Thursday, October 18, 2018

ET SI IL FALLAIT JUSTE LIRE OU RELIRE PATROLIN ?

"J’avais lancé en riant que je rentrais vers Paris à la nage, avant de plonger, résolu à me diriger vers l’amont, vers la boucle où la Meuse disparaissait dans un long virage. La rivière paraissait s’enfouir sous une pente de forêt, absorbée par le manteau de feuilles et de branches qui fermait l’horizon.
La vague levée au passage d’une péniche plus rapide suffit à tout masquer : je nageais sur le ventre, et cette houle m’entraîna. Emporté avec elle, je remontai aussitôt le courant sans effort, au rythme de son moteur. Dans la vapeur bourdonnante de ce moteur, un toussotement mat et régulier, entêtant, à la fois amorti par la surface de l’eau et réfléchi sur la cloison de forêt qui montait vers le ciel." (...)  
(...) " Le monde autour avait disparu. Nul moteur. Plus de pont, pas une construction, aucun ponton. Pas même un héron. Une masse d’eau brunâtre qui glisse sans rien qui puisse l’arrêter, ni ralentir son cours. La Meuse ne coule plus, elle glisse. Elle glisse comme une plaque, une plaque d’eau figée qui descend lentement sa vallée. Je nage sans bruit, attentif à chacun de mes mouvements. Je glisse aussi, en silence contre le courant, seul, sans téléphone, sans vouloir imaginer ce qui m’attend. Longtemps." 
(...) " Je nage sans effort, comme protégé par la tiédeur du coton humide qui épouse maintenant chaque mouvement de mon corps, dans une odeur de gaz froid, de carbone calciné et amer sur le côté de la rivière, seulement repoussé par le sillage des bateaux-mouches quand ils remontent le courant."
Et si pour regarder nos fleuves et nos rivières un peu autrement, il fallait juste lire et relire ce petit chef d'oeuvre qu'est "La traversée de la France à la nage" de Pierre Patrolin ?

C'est à mettre dans le prolongement de 

Tuesday, October 16, 2018

ET SI ON ESSAYAIT DE DESSINER DE NOUVELLES MOBILITÉS SPORTIVES ET AQUATIQUES ?

La carte ci-dessus est la carte Strava des mobilités cyclistes.

La carte ci-dessus est la carte Strava des mobilités course à pied.

La carte ci-dessus est la carte Strava des mobilités sportives aquatiques.

Oui, il y a un énorme gap entre les deux premières cartes et la dernière.

Et, oui encore , il y a un énorme gap entre les mobilités aquatiques - très faibles - et du réseau de rivières et de fleuves en France - voir ci-dessous.


Comment expliquer ce différentiel entre la richesse du tissus aquatique français et la faiblesse des mobilités sportives ?

Comment expliquer que les mobilités sportives ne soient pas plus riches, surtout quand on constate le succès du triathlon depuis plusieurs années et la montée en puissance de la nage longue distance et en eaux vives ?

Pourquoi, à l'image du vélo et de la course à pied, l'eau ne devient-elle pas le support de nouveaux de moyens de trans-sport ® alternatif aux moyens motorisés ?


Il y aurait sans doute là un élément de plus pour construire le Plan National de Trans-sport ®  - que nous appelons de nos voeux.

On essaie d'y apporter des réponses dans les prochains posts.


Voir, sur la natation : 
So, why take the ferry ?

Et sur les autres mobilités sportives, voir :
- Et si Hobie-Cat devenait une nouvelle référence de la mobilité fluviale ?

Monday, October 15, 2018

ET SI ON AVAIT DÉJÀ LES BASES POUR UN FUTUR "PLAN DE TRANS-SPORTS ® FRANCILIENS" ?

Une carte des territoires de la course à pied.


Une carte des territoires de la marche.


Une carte de la randonnée pédestre.



Une carte des territoires du vélo.


Quatre cartes signées de l'Iaurif.

Deux façons de les regarder.

Soit on les regarde comme de simples cartes des pratiques de loisirs.

Soit on les regarde, et cela devient tout de suite plus intéressant, comme de possibles bases d'un potentiel futur Plan de Trans-sport ® francilien - - qui mettrait les mobilités douces et sportives au coeur des politiques de déplacement.

Ca serait une première étape possible vers ce qui pourrait être un très souhaitable Plan National de Trans-sport ® - .

On est avec ces hypothèses de Plan de Trans-sport ® dans le prolongement nos récentes questions :
Et si les révolutions du sport entraînaient une vaste mutation urbaine ?
Et si demain, on passait du transport au trans-sport ® ?

