Thursday, October 31, 2019

ET SI LE CHEVAL REDEVENAIT UTILITAIRE ?


Chez Transit-City, nous sommes engagés dans une réflexion sur le post-moteur - voir notre "No Motor Project".

Notre démarche est destinée à réfléchir aux mobilités sous l'angle des alternatives possibles au moteur.

C'est dans ce cadre que nous réfléchissons notamment au retour possible du cheval dans nos sociétés modernes ultra-motorisées - voir, notre "Horse Mobility Lab".

C'est aussi cette réflexion sur le post-moteur qui explique notre deux derniers posts sur les Amishs, et .

Notre idée était jusque là que que si le cheval n'était plus utilitaire, il était toujours utile ... notamment pour penser différemment les mobilités.

Sauf que ...

Sauf que les choses sont en train de changer : le cheval redevient utilitaire.

Pour s'en convaincre, il suffit de passer un peu de temps en Suisse et voir comment le cheval redevient de plus en plus présent dans les travaux agricoles et forestiers - voir, .

Ces images de chevaux sont à la fois banales et perturbantes, car elles associent tradition et hyper-modernité low-tech et frugal.

Ces images sont à l'opposé d'un monde agricole que certains nous promettent comme toujours plus connecté et automatisé - voir "Et si c'était les agriculteurs qui inventaient la mobilité du futur ?" et "C'est quoi l'agriculture aujourd'hui ?"

Bref, ces images ne sont ni le passé ni un présent appelé à disparaître, mais beaucoup plus probablement des pistes pour agir dans le futur.

Tuesday, October 29, 2019

ET SI ON S'INTÉRESSAIT UN PEU PLUS AUX AMISHS POUR PENSER DEMAIN ?

En mars 2018 nous montions au sein de Transit-City un Horse Mobility Lab dont la vocation était de voir comment le cheval pouvait nous aider à penser un peu autrement la mobilité de demain.

Ce HMB, nous a permis de faire des hypothèses légèrement décalées par rapport au discours dominant sur les mobilités urbaines. 

Cela nous a aussi permis de nous interroger sur la figure du véhicule urbain performant et non polluant de demain.

Une fois ce premier travail de débroussaillage fait, il fallait dépasser l'approche purement animalière - le cheval - et technique - les carrioles - , pour aborder la question de façon plus large. C'est à dire se demander comment le cheval pourrait dessiner de nouvelles lignes d'horizons pour penser les imaginaires mobilitaires de demain.

Cela supposait d'essayer d'identifier qui à travers sa pratique du cheval, nous oblige à nous réinterroger de façon radicale sur nos pratiques mobiles et sur nos modes de vie ?

Les Amishs nous sont très vite apparus comme la communauté idéale pour nous obliger à faire un vrai pas de côté.

La première règle des amish est, en effet, "Tu ne te conformera point à ce monde qui t'entoure.

Règle qui s'est traduite par un mode de vie en marge de la société de consommation et une très grande méfiance par rapport au avancées technologiques - lire "Amish life in the modern world" et "Use of technology by different Amish affiliations".

- Ils refusent la voiture.

Ils refusent le téléphone mobile. 

Ils ne mettent pas la vitesse au coeur de leur pensée.

Les Amishs sont donc aujourd'hui l'altérité radicale au coeur de nos modes de vies mobiles, motorisés et connectés.

Cette altérité radicale peut-être vue comme le passé.

Mais cette altérité radicale peut aussi être vue et pensée comme un futur qui se construirait autour de la frugalité, de la déconnexion et de la lenteur.

Ils vivent déjà le low-tech.

Ils vivent déjà le post-pétrole.

Ils vivent déjà le post-numérique.

Ils vivent déjà la frugalité vertueuse.

Ils vivent déjà le post-fordisme industriel.

Les Amishs nous forcent donc à nous poser les bonnes questions.

Monday, October 28, 2019

QUAND LES VOITURES VONT S'ADAPTER À LA VITESSE DES CYCLISTES

En 2017, Adidas organisait dans les rues deTokyo une course nocturne, la "Green Light Run", dont la particularité fut que les coureurs ne s'arrêtèrent jamais, car les feux étaient calés à leur rythme de course.


Aujourd'hui, c'est New-York qui annonce qu’une partie de ses feux vont être règlés sur le rythmes des cyclistes avec pour objectif principal de ralentir la vitesse des voitures.


Ou quand la mécanique s'efface peu à peu au profit du corps en mouvement.

