Wednesday, December 13, 2017

ET SI C'ÉTAIT LE VÉLO QUI PERMETTAIT DE REPENSER LA MOBILITÉ FLUVIALE ?

Le vélo a réinventé la voile il y a quelques mois - voir, .

Le vélo pourrait réinventer bientôt le bateau-mouche - voir, .

La pédale a, elle, permis de réinventer la planche et le kayak - voir, .

Dans ce contexte d'innovations pédalistiques, pourquoi ne pas imaginer que le vélo puisse réinventer la mobilité sportive et fluviale ?

Les machines existent - voir ou .

Reste plus que la volonté politique de certaines municipalités de repenser enfin leur fleuve comme des axes d'une nouvelle mobilité sportive.

Sur les nouvelles mobilités sportives qui pourraient se développer sur les cours d'eau traversant les villes, voir et .

On est aussi dans le prolongement de "Et si Hobie Cat devenait une marque d'une nouvelle mobilité fluviale ?"

Tuesday, December 12, 2017

ET SI ON S'INTÉRESSAIT À LA FAÇON DONT LES PÊCHEURS INNOVENT ?

Pour prolonger la réflexion du précédent post sur la mutation d'Hobie Cat autour de la pêche - voir, - il faut jeter un coup d'oeil, .

Ou quand la recherche de stabilité, aboutit à un nouveau type de bateau.

Ce post peut être vu comme le pendant de "Et si on s'intéressait à la façon dont les voileux innovent ?"

Monday, December 11, 2017

ET SI HOBIE CAT DEVENAIT LA MARQUE D'UNE NOUVELLE MOBILITÉ URBAINE ET FLUVIALE ?

Lorsque vous êtes un voileux passionné de catamaran (), une marque comme Hobie Cat a forcément dans votre esprit une image de vitesse, de plaisir et de sportivité - voir  et .

Quand fort de cet imaginaire, vous découvrez sur le stand Hobie du Nautic un seul voilier entouré de planches à pédales ou de kayaks destinés aux pécheurs, vous vous posez forcément quelques questions. Un peu comme si sur un stand Ferrari, vous découvriez des tondeuses à gazon.  Moi, ma réaction a été simple "Mais qu'est-ce qu'ils font ces cons ? Ils veulent tuer Hobie Cat ?

Passer le premier mouvement de surprise et d'énervement, j'ai pris un peu de temps pour regarder les produits exposés en essayant de mieux comprendre et, surtout, imaginer de quelles nouvelles pratiques ils étaient ou pourraient être porteurs dans les années à venir.

Le premier produit que j'ai regardé est la planche à pédale, qui, comme son nom l'indique, une planche actionnée par des pédales reliée à deux ailettes sous-marines qui, par leur mouvement, font avancer l'engin. C'est, min plus ni moins, le mariage d'un long board avec un stair master.

Bref, un produit nouveau et totalement hybride que l'on peut soit considérer comme un produit exotique sans beaucoup d'intérêt, soit au contraire, regarder un produit qui pourrait donner naissance à une nouvelle mobilité urbano-fluviale.

Cette planche à pédale pourrait, en effet, s'inscrire dans la lignée du paddle - voir, "Vers un paddle Mobility ?"- ou de cess nouveaux engins à foils qui apparaissent depuis quelques mois et qui permettent d'imaginer de nouvelles façons de se déplacer en ville - voir, "Et si c'était cela la mobilité sur la Seine demain ?"

Cette planche pourrait, donc, renvoyer à deux questions :
- et si la planche à pédale était le jogging du futur ?
- et si la planche à pédale devenait demain un vrai moyen de trans-sport ?

Des questions qui prolongent "Mobilité fluviale : et si on passait de la passivité à la sportivité ?"

Mais aussi, et surtout, des questions qui s'inscrivent dans la réflexion plus globale que nous menons actuellement "Du transport aux trans-sports ® : et si les nouveaux sports nous permettaient pensera autrement la mobilité de demain ?"

L'exercice que j'ai fait sur la planche pédale, je l'ai, évidemment, répété sur les kayaks de pêcheurs proposés par Hobie. 

Des produits a priori très éloignés de mes imaginaires et mes pratiques (je déteste la pèche), mais qui grâce à leur système dit Miragedrive 180°  permettent d'avancer non plus en pagayant ... mais en pédalant. Ce qui veut dire, avancer sur l'eau de façon sportive en ayant les mains libres, ce qui n'est pas un moindre exploit.

Et là encore, on peut se poser la question :
- pourquoi ces kayaks ne deviendraient-ils pas des moyens de transports urbains ?
- pourquoi demain ces kayaks ne seraient-ils pas en libre service ? Pourquoi ne pas imaginer des Kayak'Lib ?

L'autre grand intérêt des kayaks de pécheurs proposés par Hobie - voir, , entre autres - est leur modularité et le nombre d'équipements, et notamment de rangement, que l'on peut y ajouter - voir le catalogue, .

On a avec ces kayaks, non plus un kayak traditionnel - voir "le kayak inuit comme modèle ?" - mais bien un nouveau types de bateau. Nouveau dans sa façon d'avancer grâce aux pédales, mais aussi nouveau dans sa capacité à évoluer via ses équipements nombreux dont des coques additionnelles. 


Et c'est là qu'après presque une heure passé sur le stand Hobie du Nautic, je me suis simplement osé deux questions :
- "Et si demain Hobie devenait une marque de mobilité urbaine ?"
- "Et si demain le paddle devenait un moyen de trans-sport ® urbain ?"
- "Et si demain le kayak devenait un vrai moyen de trans-sport ® urbain ?"

