Friday, February 16, 2018

POURQUOI C'EST NORMAL QUE NIKE ET TOYOTA DISENT LA MÊME CHOSE

Les images de ce bébé sans jambe et avec un demi-bras sont tirées d'un spot Toyota diffusé actuellement aux États-Unis - .

Les images de cette cycliste handicapée viennent d'un tout nouveau spot Nike - .

Les images de ce basketteur en chaise roulante et celles de cet handicapé descendant les marches, sont, elles, issues d'un spot Toyota diffusé actuellement dans le monde entier - .

On voit quoi dans ces images ?

Des corps diminués.

Donc des corps qui n'ont, longtemps, pas intéressés les équipementiers sportifs ou les constructeurs automobiles.

Car longtemps "corps diminué = mobilité entravée et laborieuse".

Pour vendre une basket, on mettait jamais en scène un amputé.

Pour vendre une voiture, on mettait pas en scène un paralysé.

Ces gens là, on les cachait.

Depuis quelques années cela avait commencé à changer, mais à la marge.

Aujourd'hui, on a besoin d'eux.

On a besoin d'eux pour raconter de nouvelles histoires.

Une nouvelle histoire sur le sport

Une nouvelle histoire sur la mobilité.

Ces spots sont donc aussi les symboles de la fin de deux histoires aujourd'hui dépassées.

Celle de la voiture traditionnelle comme réponse aux nouvelles demandes de mobilité.

Celle de la fin du corps normal comme condition nécessaire pour faire du sport et être performant.

Et c'est pour cela que Nike et Toyota disent la même chose.

Car ils disent tous les deux que si les XIX° et XX° siècles ont été les siècles de la mécanique, le XXI° sera celui du corps en mouvement.

Et que cela va nous obliger à penser la mobilité radicalement différemment et notamment sous l'angle de la motricité.

Thursday, February 15, 2018

ET S'IL FALLAIT PENSER LA MOBILITÉ LONDONIENNE SOUS CET ANGLE ?

Quand Nike tente de se reconnecter avec la jeunesse de Londres en lui proposant une réjouissante et ludique vision de leur quotidien et de leur mobilités, ça donne cela.

 et , les questions que peuvent poser ce film.

Next step ? , certainement.

Et sur la créativité londonienne en matière de trans-sport ®, voir et .

Wednesday, February 14, 2018

ET SI LE JOGGING STROLLER SERVAIT À DÉMARRER UNE NOUVELLE HISTOIRE ?

Pour prolonger mon précédent post sur la volonté de Toyota de vouloir développer une mobilité pour tous autour de nouveaux objets, je voulais revenir sur un objet étrangement et très régulièrement oublié, le jogging stroller.

Une poussette pour parents-coureurs certes peu utilisée en dehors des pays anglo-saxons, mais qui existe bel et bien et qui, me semble-t-il, est potentiellement porteuse d'un autre imaginaire que celui de seulement trimbaler des gamins en courant. 

En effet, quand on constate depuis plusieurs années le succès des bagages à roulettes ou le grand retour du caddie de grand-mère en version deux, quatre ou six roues, je me dit qu'il y a forcément de la place pour inventer un nouveau produit pour transporter des choses ou des gens de façon souple, confortable et sportive en phase avec les nouvelles pratiques urbaines.

La diversité de ces engins, leur légèreté, leur modularité et leur facilité d'utilisation (voir ci-dessous et ) montrent combien ces poussettes peuvent être sources d'idées et de nouvelles pistes pour penser la mobilité sur roulettes de demain.



Quand on voit la créativité développée depuis quelques années autour de la mobilité pour les handicapés -  voir, "Et si le handicap était une formidable source d'innovation ?" et "Et si le handicap permettait de penser autrement la mobilité ?" - on se dit qu'il n'y a aucune raison pour que la mobilité des bébés et des très jeunes enfants ne génère pas la même créativité.

Il y a certainement dans le jogging stroller un nouveau produit de trans-sport ® à inventer et donc une vraie réflexion à développer.

On y revient très vite

Tuesday, February 13, 2018

QUAND TOYOTA TENTE DE RACONTER UNE AUTRE HISTOIRE

A l'occasion des J.O. d'hivers dont il est l'un de sponsor, Toyota diffuse actuellement dans une certain nombre de pays, une série de spots de pub autour du sport et de sa nouvelle signature "Start the impossible". Selon les pays, les athlètes changent ( ou ), mais la fin du spot est toujours la même, et c'est elle qui nous intéresse.