Ou quand la vitesse d'une ville ne va plus se caler sur le moteur, mais sur la force musculaire.

Friday, October 25, 2019

ET SI ON REMPLAÇAIT LES TROTTINETTES PAR DES "BASKETS EN LIBRE SERVICE" ?

"Des recherches récentes en Suède montrent que seuls 2 voyages en trottinette sur 100 remplacent réellement les voitures. 
Dans presque tous les autres cas, la trottinette remplace les personnes qui marchent." 
La trottinette est, on le sait, une totale aberration sanitaire - voir "Futur obésité mobile ?"

C'est donc pour proposer une alternative à cette aberration, que Reebok vient de lancer à Stockholm le Reebok to Go, "first shareable show-servive" - tous les détails, .

Evidement en l'état des choses, Reebok to Go ressemble plus à un coup de pub qu'à un vrai service pérenne.

Reste que cette expérimentation pose de bonnes questions sur l'avenir des services mobiles, et notamment celle-ci : va-t-on continuer à toujours penser les mobilités urbaines à travers des machines ou va-t-on - enfin - mettre le corps en mouvement au coeur de cette réflexion ?


On retiendra aussi que Reebok sort ici de son simple statut d'équipementier pour se positionner comme un opérateur de trans-sport ®, c'est à dire comme un acteur qui pense le sport et les mobilités actives comme des alternatives crédibles à un certain nombre de mobilités motorisées.

C'est à rapprocher de la démarche engager à Berlin par Adidas début 2018 - voir "Et si Adidas devenait une entreprise de trans-sport ® ?"


Pour aller plus loin sur ce thème, voir  et .

Tuesday, October 22, 2019

CES PEUPLES QUI DÉFIENT OU - PLUTÔT - QUI INVENTENT LE XXI° SIÈCLE ?

Le magazine Géo vient de sortir un hors-série titré "Ces peuples qui défient le XXI° siècle".

L'idéologie du journal est assez simple : la modernité c'est l'Occident et la technologie, et tous les peuples ont vocation d'une façon ou d'une autre à rejoindre cette modernité.

Oui, c'est pas très fin comme vision et cela ne fait pas montre d'une grande intelligence prospective au vu des défis planétaires et de la non-soutenabilité du modèle occidental. Mais bon, c'est Géo ...

Il aurait sans doute été plus intelligent et plus interessant de se demander si "ces peuples qui défient le XXI° siècle" n'en sont pas plutôt les grands inventeurs ?


Voir sur ce thème, la vidéo de l'intervention de François Bellanger faite dans le cadre de la Vision 2030 de Decathlon -  .

Monday, October 21, 2019

ET SI LE WATER TRAIL DEVENAIT LE PROCHAIN GRAND SPORT URBAIN ?

Certaines villes aiment leur fleuve et y développent de nombreuses activités sportives.

C'est le cas notamment de New-York qui multiplie depuis quelques années les expériences de réaproppriations sportives avec, notamment, l'organisation régulière de raids de paddles - - et de va'a - .

Mais New-York c'est aussi des water trails qui permettent de visiter la ville de façon sportive. C'est la NYC Water trail association qui offre ces différents trails en s'appuyant sur les clubs locaux de Manhattan, de Broocklyn et du Queens - .

Et si on s'inspirait de cette démarche pour créer des water trails parisiens et franciliens ?

Ca serait une alternative sportive et non polluante aux bateaux mouches.

On en reparle le mardi 26 novembre prochain lors de l'Atelier "Et si on engageait une reconquête sportive de la Seine ?

Friday, October 18, 2019

ET C’ETAIT CELA LES GARAGES DE LA MOBILITÉ ACTIVE DE DEMAIN ?

Si demain l'aviron et le kayak deviennent des moyens de trans-sport ® urbains à part entière - et - alors il faudra bien construire le long des cours d'eau des équipements adaptés et de nouvelles infrastructures pour les ranger et les entretenir.

Et si donc, ces hangars à bateaux représentaient ce que pourrait être demain les garages des nouvelles mobilités ?


On en reparlera beaucoup plus longuement le mardi 26 novembre.

Thursday, October 17, 2019

ET SI DEMAIN, DES COULOIRS RAMABLES VENAIENT COMPLÉTER LES PISTES CYCLABLES ?


Cela fait trente ans que l'on parle de pistes cyclables.

Aujourd'hui, c'est pratiquement gagné dans de nombreuses villes, même s'il manque toujours de vrais réseaux 100% cyclables.

