Friday, January 18, 2019

WHAT CAN BE DONE WITH FREEWAY AFTER THE AUTOMOBILE AGE ?

"Que ferons-nous avec les autoroutes désaffectées ? Les liaisons publiques à travers des zones peuplées, si elles ne sont pas trop spécialisées (comme l'était les chemins de fer surélevé) et si leur continuité n'est pas interrompue, conservent leur utilité pour de très longues périodes. Les anciennes voies romaines sont un bon exemple. Donc, même si une autoroute a été abandonnée, on peut en imaginer maintes utilisations nouvelles. immédiatement, nous pensons bien sûr au déplacement par d'autres modes : marche, jogging, vélo, autobus, chevaux, et même bateau sur celles qui sont aménagées en tranchée.  En outre, elles pourraient devenir des parcs linéaires, et leurs talus et accotements être plantés de vignes, d'arbres et de cultures. (...) Contrairement aux parkings-silos confinés et spécialisés, les espaces des grands réseaux ont tendance à offrir un large éventail d'utilisation. Ils doivent être conservés, et non disparaître peu à peu, comme cela s'est produit pour les liges de chemin de fer de Los Angeles."  
"Wasting Away" - K. Lynch et M. Southworth.
Ou quand dès 1990, l'autoroute est clairement pensée comme autre chose qu'une infrastructure automobile, et que cela ouvre de nouveaux champs très fructueux d'innovation et de réinventions mobilitaires.

Voir :

Thursday, January 17, 2019

ÇA POURRAIT ÊTRE QUOI L'APRÈS-ROUTE ?

Les Etats-Unis se sont construits autour de la route.

Puis autour de la voiture.

Le reste du monde a suivi - .

Mais aujourd'hui, le modèle automobile traditionnel est réinterrogé tant sur le plan écologique et environnemental que sur le plan des nouvelles technologies (voiture autonome, le drone...).

Dans ces conditions, c'est quoi une route demain si celle-ci perd ce qui fut depuis cent ans sa raison d'être ?

C'est quoi le new american dream mobilitaire ?

La réinvention de la route par la fusion de tous les moyens de transport ? 

C'est l'hypothèse faite dans la vision Shareway 2030 - vidéo, .

"This design concept proposes a new American dream, trading ownership for sharing, where freedom and opportunity derived from access, density, proximity, and seamless mobility can restructure the American city and surrounding region." 

Ce projet n'est évidemment en aucun cas la réponse à notre question titre de ce post, c'est juste un élément de réflexion sur la nécessaire réinvention de la route, de ses imaginaires et de ses modes.

Il est présenté dans le cadre de l'exposition new-yorkaise "The road ahead : reimagining mobility" qui rejoint très directement toutes nos interrogations sur la route demain - "Et si la route, c'était fini ?"

On en reparle le 15 février prochain, .

Tuesday, January 15, 2019

ET SI PETZL DEVENAIT UN NOUVEL ACTEUR DU TRANS-SPORT® URBAIN ?


Pour prolonger le précédent post sur le rôle des marques d'out-door et de montagne dans la construction de nos imaginaires mobiles, je voulais vous proposer ces quelques slides autour de l'hypothèse que Petzl devienne un acteur important du trans-sport ® urbain et de la motri-cité ® dans les années à venir - .

Voir : "Quand la montagne change nos façons de penser la mobilité urbaine".

Voir :
- "L'homo urbanus est-il horizontal ou vertical ?"
- "Et si demain, nous devions pratiquer la ville comme un sport ?"

Voir :

Sur les nouvelles pratiques sportives nocturnes :
- "Jakarta fluide"
- "Sydney Transit by night"
- "Shanghai fast : autres parcours, autres imaginaires"
- "Et si tout se devait d'être luminescent ?"

Sur le nouveau le rôle de la frontale :
- "Vers un corps éclairé en permanence ?"
- "Run fast = speed sex in the city ?"

Et de façon plus large :
- "Et si la montagne nous aidait à penser autrement la ville et ses mobilités ?"
- "Et si les révolutions du sport entraînaient une vaste mutation urbaine ?"
- "Et si demain on passait du transport au trans-sport ® ?"

Monday, January 14, 2019

ET SI PEU À PEU, LES MARQUES DE SPORT REMPLAÇAIENT LES PARTIS POLITIQUES ?

Le sport change.

La politique change.

La preuve : la dernière campagne "Wall are meant for climbing" ouvertement anti-Trump signée North Face

Elle s'inscrit dans un mouvement beaucoup plus large de prise de parole de plus en plus politique de la part de certaines grandes marques de sport aux Etats-Unis.

En septembre, Nike avait ouvert les hostilités avec son fameux spot "Dream Crazy" commenté par le footballeur rebel Colin Kaepernick.


En octobre, à l'occasion des élections des mid-terms, c'était au tour des marques de l'out-door de faire front commun contre un certain nombre de décision de Trump, notamment d'ouvrir à l'exploration pétrolière certains parcs nationaux jusque là protégés - voir, "quand l'out-door américain s'engage dans l'écologie politique"

Aujourd'hui, c'est North Face qui s'attaque ouvertement à Trump à la fois en soutenant les parcs nationaux victimes du shutdown, mais aussi, et surtout, en attaquant l'idée qu'un mur soit construit entre les Etats-Unis et le Mexique.

Cette offensive anti-Trump se fait via la très puissante signature "Wall are meant for climbing" qui n'était à son lancement qu'une simple signature commerciale en faveur de l'escalade - voir, -, et qui est devenue depuis, un véritable slogan politique.