On en reparle le 23 novembre à l'occasion de notre Atelier consacré à la double question 


Sur la capacité des nouvelles cartographie sportives à penser autrement, voir : 

Friday, October 12, 2018

UN "INSUPPORTABLE AFFRONT"

"Les démocraties de marché ne sont pas adaptées aux transitions radicales. 
Dans le monde réel, la moindre mesure, si minuscule soit-elle, destinée à lutter contre le changement climatique, se heurte immanquablement à une farouche opposition 
Un simple exemple suffit pour s’en convaincre : la fermeture aux voitures par la maire de Paris Anne Hidalgo, de 3 300 mètres de voies sur les berges de la Seine demeure, deux ans après son entrée en vigueur, un abcès de fixation, un insupportable affront à la liberté d’aller et venir dans un véhicule à moteur." - .
Sur ce sujet, voir notre "No Motor Project".

On en reparle, le 23 novembre "Et si le sport pouvait réinventer le combat écologique ? / Et si l'écologie pouvait renouveler les imaginaires du sport ?"

Wednesday, October 10, 2018

2 TONNES DE TÔLE POUR LIRE UN ÉCRAN ?

Quand devant certains projets de voiture autonome - voir, - on réalise que les constructeurs automobiles n'ont - quoi qu'ils en disent - toujours rien compris aux défis environnementaux, énergétiques et écologiques auxquels nous allons devons faire face très vite.

A quoi rime cette voiture salon de plusieurs tonnes ? Juste à rien.

C'est juste indécent de connerie.

C'est juste honteux.

Et ça ne peut que nous renvoyer à "et si on arrêtait de motoriser nos enfants ?"

Tuesday, October 09, 2018

ET SI ON ARRÉTAIT DE MOTORISER NOS ENFANTS ?

Quand avec juste quelques photos de Copenhague, on comprends combien certains modes de mobilité simples et silencieux peuvent être pratiqués avec bonheur et intelligence au quotidien.

Et comment, et ce de façon essentielle pour notre avenir, on peut nourrir de façon sportive et écologique les imaginaires mobiles de nos enfants - voir, "No Motor Project".

Sunday, October 07, 2018

Saturday, October 06, 2018

QUAND AUDI RÊVE DE CONCURRENCER NIKE, MAIS QUE ...

Quand les premières images du nouveau spot d'Audi peuvent laisser croire que la marque allemande a décidé de faire l'apologie de la mobilité active et non polluante, on a du mal à le croire.

Et on a raison.

Audi n'utilise, en effet et sans surprise, la magie de la course à pied dans une ville sans voiture, que pour vendre... une voiture.

Empêtrée dans le dieselgate et pollueur récidiviste - voir "Pollution : Audi soupçonné d'une nouvelle fraude sur  60 000 véhicules" - Audi tente de se raccrocher aux nouveaux imaginaires de la mobilité urbaine, et notamment aux mobilités actives et sportives.

Mais son seul objectif est, bine évidemment de vendre une voiture de 5 mètres de long, 2 mètres de large et pèse 2 tonnes, ce qui est juste un total contre-sens écologique et environnemental. On a évidemment pas besoin d'un tel engin en ville (ni ailleurs, d'ailleurs).

Le film est par contre une excellente occasion de renvoyer vers deux vraies questions : 

On est dans la lignée de notre questionnement : "Et si le sport pouvait réinventer le combat écologique ?"

Sur Tokyo et la course à pied, voir "Et si les feux s'adaptaient aux rythmes des coureurs ?"

Friday, October 05, 2018

VERY NICE CYCLING AIRPORT ?

Quand quelques clichés de mode peuvent donner l'impression que l'aéroport de Nice a été pensé pour les cyclistes - .

C'est malheureusement pas vrai.

Aujourd'hui tout est organisé à Nice, comme dans beaucoup d'autres aéroports, pour la voiture, mais ces images donneront peut-être des idées pour repenser l'accès aux aéroports demain sous le prisme des mobilités actives ... 

Et si un jour cela devait arriver - on peut toujours rêver ! - voir "bike bag options for commuting to and from airport"

Et pour le vol en lui-même, voir "the ultimate guide to traveling with bikes".

Thursday, October 04, 2018

ET SI LE TÉLÉPHÉRIQUE NOUS OBLIGEAIT À PENSER LE FIXE DIFFÉREMMENT ?

Faire de la prospective - c'est le métier de Transit-City - c'est, entre autres, de faire des hypothèses.

Faire de la prospective, c'est analyser les grandes mutations en cours, et essayer de voir comment, dès aujourd'hui, elle émergent ou se concrétisent.

L'une des hypothèses fondatrices de Transit-City est que demain tout se devra d'être mobile, même ce qui aujourd'hui est pensé comme fondamentalement immobile.

Cette démarche suppose d'essayer de déceler comment aujourd'hui cette hypothèse de travail s'exprime à travers des concepts ou des projets a priori peu réalistes.

C'est cette état d'esprit qui dans le précédent post, nous a amené à nous poser la question de savoir "si l'ascenseur pouvait devenir la pièce idéale ?"

Et c'est pour poursuivre cette interrogation qu'aujourd'hui nous prenons le téléphérique pour voir s'il serait possible déceler dans cet autre moyen de transport par câble une figure de l'habiter mobile de demain.