Et si demain, la prochaine bataille en matière de mobilité active et non polluante, c'était celle des "couloirs ramables" ?

C'est à dire des voies réservées aux mobilités actives sur l'eau.

Voir :
- "Et si on partageait un peu plus les fleuves ?"
- "Pourquoi la Seine n'est-elle pas plus partagée ?"

On en parlera mardi 26 novembre.

Wednesday, October 16, 2019

ET SI L'ODYSSÉE PERMETTAIT DE CHANGER LE REGARD SUR LA SEINE ?

Lors du prochain Atelier Transit-City organisé le mardi 26 novembre autour de la question  "Et si on engageait une reconquête sportive de la Seine ?" sera présentée en avant première le superbe projet de l'Odyssée.

L'Odyssée, c'est du sport, de la culture, de l'économie et une nouvelle idée du partage sur la Seine.

L'Odyssée, ça sera aussi l'occasion de naviguer sur la Seine sur de nombreux types d'embarcations, dont des voiliers légers.





L'Odyssée aura lieu les 18, 19 et 20 septembre 2020, mais c'est maintenant qu'elle se prépare.

Pour en savoir plus, venez mardi 26 novembre prochain, .

Tuesday, October 15, 2019

ET SI ON PARTAGEAIT UN PEU PLUS LES FLEUVES ?

A Melbourne, les rameurs croisent sans problèmes les grosses vedettes de touristes.

Preuve que le partage des fleuves entre engins motorisés et engin non motorisés peut de développer intelligemment dans les années qui viennent ... y compris à Paris.

Voir "Pourquoi la Seine n'est-elle pas plus partagée ?"

On en reparle le 26 novembre prochain lors de l'Atelier "Et si on engageait une reconquête sportive de la Seine ?

Monday, October 14, 2019

DU CO-VOITURAGE AU CO-CANOTAGE ?

Cela fait de nombreuses années que l'on parle du covoiturage comme une des réponses à la saturation automobile.

Mais si on fait le constat que l'avenir n'est plus à la voiture, mais à la mobilité active et sportive.

Et si, parallèlement, on fait l'hypothèse que les fleuves et les rivières vont redevenir des axes de mobilité urbaine - .

Et si, enfin, on fait le pari que les engins à rames deviennent des moyens de trans-sports urbains - .

Alors ... 

Alors pourquoi ne pas travailler sur la notion de co-canotage ?

Ou quand le partage de l'effort physique sur l'eau pourrait devenir une des grandes mobilités urbaines du futur.

On en reparle le mardi 26 novembre, .

Friday, October 11, 2019

ET SI ON ENGAGEAIT UNE RECONQUÊTE SPORTIVE DE LA SEINE ?



Cet Atelier un peu particulier aura vocation à présenter le projet de l'Odyssée et à réfléchir à la façon dont les activités sportives pourraient peu à peu se déployer sur la Seine en toute intelligence avec les professionnels du fleuve.

En attendant, vous pouvez jeter un coup d'oeil sur notre démarche avec notre River Trans-Sport ® Project.


Cet Atelier Transit-City aura lieu exceptionnellement sur la barge du Petit Bain - 7 port de la Gare - Paris 13° - de 9h30 à 11h

Pour s'inscrire, il suffit d'un mail à :  francois.bellanger@gmail.com

Thursday, October 10, 2019

LE SLOW RUNNER COMME FUTURE RÉFÉRENCE SPORTIVE ?

Un monde plus chaud - .

Un monde avec plus d'obèses - .

Un monde avec plus de vieux - .

Trois mutations qui a priori ne vont favoriser
- ni l'exercice physique,
- ni les mobilités actives,
- ni la vitesse.

Cela va nous obliger à construire et alimenter de nouveaux imaginaires sportifs et mobiles.

La lenteur en fera-t-elle partie ?

C'est très possible.

Éléments de questionnement et de réflexions  et .

Wednesday, October 09, 2019

ET SI LA LENTEUR DEVENAIT LE NOUVEL IDÉAL DE NIKE ?



Quand Nike enrichit sa palette marketing en parlant de "slow running innovation".

Ou comment passer de la notion de "run" à celle de "cruise".

La lenteur comme bonne réponse dans un monde toujours plus chaud ?

La lenteur comme réponse pertinente dans un monde avec toujours plus de vieux et d'obèses ?

À méditer.


Cela vient encore un peu plus enrichir notre réflexion sur "c'est quoi les imaginaires du sport dans 100 ans ?"