On en reparle le 19 janvier prochain, à l'occasion de notre Atelier "Et si les nouveaux sports nous permettaient de penser autrement la mobilité de demain ?"

En attendant, voir : "Le paddle : le footing du futur ?"

Sunday, December 10, 2017

Wednesday, December 06, 2017

VERS UNE BOING MOBILITY ?

Pour prolonger mon précédent post - "quand Honda imagine les J.O. de 2060" - sur la tournure que pourrait prendre le sport et plus particulièrement la course avec l'apparition de nouvelles prothèses faisant de nous des super-héros capables d'affronter tous les obstacles, je voulais ci-dessus vous proposer  cette ancienne pub de Nike.

On y voit quoi ? 

Une chose toute simple : la promesse qu'une chaussure nous permettra de nous déplacer autrement que simplement ... en marchant. 

Soit exactement ce que nous promettent les designers d'Honda, .

Soit exactement ce que la culture du jeu vidéo nous permet de faire depuis plusieurs années avec Super-Mario ou Assassin's Creed.


Soit exactement, aussi, ce que Nike nous promettait il y a quelques années en s'inspirant des jeux vidéo- voir, et .

Si, donc, le saut appartient tellement à notre nouvelle imaginaire urbano-sportivo-ludique, comment s'étonner que l'équipementier américain lance ces jours-ci  une nouvelle Nike Shox Cravity (image ci-dessous) sous le titre "The Boing is Back" ?


Tout l'argumentaire et les explications de Nike - voir, - sont basés sur l'idée que le "boing" reste un idéal. 



Un idéal de saut et de rebond synonyme de vitesse et de performance que valident d'une certaine façon, les running d'Enko, mais aussi et surtout les Jumping Stilts ou les Bionic Boots qui promettent, ni plus ni moins, de pouvoir être "the fastes man on the hearth"

Et là on ne peut qu'être tenté de se replonger dans "quand Honda imagine les J.O. de 2060", pour se demander s'il faudra vraiment tendre 2060 pour que devenions tous des "individus sautants" aboutissant à une "Boing Mobility" ?

On en reparle le 19 janvier prochain, à l'occasion de notre Atelier "Et si les nouveaux sports nous permettaient de penser autrement la mobilité de demain ?"

Monday, December 04, 2017

TRANS-SPORTS ® : QUAND HONDA IMAGINE LES J.O. DE 2060 À L.A.


Comme lors de chacune de ses éditions, le L.A. Autoshow vient d'organiser avec des designers de constructeurs automobiles, un concours sur la mobilité du futur.  C'est souvent l'occasion d'y piquer des pistes stimulantes - voir  ou   

Cette année le thème est "Comment imaginer l'accueil des J.O de 2060 à Los Angeles ?", avec un focus plus particulier sur les mariages possibles entre sport, mobilité et nouvelles technologies.

Parmi les réponses proposées - voir les réponses,  - une m'a particulièrement plus et intéressé.
C'est celle proposée par l'équipe de Honda dont les images illustrent ce post.


L'équipes de Honda contrairement aux autres équipes n'ont pas simplement répondu voitures autonomes et drones, elles a répondu en proposant une nouvelle façon de penser et de faire du sport sous le double prisme de
- la mutation du corps 
et de
- la nécessité de renouveler les compétitions sportives traditionnelles, notamment en matière d'athlétisme et de natation.

On retrouve dans le film de Honda, un certain nombre de préoccupations et de réflexions que nous développons au sein de Transit-City depuis plusieurs années

D'abord sur les évolutions des corps et des sports :
"C'est quoi demain un corps humain ?"
"C'est quoi penser la performance sportive ?"
"Et si le sport dévorait le monde ?" au cours duque fut présenter "Les 5 temps du sport, du corps ... et de la performance


On retrouve aussi dans les images de Honda, un certain nombre d'évolutions que nous avions identifié depuis quelques temps, notamment dans le cadre de notre recherche "New Prothèses"

- "A quoi ressembleront nos futures prothèses ?"
- "Chaussure/prothèses : ca sera quoi demain la performance ?"
- "La prothèse comme idéal de mobilité performante ... et sexy ?"
- "La prothèse comme un truc bandant et excitant ?"


On retrouve chez Honda, et c'est tout sauf étonnant, certaines des grandes obsessions contemporaines japonaises par rapport au corps augmenté et aux exosquelettes - voir :  "Et si pour les japonais, la roue n'était qu'une parenthèse ?"


L'autre grande influence à noter, est celle des sports de montagne et des nouveaux rapports à la technique et à la ville que suscitent certains d'entre eux :
- "Avant c'était les mécaniques qui allaient de plus en plus vite"
- "Et si le ski n'était plus associé à la neige ?"
- "Et si le ski n'était plus associé à la montagne ?"
- "Et si le ski remplaçait le skate ?"
- "Et si la montagne nous permettait de penser autrement la ville et ses mobilités ?"



Enfin, la vision de Honda est aussi à mettre en écho avec tout le travail que déploie plusieurs années Red Bull pour totalement renouveler les rapports "sport / ville / performance / spectacle" - voir :

Èvidement tout cela est à mettre au prisme des réflexions que nous développons notamment avec Patrick Roult de l'Insep, sur la façon dont les sports vont changer nos pensées sur la mobilité demain.

- "Et si demain nous pratiquions la ville comme un sport ?"