Monday, October 07, 2019

ET SI NOUS NOUS PRÉPARIONS À LA DISPARITION DES JEUX OLYMPIQUES ?

Ce post n'est pas un post contre les Jeux Olympiques.

Ce post est une réflexion sur l'avenir des Jeux Olympiques à partir d'un constat qui dépasse largement le sport.

Le constat est celui-ci : nous vivons une triple révolution - politique, culturelle et climatique - qui va fondamentalement déstabiliser voir condamner les Jeux Olympiques dans les années à venir.

Les trois grandes révolutions en cours.

1 ° - Une révolution politique.

- La première révolution est la révolution du numérique qui met peu à peu à plat toutes les grandes institutions et les cadres de référence politique créés lors de la deuxième révolution industrielle au milieu du XIX° siècle.

Celui qui en parle très bien c'est le juriste Dominique Rousseau dans "Radicaliser la démocratie".


Et évidement, le sport et ses instances officielles ne sont pas épargnés par cette remise en cause des institutions.

Le sport tel qu'il est pensé et organisé aujourd'hui, est né lors de la révolution industrielle à la fin du XIX° avec, notamment l'organisation des premiers JO en 1896.

Aujourd'hui les fédérations sportives sont de plus en plus marginalisées et les imaginaires sportifs de la majorité des pratiquants n'a plus rien à voir avec les valeurs portées par les grandes compétitions 



2 ° - Une révolution culturelle.

- La deuxième révolution qui est la conséquence directe de la première, est une révolution culturelle qui met elle aussi à bas toutes les grandes valeurs portées par la société.

C'est à la fois la fin des grands récits décrit par le philosophe Jean-François Lyotard dans "La Condition post-moderne" et l'émergence du temps des tribus et du ludique dont parle si bien le sociologue Michel Mafessoli dans tous ses ouvrages depuis une quinzaine d'années.


Quand le ludique prend le pas sur la compétition, il est évident que toutes les instances sportives construite autour de l'idéal de la compétitions sont déstabilisées.

D'où l'émergence de nouveaux imaginaires sportifs qui font que le sport est de plus en plus diversifié, riche et créatif



3 ° - Une révolution climatique.

- La troisième révolution est, elle, d'une toute autre nature puisqu'elle est en train de menacer notre futur sur terre et donc nos façons de penser l'avenir, c'est la révolution climatique. 

Le climat est devenu un nouvel horizon politique qui remet à plat toutes nos certitudes et vient réinterroger nos façons de faire de la politique.

Celui qui parle le mieux de cette mutation radicale, c'est le philosophe Bruno Latour dans son exceptionnel et passionnant "Où atterrir ?"

Et évidement, le sport ne va pas être épargné par cette révolution radicale.

Les championnats du monde d'athlétisme qui viennent de se dérouler à Doha n'en sont que les prolégomènes - voir "Et si Doha annonçait nos futurs climatiques et sportifs ?"

Les nouvelles réalités climatiques vont bouleverser les pratiques imaginaires sportifs - voir, "Et si la chaleur bouleversait nos imaginaires sportifs et mobiles ?"

Et ce n'est qu'un début.


Ces trois révolutions, nous disent quoi ?

Elles nous disent que ce qui a fondé et fait fonctionner les Jeux Olympiques est en train doucement de s'écrouler.

- C'est la fin des grandes institutions sportives actuelles qui font vivre - et qui vivent - des Jeux Olympiques.

- C'est la fin des grandes imaginaires sportifs qui font vivre - et qui vivent - des Jeux Olympiques.

- C'est la fin de la grande segmentation été/hiver qui structure les Jeux Olympiques, leur organisation et leur grand récit.

D'où la question ...

Dans ce contexte d'écroulement de tout ce qui fonde les Jeux Olympiques, ne serait-il pas raisonnable de commencer sérieusement à réfléchir à leur avenir qui passera - peut-être - par leur disparition dans leur format actuel ?

Les Jeux actuels n'ont rien à voir avec les Jeux grecs, ils ne sont qu'une réinvention née au XIX° siècle et prolongée depuis selon une certaine vision du monde qui aujourd'hui trouve son aboutissement.

On en reparle dans nos prochains posts, la réflexion ne fait que commencer.

Pour un début de réflexion, voir : "Ça pourrait être quoi l'idéal olympique demain ?"