Sous cette signature "Wall are meant for climbing", North Face associe de façon très maline d'anciennes déclarations de Trump avec celles d'alpinistes emblématiques comme Montserrat Matehuala ou Conrad Anker.

On peut voir cette campagne comme purement opportuniste.

On peut aussi la voir comble résultat d'une double mutation.

Une mutation du sport, d'abord. Cette évolution du discours de North Face s'inscrit, en effet,
dans un mouvement beaucoup plus large de la nécessité pour les marques de sport de dépasser le seul discours sportif pour avoir un discours plus sociétal - voir les cas de Patagonia, Adidas ou Rapha.

Une mutation de la politique, ensuite, qui fait qu'aujourd'hui les partis traditionnels n'apparaissent aujourd'hui plus légitimes pour répondre aux grandes questions de sociétés, et notamment sur l'écologie ou les défis de la mondialisation.
Voir :"Et si les marques d'out-door remplaçaient les écolos ?"

Aujourd'hui la représentation politique ne passe plus seulement par les élections, mais aussi par la consommation avec l'adoption de certaines marques et le rejet de certaines autres.

Le marketing va changer en étant moins accès sur les produits et plus sur les valeurs.

Le marketing va s'engouffrer dans la place laissée libre par les partis politiques traditionnels.

D'où la question du titre : et si demain les marques de sport devaient remplacer les partis politiques défaillants ?  

On en reparle très vite.

Saturday, January 12, 2019

ET SI LES CHANTIERS DESSINAIENT NOS FUTURS ROBOTISÉS ?


Six images de chantiers.

Ci-dessus, un chantier actuel et le même chantier demain imaginé par Scania.

Ci-dessous, le projet de camion autonome de Komatsu.

Ci-dessous, un autre chantier imaginé par Honda.


Des images qui illustrent et prolongent ce que testent déjà au quotidien les militaires et les agriculteurs - voir ,  et .

Soit des engins autonomes qui passent partout et qui n'ont plus vraiment besoin d'humain pour se déplacer et faire le travail - voir "La fin des routiers... et des autres".

Question : et si c'était le hors-route qui dessinait les pratiques de la route demain ?

Élément de réflexion  et .

Friday, January 11, 2019

LES FUTURES MÉCANIQUES DU TROTTOIR ?

Depuis quelques années avec la banalisation du jogging (je vais vite), du smart-phone (je fais tout en marchant) et de la trottinette électrique (je fonce sans me fatiguer), le rôle et le statut du trottoir sont fortement interrogés.

De lieu du seul piéton, le trottoir est devenu le lieu de toutes nouvelles mobilités émergentes. 

Et ce n'est probablement qu'un début au vu de ce que préparent certains industriels comme Continental avec ses chiens robots () ou Hyundai avec ses voitures à pattes ().

D'ou la question : et si pour penser les espaces de la mobilité urbaine de demain, il fallait réfléchir entre fin de la route et fin du trottoir ?

Thursday, January 10, 2019

ET SI LA ROUTE NE FAISAIT PLUS RÊVER ?



C'est l'hypothèse faite par un constructeur automobile dans un très récent spot publicitaire - voir, .



La promesse de Jeep est évidement totalement stupide et rigoureusement interdite dans un certain nombre de pays, mais elle illustre parfaitement notre question "Et si la route dégradée devenait un idéal ?"


Réflexions plus larges avec "Et si la route, c'était fini ?"

Wednesday, January 09, 2019

ET SI LA FIN DE LA ROUTE ÉTAIT LE NOUVEL AVENIR DE LA VOITURE ?

En à peine quelques années, la voile et les voiliers ont été révolutionnés par l'apparition des foils - voir, "De nouvelles jambes ?"

Demain, la voiture va-t-elle connaitre la même révolution avec des véhicules équipés de pattes qui leur permettraient de marcher ? 

Piste de réflexion avec le concept car "Elevate" signé Hyundai et présenté hier au CES de Las Vegas - .

Un concept car qui s'inscrit dans le prolongement "Et si la route dégradée devenait un idéal ?"

"... to walk, climb and traverse terrain never before possible by a traditional car."

On poursuit la réflexion le 15 février autour de la question "Et si la route, c'était fini ?"

Tuesday, January 08, 2019

ET SI C'ÉTAIT LES CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES QUI PARLAIENT LE MIEUX DE LA FIN DE LA ROUTE ?





Ces images sont extraordinaires.

Elles sont extraordinaires car elles disent exactement le contraire de ce qu'elles prétendent promouvoir.

Ces images sont, en effet, issues d'un pub automobile de la marque Saturn datant de 2003 - voir le spot, - dans lequel le constructeur prétend s'intéresser plus aux gens dans leur voiture qu'à la voiture elle-même.

Sauf, qu'en l'espèce, le spot ne fait que vanter la marche à pied et l'exerce physique, soit exactement le contraire de ce que fait l'automobiliste en se déplaçant.

Mieux, le film montre de façon très efficace combien est aberrant l'occupation spatiale de la voiture en ville.

Un peu comme si Saturn voulait montrer combien le système routier était en lui même une totale aberration et avait besoin d'être totalement repenser et réinterroger - .

Bref, ce spot est un rêve d'écologique et - surtout - un véritable plaidoyer pour la mobilité active, le trans-sport® et la motri-cité®

On reparlera plus longuement de film et des leçons que l'on peut en tirer, le 15 février lors de l'Atelier Transit-City organisé sur le thème "Et si la route, c'était fini ?"