Tuesday, December 19, 2017

ET SI LES MARQUES D'OUTDOOR REMPLAÇAIENT LES ÉCOLOS ?


Les écolos sont morts.

L'écologie politique aussi.

Certains s'en féliciteront. 

Moi pas.

On a besoin d'activistes, on a besoin d'emmerdeurs comme Sea Shepherd ou Greenpeace pour que le combat écologique ne retombe pas dans un gentils ronron consensuel qui fera que rien ne bougera - voir, .

Alors la question aujourd’hui est simple : qui pour remplacer les écolos plus obsédés par le pouvoir que par la lutte au quotidien sur le terrain ?

Qui va se battre ? 

Et si c’était les marques d’outdoor comme Patagonia, Salomon, Millet, Rossignol, North Face, Howie’s, Arcterix ?

Certe la question peut paraître provocante, mais elle est dans la lignée de "Et si demain Patagonia devenait une force politique ?"

Mais surtout, la question est justifiée.

Il suffit de regarder les deux images qui ouvrent ce post.

Ce sont deux images issues images de la page d'accueil de Patagonia - voir, - pour s'opposer à la déclassification par D. Trump de certains réserves naturelles protégées aux Etats-Unis.

Une lutte relayée dès le lendemain par le magazine Outside - voir "The next great western land war has begun" - et prolongée par de possibles poursuites contre Trump
voir "Donald Trump faces lawsuit from clothing brand Patagonia over national monument rollback".

On peut voir quoi dans ce mouvement ?

On peut y voir un simple opportunisme marketing de la part d'une marque d'outdoor qui voit dans la décision de Trump un bon moyen de se faire une belle image d'écolo à peu de frais.

Ou, d'une façon plus positive, on peut y voir une marque qui, depuis plusieurs années, s'investit dans la defense de l'environnement avec une approche originale (voir "Patagonia pour penser la voiture de demain ?") et qui de façon courageuse décide aujourd'hui de poursuivre ce combat sur le terrain politique.

Chacun jugera. Personnellement, je pencherai plutôt pour la deuxième option, celle de la prise de parole politique.

Cette rapide réflexion est évidement à mettre dans le prolongement de "Et si le Tour de France faisait le boulot des écolos ?"