Wednesday, September 26, 2018

LA PIROGUE COMMME TRANS-SPORT® URBAIN COLLECTIF ?

Aujourd'hui "la pensée" sur la mobilité urbaine est d'une très grande pauvreté.

Cette "pensée" se focalise sur le numérique ou les transports collectifs.

Et quand cette "pensée" aborde la question de la mobilité active, cela se réduit bien souvent à la marche et au vélo.

Bref, l'innovation est très pauvre, même dans les villes traversées par des cours d'eau.

Or les rivières et les fleuves ont toujours été historiquement des axes forts de mobilité.

C'est pour remettre ces cours d'eau au coeur d'une vraie pensée prospective et novatrice, que chez Transit-City nous multiplions les réflexions sur les mobilités aquatiques en ville

- "Et si on repensait la mobilité urbaine autour de la natation ?"
- "New-York : Transport vs Trans-Sport ® ?"
"The Race to Alaska" comme modèle de trans-sport ® ? 
"Trans-Sport ® : swim to work?"
- "Et si Hobie-Cat devenait une nouvelle référence de la mobilité fluviale ?"
"Et si c'était la mobilité sur la Seine demain ?

Bref, les façons de réinventer la mobilité urbaine autour de l'eau sont nombreuses, très nombreuses.

Il suffit juste d'avoir envie de penser un peu autrement.

C'est ce que nous vous proposons dans ce post autour de la pirogue à balancier .

Si cette pirogue est souvent associée aux iles du Pacifique sous le nom de prao ou, du côté de Tahiti de Va'a, elle commence aujourd'hui trouver des aficionados dans certaines grandes métropoles comme New-York qui y organisent des compétitions - voir, .

Aujourd'hui la pratique est très anecdotique car souvent interdite en dehors des compétitions, mais qu'importe.

Ce genre de challenges entre pirogue irriguent les imaginaires et incitent à regarder leurs fleuves ou rivières différemment et à les imaginer comme des axes de transport et de trans-sport ®.

Pourquoi ne pas imaginer la pirogue comme la base d'un trans-sport ® urbain de masse ?


Cela permettrait de renouveler l'offre des mobilités actives et sportives en ville.

Cela permettrait de renouveler les imaginaires sportifs :  "Et si l'écologie devenait le 7° temps du sport ?"

Cela permettrait de réenchanter le combat écologique - .

Et cela permettrait aussi d'alimenter le "Plan national de Trans-Sport ® "  que nous souhaitons bâtir pour faire face à l'incapacité des pouvoirs publics d'inventer de nouveaux schémas de mobilités actives et sportives - .

Tuesday, September 25, 2018

LE VÉLO VA-T-IL ENCORE LONGTEMPS RESTER UN VÉLO ?

En devenant autonome, la voiture n'est plus une voiture - .

En devenant électrique, le vélo restera-t-il un vélo ?

C'est un peu la question que l'on peut se poser devant la communication de certains fabricants comme VanMoof pour vendre leurs vélos électriques.

"Incredible power", "effortless speed", "turbo boost", "huge capacity", "autonomie incroyable" ... le vocabulaire utilisé est plus celui du monde de la voiture, et notamment de la voiture électrique, que celui du monde du cycle.

Et c'est normal.

Car la promesse d'un vélo électrique, quoi qu'on en dise, n'est plus vraiment celle d'un vélo - celle de la nécessité d'un effort physique.

Sa promesse est juste son contraire, celle d'un effort minimum, voir nul.


Le vélo électrique n'est donc plus un vélo, il n'en a plus que l'apparence.

C'est une moto light, avec tous les avantages et les plaisirs que certains peuvent y trouver.

Il apparaît déjà comme une alternative crédible au scooter et à la voiture - voir "le vélo électrique dépasse le scooter" et cela est plutôt une bonne nouvelle.

Sauf que ...

En s'électrifiant, le vélo devient une machine de plus évitant tout effort physique.
Pas certain que cela aille dans le sens de l'histoire - "Sans moteur /  No Motors Project".

En s'électrifiant, le vélo quitte le monde de la motricité, pour rejoindre celui de la mobilité.
Pas certain que ça soit vraiment un progrès - À société toujours plus mobile, corps toujours plus sédentaires ?"

Monday, September 24, 2018

ET SI C'ÉTAIT CELA CIRCULER SUR UN AUTOROUTE DEMAIN ?

Pour prolonger la réflexion esquissée dans les deux précédents posts sur les nouveaux imaginaires post-automobiles - voir et -, il faut jeter un coup d'oeil sur "Picnics on the motorway - the first car-free Sundays" publié par The Guardian ce week-end.

Ou comment les Hollandais se sont réappropriés les autoroutes en novembre 1973 suite à la décision de leur gouvernement d'interdir la circulation automobile le dimanche pour faire face à la pénurie de pétrole lié au choc pétrolier.

On est dans le prolongement de : 

Aujourd'hui la réflexion sur les autoroutes n'est plus liée à la crise pétrolière, mais à la fois aux défis écologiques et climatiques et aux nouvelles pratiques des mobilités sportives que nous qualifions de trans-sport ® chez Transit-City.

