Wednesday, January 31, 2018

SHANGHAI FAST : AUTRES PARCOURS, AUTRES IMAGINAIRES

Quand Nike parle de mobilité à Shanghai, cela donne ce genre d'images - voir, .

Alors oui, c'est de la pub. 

Mais qu'importe. 

Cela donne surtout d'autres images, d'autres parcours, d'autres façons de penser le sport en ville et donc d'autres façons de penser la mobilité et l'architecture autour du corps en mouvement.

On est dans le prolongement "Et si le sport dévorait les immeubles ?"

On en reparle le 8 juin prochain lors de l'Atelier organisé autour de la question : "Et si les révolutions du sport entrainaient une véritable mutation urbaine ?"

Tuesday, January 30, 2018

... SAUF QUE T'AS PAS LE DROIT !!!


Tu aimerais bien pouvoir jouer au frisbee dans la rue ... sauf que t'as pas le droit, car tu pourrais blesser quelqu'un.

Tu aimerais bien pouvoir courir et sauter comme un dingue dans la rue ... sauf que t'as pas le droit, car les rues n'ont pas été pensées pour cela.

Tu aimerais pouvoir sauter entre les bâtiments ou sur les échafaudages ... sauf que t'as pas le droit car c'est privé et que c'est dangereux.

Tu aimerais bien pouvoir jouer au tennis dans la rue ... sauf que t'as pas le droit car une de tes balles risque de casser une vitrine.

Tu aimerais pouvoir faire le con avec ton BMX dans les recoins sans voiture de ta ville .. sauf que t'as pas le droit car tu risques de bousculer une vieille

Bref, t'aimerais bien que ta ville elle ressemble à la promesse fait par Nike en Chine - -, en Inde - -, en Corée - - ou dans les pays arabes - -, c'est à dire que ta ville devienne vraiment un terrain de jeux dans lequel tu pourrais faire plein d'activités sportives librement, quand tu veux, comme tu veux et avec qui tu veux.

Ben oui, t'aimerais que ta ville permette de développer une véritable mobilité active.

Ben oui... mais, non.

La ville et les rue ne sont pas faites pour toi.

Les villes et les rues sont faites pour les piétons connectés, les cyclistes pépères, les motards speedés et les automobilistes impatients, mais pas pour toi avec ton short, tes baskets et tes raquettes...

On en reparle beaucoup plus longuement le 8 juin prochain, .

Monday, January 29, 2018

QUAND NIKE KOREA ENRICHIT LA NOTION DE TRANS-SPORT ®

Quand Nike Korea propose sa vison de la mobilité active à l'occasion des JO d'hivers de PyeonChang, ça donne ce genre d'images issues d'un très réjouissant spot visible, .

Une vision qui, il faut le noter, intègre aussi le handisport avec du ski unijambiste prouvant que la mobilité sportive pourrait us amener à repenser  de façon radicalement nouvelle les liens entre motricité et handicap - voir .


On est avec ce film, au croisement de :
- "Et si la montagne nous aidait à penser autrement la ville et ses mobilités ?"

PS : Pour ceux qui s'intéressent au patinage comme outils de mobilité ultra-performante, il faut regarder le dernier spot Under Armor, .

Saturday, January 27, 2018

"ACTIVE TRANSPORTATION STREET DESIGNER", REFLET D'UNE RÉVOLUTION EN COURS ?

Et si les mutations du transport vers le trans-sports ® et de la mobilité vers la motri-cité ® aboutissaient à l'émergence de nouveaux métiers en matière d'urbanisme ?

C'était l'un des questions sous-jacentes de notre dernier Atelier - voir, "Et si l'on passait du transport aux trans-sports ?"

Ca sera forcément l'une des questions que nous aborderons lors de notre prochain Atelier du 8 juin prochain organisé sur le thème "Et si les mutations du sport devaient entraîner une véritable mutation urbaine ?"