Elle nous intéresse car elle est un excellent reflet de la façon dont les japonais pensent la mobilité

On retrouve, dans ces images, la vision très japonaise de penser la mobilité quotidienne "entre robots et fauteuils roulants".


On sent à travers ces images, l'idée de vouloir développer une alternative à la voiture traditionnelle autour d'objets plus légers et plus adaptés aux villes d'aujourd'hui.

Une mobilité qui serait pensée autour du corps plutôt qu'autour d'un objet lourd, pesant et donc forcément trop encombrant.

On sent que pour Toyota la voiture n'est qu'une des solutions, mais certainement pas LA solution.

Sur ce changement de regard et d'ambition, il faut lire "Toyota premiers powerful first Olympic and Paralympic television commercial as is transition from automobile to mobility company"


La variante fictionelle de ces visions donnait récemment "Quand Honda réinvente les Jeux de 2060" (image ci-dessous)


Ce qui renvoie une fois de plus à cette grande question "Et si pour les Japonais, la roue n'était qu'une parenthèse ?

Monday, February 12, 2018

LE TRANS-SPORT ® : UNE GALÈRE OU UNE REMISE EN FORME PERMANENTE ?

Développée par Transit-City, la notion de trans-sport ® a une vocation simple : inciter à réfléchir à la mobilité et au transport sous l'angle de la mobilité active et de la motricité.

Dis autrement : réfléchir aux transports (moyens mécaniques) sous l'angle du corps en mouvement, de la motricité et de la santé.

C'est donc a priori, une vision généreuse et positive du mouvement et de l'effort physique.

Mais cette notion de trans-sport ® peut aussi être vue sous son angle négatif : à savoir que déjà pour des millions de personnes, le transport est déjà une course quotidienne très loin d'être bien vécue.

Une excellente illustration de cette approche négative du transport pourrait être le tout récent spot d'une compagnie thaïlandaise d'assurance intitulé "Thank you Thailand for keeping us fit !" - visible .

Un spot habile et plein d'humour puisqu'il explique, ni plus ni moins, que la galère des transports est en fait une véritable chance qui permet de rester en forme... et donc, en l'occurence, de pouvoir profiter de l'escompte de l'assurance santé "SMK Fit".

Évidement je doute que tout le monde apprécie cette approche.

Moi, je retiendrai de ce spot, le discours qui pourrait se développer au quotidien en faveur d'une mobilité active mieux vécue, choisie et surtout réfléchie plus en amont avec les équipements adéquats - voir, .

On est entre "Et si le run-commuting devenait... " et "Et si Mizumo faisait le boulot de la sécu ?"

Cela renvoie aussi à "Et si on changeait de carte mentale pour penser... "

Saturday, February 10, 2018

ET SI LES VOITURIERS ÉTAIENT DES ATHLÈTES ?

Et si les professionnel du transport étaient des athlètes ?

Cette question n'a traversé l'esprit en lisant  "Parking for Gold", un reportage sur qui se présente comme les "jeux olympiques des voituriers".

Ce challenge se compose de quatre épreuves chronométrées :
- la "Key Box Challenge" visant à gérer au mieux un trousseau de clé lors d'un parcours avec des box,
- la "Luggage Load" visant à charger au mieux et au plus vite des bagages dans une voiture,
la "Precision Parking" qui consiste en un exercice de conduite de précision à haute vitesse,
la "Valet Relay", exercice de retenue, chaque voiturier devant accomplir un parcours dans un parking sans dépasser 15 km/h.

On peut penser ce qu'on veut de ces épreuve, là n'est pas question.

Moi, ce qui m'intéresse dans cette complétionc'est la possibilité de donner une autre dimension à la notion de trans-sports ®. 

- Jusque-là, à Transit-City, nous avons surtout nourri ce concept de trans-sports ® à travers les gens qui se déplacent

- Avec cette compétition de voituriers, on comprends qu'on pourraient aussi appliquer cette notion trans-sports ® aux professionnels du transport.

C'est à dire que l'ensemble du secteur du secteur - client et professionnel - qui pourraient être repensé à l'aune de cette notion.