Nous avons retenus deux réalisations pour réfléchir : 
- la mise en service à Tignes d'un téléphérique doté d'une terrasse - voir ci-dessus et .
l'aménagement temporaire d'une cabine de téléphérique en logement par AirBnB à Courchevel - voir ci-dessous et 


L'idée n'est pas de se demander si ces réalisations ont un sens à court terme, mais bien de se demander comment elles peuvent aujourd'hui irriguer nos imaginaires pour penser demain.

Pensé actuellement seulement à travers le prisme du transport - voir "Et si New York devenait une station de ski ?" -, le téléphérique devrait forcément alimenter d'autres secteurs urbains. Pourquoi pas l'habitat ou le bureau ?

On rappellera trois choses pour alimenter la réflexion : 

1° - La montagne a toujours été un formidable territoire d'innovation pour la ville - voir "Et si la montagne nous aidait à penser autrement la ville et ses mobilités ?"

2° - Le transport aérien par câble prend aujourd'hui de nouvelles formes qui sont en train de modifier une ville comme Las Vegas - voir "Et si Las Vegas inventait une nouvelle mobilité aérienne ?"

3° - La place du téléphérique étant aujourd'hui interrogé en montagne - voir "Et si les Alpes devaient enfin changer de culture mobile ?" et "Et si tout cela était dépassé ?" -  il va devoir s'inventer un nouvel avenir qui dépassera le simple transport de passagers.

Les exemples de Tignes et Courchevel sont les avant-gardes de cette mutation à venir.

Wednesday, October 03, 2018

ET SI L'ASCENSEUR DEVENAIT LA PIÈCE IDÉALE ?

Bouger et pouvoir tout faire bouger, tels sont deux des grandes obsessions de notre début du XXI° siècle.

Ca veut dire, tout faire partout, et transformé les lieux de transport en lieux d'habitat ().

Ca veut dire aussi pouvoir bouger ce qui historiquement était fixe, notamment les usines () et les bureaux ().

L'étape suivant devrait être de pouvoir faire bouger ce qui est a priori est par nature immobile, à savoir l'immeuble lui-même.

Si aujourd'hui, cette hypothèse trouve peu de concrétisation, elle existe bien dans la tête des jeunes générations.

Preuve en est la vision "Paster Noster Office" (image ci-dessus) visant à penser l'immeuble de bureau comme un ensemble d'espace totalement mobiles, et penser le travailleur comme un ... passager.
"Un bureau de paternoster est un bâtiment composé de plusieurs ceintures de compartiments de bureaux de différentes tailles qui se déplacent lentement dans une boucle; en haut, autour et en bas d'un noyau central, sans s'arrêter. Les passagers peuvent monter ou descendre à n'importe quel étage, ou se déplacer dans un compartiment adjacent, dans la direction opposée. 
À son arrivée au bureau de paternoster, le passager peut chercher son compartiment de bureau désigné en naviguant sur le noyau central ou attendre à un niveau que son compartiment arrive. Le bureau paternoster refuse toute gratification immédiate du passager." - .
Face à cette vision, deux attitudes possibles.

- Soit se dire que c'est juste complément con, car difficile techniquement pour peu d'avantages concrets, si ce n'est de la perte de temps - "Elevators : time cost".

- Soit se dire, qu'il y a peut-être dans cette façon de penser l'immeuble comme une vaste batterie d'ascenseurs, le début d'une nouvelle approche - voir "Quand les voitures et le ascenseurs vont se rejoindre".

Si l'hypothèse de "l'ascenseur pièce à part entière" était encore très hypothétique il y a peu, et relevait plutôt de la science fiction, ca ne sera bientôt plus totalement vrai.

Ca ne sera plus vrai avec le lancement d'un nouveau paquebot, le Celebrity Edge, qui sera doté d'une pièce totalement mobile, le "Magic carpet".

De la taille d'un terrain de tennis, le Magic Carpet est un espace qui se transforme selon les niveaux qu'il occupePlateforme de débarquement lorsqu'il est au Pont 2, il devient un restaurant en plein air au Pont 5, ou extension de l'espace piscine au Pont 14.

On se gardera bien de juger de la pertinence de ce concept tant sur un paquebot qu'éventuellement sur un immeuble, mais on retiendra deux choses.

- d'abord que le paquebot est encore et toujours formidable réservoir d'innovations pour penser l'habitat et la ville de demain - voir sur ce sujet :  et .

- ensuite, que l'une de nos grandes hypothèses de travail chez Transit-City, à savoir que le XXI° siècle sera le siècle où tout se devra d'être mobile - même l'immobile - (voir, ) se confirme avec ce magic carpet qui casse tous les codes traditionnels de l'immeuble et qui pourrait - qui sait ? - peut être irrigué les imaginaires des professionnels du bâtiment dans un futur proche.