Mais déjà apparaissent des éléments de réponses allant dans ce sens, et notamment cette petite annonce émise par une agence d'urbanisme d'Austin au Texas et dénichée par notre partenaire Patrick Roult de l'Insep, pour un poste de "Active Transportation Street Designer".

La description du poste - voir les détails,  - est clair : il s'agit ni plus ni moins de réinventer l'organisation des rues en imaginant un autre partage de la voirie que celui organisé depuis deux siècle autour d'une séparation hommes/machines. Un partage qui devient de plus en plus obsolète avec, entre autres, la montée en puissance des mobilités actives - voir ou .

Ce poste de Active Transportation Street Designer ressemble donc juste à un job en or pour toute personne rêvant de mettre concrètement en place une mobilité urbaine pensée autour du corps en mouvement et non plus seulement des machines en mouvement !

On est dans la lignée de la question "à quand des couloirs pour les coureurs ?"

Friday, January 26, 2018

ET SI LES RÉVOLUTIONS DU SPORT ENTRAINAIENT UNE VASTE MUTATION URBAINE ?


Le sport est partout.

Le sport a dévoré le monde .

Il n’est donc plus un monde à part.

Il irrigue des secteurs qui lui sont a priori très éloignés.

Il est devenu un mode de vie

Il est un des grands moteurs des imaginaires de ce début de XXI°siècle.

Ca veut dire quoi ?

Ca veut dire que la sport est devenu un phénomène total.

Ca veut qu’il est devenu un incontournable pour penser le monde.

Ca veut dire qu’il devient une des grilles de lecture forte pour penser notre civilisation.

Ca veut dire qu’il devient un incontournable pour penser les villes de demain.

Ca veut dire qu’il va devenir un acteur incontournable de la prospective urbaine.

Ca veut dire qu’il va falloir de plus en plus l’intégrer dans notre façon de penser l’habitat, le travail, la consommations, le transport, la santé, le corps …

Une fois que l’on a dit cela, reste à imaginer comment concrètement le sport va changer la ville demain.



On verra pourquoi penser sport, c’est penser :
- révolution de la mobilité
- révolution de l’industrie
- révolution de l’architecture
- révolution de l’urbanisme

Bref, on verra pourquoi le sport est devenu tout à la fois, une grille de lecture de la ville, un moteur de la prospective et de l'action urbaine.

Vous êtes tous les bienvenus - il suffit de s'inscrire :  contact@transit-city.com

Les Ateliers Transit-City ont lieu au Pavillon de l'Arsenal 
de 8h45 à 11h
21 Bd. Morland 75004 PARIS.

Thursday, January 25, 2018

DEMAIN POURRA-T-ON ENCORE SE DÉPLACER SANS DRONE ?

Des éléments de réponses sur la circulation automobile, .

D'autres éléments de réponses sur les mobilités douces et les conséquences architecturales que cela pourrait impliquer, .

Wednesday, January 24, 2018

ET SI ON REPENSAIT LA MOBILITÉ URBAINE AUTOUR DE LA NATATION ?

Pour prolonger les deux derniers posts consacrés à la nécessaire façon de penser autrement la mobilité urbaine du futur autour des enjeux du sport, de la santé et du bien-être - voir et -, je voulais avec notre partenaire Patrick Roult de l'Insep, vous inciter à jeter un coup d'oeil sur le projet de Lido Line imaginé pour les JO de 2012 à Londres - le projet, .

Une vison qui renvoie à la nécessité déjà évoqués plusieurs fois dans ce blog, d'intégrer les cours d'eau et les sports aquatiques pour imaginer les trans-sports ® de demain.

Voir sur ce thème :

Et pour rebondir sur les inondations qui touchent actuellement Paris - voir "Et si c'était le jour idéal pour penser autrement ?"

A partir de toutes ces questions et hypothèses, pourrait se dessiner une nouvelle cartographie des mobilités urbaine autour d'un individu en mouvement dans ou sur l'eau.

