

Cette idée que le sport est aujourd'hui partout dans la ville se traduit parfois sur le plan urbanistique par des propositions innovantes et capables de nous inciter à regarder le territoire urbain d'une autre façon. C'est en tout cas l'effet que m'avait fait cette proposition de stade installé au coeur de Manhattan, présenté une jeune équipe d'architectes lors de la Biennale de Venise de 2004.

Si je vous parle de cela aujourd'hui c'est que vient de s'ouvrir au Netherland Architure Institut de Rotterdam, un superbe expo intitulée NL 28 Olympic fire.

L'objet de l'expo est d'essayer d'imaginer les conséquences que pourraient avoir pour un pays comme la Hollande, l'organisation des jeux en 2028.

Les travaux présentés sont le fruit de la collaboration de Academy of Architecture Rotterdam et du Berlage Institute associé au cabinet MVRDV, jamais avare de visions prospectives décoiffantes. "They linked such themes as climate change, water management and energy production in various ways with solutions for stadiums, infrastructure and accommodation for athletes." Bref un travail très large qui aboutit à des propositions diablement stimulantes, comme celle ci-dessous, d'un mega-stade pluri-disciplinaires.

Je sais pas pour vous, mais moi, dès que j'ai découvert cette image, j'ai immédiatement fait le lien avec celles du plus grand cirque du monde, le Barnum Circus, dont l'une des particularités était d'offrir, grâce à son immense chapiteau, plusieurs spectacles en même temps sur trois pistes différentes.

Je me dispenserai ici de tout rapprochement entre jeux et cirque (les romains l'ont fait avant moi !) reste que cette image du Barnum, ne peut pas de ne pas être rapprochée de celle ci-dessous, qui est issue d'une des premières présentations faîtes par l'émir de Dubaï pour son projet de Dubaï Sport City.

Depuis le projet a évolué (heureusement !) et cette cité du sport devrait plutôt ressembler aux images ci-dessous. A vous de juger de la qualité urbaine et architecturale du projet.

J'ai juste, de mon côté, une petite question en voyant le grand stade : comment peut-on jouer au foot par 45° à l'ombre, température moyenne dans l'émirat ? Tout cela risque fort de finir en un vaste cauchemar climatisé, un peu à l'image du reste de la ville.

PS / A propos NL28 et de la montée des eaux
En visitant l'expo NL 28 qui aborde, entre autres, les conséquences d'une éventuelle montée des eaux sur l'organisation des JO en Hollande, j'ai été très surpris de ne pas retrouver ce superbe projet de BigFoot Floating Stadium qui avait été présenté lors de Flood, organisée à Rotterdam en 2005. Il y aurait eu, pourtant, toute sa place.