Notre dernier post en était déjà, d'une certaine façon l'illustration, avec l'hypothèse que ceux que l'on appelait à une certaine époque les pompistes pourraient devenir un jour des moniteurs de sports - "Et si Reebok transformait les stations service en complexes sportifs ?"

On reviendra sur cette mutation le 18 mai prochain, .

PS : Et pour ceux qui voudraient avoir une petite idée du côté sportif et exigeant du métier de voiturier, il faut regarder "Mission Valet" sur GTA V - vidéo  et .

Friday, February 09, 2018

ET SI REEBOK TRANSFORMAIT LES STATIONS SERVICE EN COMPLEXES SPORTIFS ?


Dans le prolongement de nos précédents posts sur la mutation du transport en trans-sports ®, je voulais attirer votre attention sur la récente initiative de Reebok de réfléchir sur la mutation des stations services en salle de sport à l'horizon 2030 - les détails, .

Une initiative qui renvoie à notre récent "Et pourquoi l'autoroute ne serait-il pas une piste d'athlétisme ?" sur le statut possible des routes demain comme espace de circulation sportive.

Une initiative qui renvoie aussi à la façon dont les équipementiers pensent leur avenir comme partenaires des nouvelles mobilité active - voir "Et si Adidas devenait une entreprise de trans-sport ® ?"

Ces propositions de Reebok sont aussi une confirmation à notre hypothèse "Et si tout était prêt pour que cela bascule plus vite qu'on ne l'imagine ?"


On est avec ce genre de vision dans la lignée de notre question concernant les stations service  "De la performance technique à la performance physique ?"

De spécialistes de la mécanique, les "garagistes" deviendraient des spécialistes du corps ! 

Voir : "Quand le corps remplace les machines".

On en reparlera évidement le 18 mai prochain, .

Wednesday, February 07, 2018

ET SI ON S'INSPIRAIT DES MILITAIRES FINLANDAIS ?

Le nord de la France est sous la neige.

Et donc le nord de la France circule mal.

Et le nord de la France circule mal, car il est persuadé que face à la neige, la technique et la mécanique seront la solution.

Sauf que non. 

Les voitures avancent mal dans la neige et sur le verglas.

Les trains fonctionnent mal eux aussi dans la neige et sur le verglas.

Bref, dans la neige et sur le verglas, les réponses mécaniques classiques et habituelles ne marchent pas.

Dans ces conditions, comment repenser le "trans-sport ® collectif" en temps de neige, c'est à dire comment imaginer une nouvelle mobilité active quand les transports mécaniques sont bloqués ?

Et si pour imaginer ce à quoi pourrait ressembler ce "trans-sport ® collectif", il fallait, une fois de plus,  se tourner vers les militaires ? 

Ils ont souvent de très bonnes idées et savent très bien utiliser les vieille recettes qui ont fait leurs preuves - voir, .

Et si, en l'espèce, on regardait plus particulièrement les armées nordiques et notamment celle d'un pays comme la Finlande ?

Et si on regardait - voir s'inspirait - des solutions développées par l'armée finlandaise pendant le deuxième guerre mondiale pour transporter des centaines de personnes dans la neige de façon efficace, silencieuse, non polluante et ... sportive ?

Pour approfondir la réflexion, vous invite à jeter un coup d'oeil sur "Red Dawn in Lapland" dont est tirée la photo en début de ce post.

Si depuis les années 40, les tenues ont évoluées, la réponse est toujours même : quand il neige, le ski reste la meilleurs solution, même par terrain.

Les Marines américains l'ont eux aussi très bien intégré quand ils partent dans les régions arctiques - voir les images ci-dessous et les explications, .

Bon OK, la tenue n'est pas forcément affriolante pour ceux qui aiment les couleurs flash, mais ça reste une autre vision du transport collectif qui mériterait peut-être d'être réfléchie.

Et à ceux qui seraient dubitatifs sur cette version, je voudrai juste leur rappeler qu'avant de servir à descenderies pistes, le ski fut un véritable moyen de trans-sport ® sur terrain plat pendant des centaines d'années.

Ci-dessus, une image tirée de la très belle et passionnante présentation faite par Pierre-Louis Roy lors de l'Atelier Transit-City organisé autour de la question "Et si la montagne nous aidait à penser autrement la ville et ses mobilités ?