Cela conduirait aussi à inventer aussi de nouvelles escales urbaines, notamment autour de piscines d'un nouveau genre comme celle qu'imaginaient ci-dessous les promoteurs de la Lido Line.

Et pour ceux qui n'aiment pas nager mais adore patiner, pourrait aussi se développer sur ces nouveaux axes, des variantes glisse et patins comme illustrée ci-dessousUne variante très désirable mais malheureusement et très probablement devenue de plus en plus problématique du fait du réchauffement climatique. 

On reviendra sur cette mutation, lors de notre prochain Atelier Transit-City prévu le 8 juin 2018 autour de la question "Et si les mutations du sport devaient entraîner de véritables mutations urbaines ? "

Tuesday, January 23, 2018

ET SI ON CHANGEAIT DE CARTE MENTALE POUR PENSER LA MOBILITÉ DU GRAND PARIS ?

Pour prolonger mon précédent post - - sur la nécessité de penser autrement le Grand Paris Express au profit d'un vrai réseau de Trans-sports ® innovant, je voulais vous proposer de comparer les deux cartes ci-dessus.

Celle tout en haut est celle imaginée dans le cadre d'un concours imaginée pour repenser la mobilité à Londres lors des JO de 2012 - tous les détails sur cette Green Line, .

Celle en dessous, est celle désormais bien connue du Grand Paris Express.

Soyons clairs : ces cartes sont a priori incomparables. 

Elles ne recouvrent absolument pas les mêmes périmètres, l'une concerne l'hyper-centre londonien, l'autre le territoire francilien.

Elles n'ont pas non plus la même vocation, l'une concerne le transport mécanique, l'autre la mobilité active.

Alors pourquoi les comparer ?

Parce qu'elles portent des visions et des imaginaires totalement différents.

- l'une - celle du GPE - est celle d'un monde souterrain, fondée une approche datant du XIX° siècle - celle de la mécanique, du train et des gares.

- l'autre - celle de Londres - est celle d'un monde ouvert, fondé sur une approche du XXI° siècle c'est à dire sur celle celle du corps en mouvement, de la santé aboutissant à une nouvelle pensée de la rue et de ses aménagements.

Il suffit pour bien le comprendre de regarder les images ci-dessous qui permettent d'imaginer à quels types d'aménagements une vision trans-sports ® pourrait permettre ne serait-ce qu'en matière de vélo.

On sent à travers ces images - pourtant pas follement originales, il faut le reconnaitre - un souffle nouveau qu'est évidement incapable de porter les réponses mécanisistes du XIX° dont le GPE et le parangon.

On reviendra sur cette mutation, lors de notre prochain Atelier Transit-City prévu le 8 juin 2018 autour de la question "Et si les mutations du sport devaient entraîner de multiples mutations urbaines ?"

Monday, January 22, 2018

ET SI ON REPENSAIT LE GRAND PARIS À L'AUNE DU TRANS-SPORT® ?

Et si c'était une excellente nouvelle ?

Heureux hasard du calendrier.

Le jour où nous organisions notre Atelier Transit-City autour de la question "Et si on passait du transport aux trans-sports ® ?", la presse révélait ce que tout les décideurs savaient mais faisaient semblant d'ignorer, à savoir que le réseau de transport du Grand Paris ne sera jamais prêt pour les JO de 2024 - voir,  ou .

Évidement pour tous les acteurs institutionnels de la métropole et des Jeux cela ressemble à une catastrophe car va se poser la question très concrète de savoir comment on va transporter athlètes et spectateurs vers et entre les différents lieux.


Avoir imaginé un "Olympic Park" à l'échelle de la métropole parisienne alors que lors des précédentes éditions des JO, celui-ci était d'ordinaire plutôt compact, est une proposition originale et audacieuse mais la question des transports entre les sites prend alors une toute autre dimension, elle devient un élément critique de la réussite de Paris 2024.

Dans le cadre du conformisme ambiant en matière de prospective du transport, il ne faut pas s'étonner que certains parlent déjà de lignes de navettes électriques ... bref de solution imaginées pour Disneyland en 1960 !!!! On sent avec ce genre de proposition, une véritable pensée neuve en matière de mobilité et de transport (interdit de rigoler)

Nous chez Transit-City, on trouve que ce retard est plutôt une très bonne nouvelle.

Cela va obliger à réfléchir autrement et à sortir des réponses techniques du XIX° et du XX° siècle, pour - enfin - penser la mobilité et le transport autrement - .

C'est à dire arrêter de chercher des solutions dans la mécaniques et plutôt les rechercher dans le corps en mouvement.

Ca pourrait permettre de peut-être d'avoir enfin
- une vraie politique vélo
- une vraie politique pour les run-commuters -
- une vraie politique innovante du partage de la voirie autour de la notion de santé -
- une vraie politique du transport collectif pensée autour des nouveaux sports -
- une vraie politique du transport collectif pensée autour du sport -
- une vraie politique publique pensée avec les acteurs du sport -  
- une vraie politique autour de nouvelles escales urbaines - .

Bref, de remettre enfin à plat les approches traditionnelles de la mobilité urbaine afin de les axer autour de nouvelles approche santé et le bien-être - voir, .


Ou pour le dire autrement, une politique publique qui permettrait
- de passer de la mobilité à la motricité 
- de passer de la motri-cité à la motri-cité ®
et donc, en toute logique,
- du transport aux trans-sports ®

Cela supposerait en amont une vraie vision innovante de la mobilité, mais qui est totalement absente aujourd'hui dans les instances publiques.


Cela supposerait aussi de nouvelles façons d'analyser les territoires et les nouveaux imaginaires qui pourraient y être associés, comme la recherche du silence par exemple - voir, .


Cela supposerait de s'intéresser notamment un peu plus aux nouvelles cartographies de la mobilité urbaines, comme celles proposées par Strava - voir, .


Quand on confronte les cartes du Grand Paris Express et celle révélée par Strava sur la mobilité sportive - que nous avons estampillé Grand Paris Trans-sports ® - on comprend clairement qu'il y a largement de la place pour imaginer et developper un nouveau maillage du territoire autour d'équipements publiques offrant une véritable nouvelle offre de trans-sports.

Si on zoom sur la carte Strava autour des futurs équipements olympiques, on voit que ceux ci vont se construire dans des zones où les activités sportives et les mobilités actives (vélo, course à pied) sont très peu développées.

Dans ce contexte, on était en droit d'espérer que les JO de 2024 serait l'occasion de repenser la mobilité de cette zone avec des équipements publics de mobilité plus tournés vers la motricité.


Quand on constate sur la carte ci-dessous, que les pratiques sportives entre Paris et Saint Denis se résument à celle pratiquées dans les stades près du périphérique et de l'autoroute (les anneaux rouges), on se dit qu'il y a de l'espace et de la marge pour inventer de nouveaux parcours de mobilités sportives.

Ainsi nous, chez Transit-City on se prend à rêver de "pistes cyclables olympiques" qui viendraient se substituer aux traditionnelles "voies olympiques" voire de "running olympic ways" qui permettraient de relier chaque site olympique en courant...

On en reparle dès demain, et on y reviendra lors de notre prochain Atelier Transit-City prévu le 8 juin 2018 autour de la question "Et si les mutations du sport devaient entraînaient de véritables mutations urbaines ?"

Thursday, January 18, 2018

A CERTAIN VISION FOR TOMORROW

Le film avec les explications sur un possible avenir pour la baie de San Francisco, voir .


Et pour prolonger sur la possible émergence d'un Salty Urbansim mais cette fois-ci dans la version Miami, voir les images ci-desous et .

Deux travaux prospectifs qui viennent alimenter cette réflexion .