Sur cette mutation des autoroutes liée au trans-sport ®, voir :
- "Pourquoi l'autoroute ne deviendrait-il pas une piste d'athlétisme ?"
et à son corollaire
- "Et si Reebok transformait les stations services en complexes sportifs ?"

Sans oublier, "Quand le corps remplace les machines".

Ces images viennent aussi alimenter notre réflexion sur la façon de penser la mobilité dans le futur sous le prisme du corps en mouvement : "Et si on lançait un vrai plan national de trans-sport ® ?"


Ces images renvoient aussi aux hypothèses de travail faites dans le cadre de notre Horse Mobility Lab, notamment autour de ces deux questions :

Saturday, September 22, 2018

C'EST QUOI UN GARAGE À VÉLO DEMAIN ?


Six images pour prolonger "Et s'il fallait plutôt réfléchir comme cela ?"et continuer à essayer d'imaginer un peu autrement les rapports vélos/voiture dans les années qui viennent.

Les voitures d'assistance du Tour du France pourraient - pourquoi pas ? - préfigurer les futurs garages mobiles destinés aux cyclistes en villes mais aussi sur les longues distances. Il suffit juste d'imaginer que les voitures soient électriques, voir carrément autonomes.

Ci-dessous, il faut apprécier la façon dont la carrosserie automobile a été pensée autour du vélo !


Les images ci-dessous sont, elles, dans la lignée de "Vers un trans-sport ® de marchandise ?"


De façon plus stratégique ces images sont à intégrer dans la réflexion "Without Motor Project".

Friday, September 21, 2018

ET S'IL FALLAIT PLUTÔT RÉFLÉCHIR COMME CELA ?

Et si dorénavant en regardant une voiture, on se demandait pourquoi la personne qui est dedans occupe autant d'espace ?

Et si dorénavant en regardant une voiture, on se demandait pourquoi la personne qui est dedans occupe utilise un moteur et non pas son corps ?

Dit autrement : et si on remettait le corps en mouvement au coeur de toute vision prospective sur la mobilité ? - voir, .

Oui, c'est pas nouveau comme question, mais cela mérite d'être rappelé à quelques jours de l'ouverture du Mondial de l'Automobile à Paris qui va essayer de nous faire croire pendant 10 jours que la voiture est encore une réponse crédible aux défis urbains, écologiques et sanitaires de demain. Ce qui est évident totalement faux.

Plus, .

Thursday, September 20, 2018

RÉFLEXIONS PARALLÈLES / FRAGMENTS D'UN MONDE NOMADE

Quand souvent les imaginaires et les réflexions de Transit-City se construisent en amont ou en parallèle, mais de façon purement iconographique, sur "Fragments d'un monde nomade".
Pour qu’une époque bascule, il faut bien que quel quelque chose de la vraisemblance ou de la ressemblance vacille, que le grand tableau des choses se fissure, se morcelle, éclate dans des directions différentes 
Seulement voilà.  
Dire cet éclatement est une chose, en montrer les réserves d’imagination dont il est porteur : une autre. 
On n’apprend pas de la même manière avec les mots et avec les images. 
On ne lit pas un Altas de la même manière qu’un livre imprimé.   
L’archéologie du savoir visuel a au moins un avantage sur l’archéologie du savoir : elle nous rappelle qu’il n’est pas besoin d’être philosophe pour penser, et que la science n’a pas toujours le dernier mot.  
Les images sont des échantillons du monde qui appartiennent à tous les hommes. 
Elles sont une sorte d’inventaire de nos états psychiques et corporels." 
- . 


Wednesday, September 19, 2018

QUAND ODIKO CONFIRME QUE LES USINES VONT, ELLES AUSSI, DEVENIR MOBILES

Demain le tissus industriel va se réorganiser en partie autour de l'imprimante 3D et d'infrastructures mobiles et modulaires - voir,  et .


Cette mutation est déjà acquise pour une entreprise comme Amazon quand elle réfléchit à son futur - voir, .

Cette mutation est déjà espérée pour les nouvelles générations - voir, "et si les parkings devenaient des usines ?"

Dès lors, comment s'étonner qu'une marque de robots comme Odiko envisage son avenir sous le prisme de la micro usine nomade joliment appelé "Factory on the Fly".

Plus de détails, .


C'est aussi à mettre dans la lignée du précédent post "quand Ikea confirme que la voiture e sera bientôt plus une voiture" et "la rue comme usine du futur ?"

Question : c'est quoi le marché de l'immobilier industriel demain ?

Tuesday, September 18, 2018

QUAND IKEA CONFIRME QUE LA VOITURE NE SERA BIENTÔT PLUS UNE VOITURE


Nous sommes à l'aube d'une double révolution de la mobilité :
- une première qui va tourner autour du corps en mouvement et de la mobilité active qui dans sa partie la plus sportive pourra être qualifiée de Trans-sport ®.
- et, à l'opposé, une deuxième révolution qui va tourner autour d'engins autonomes évitant tout effort physique comme la voiture autonome - voir,

C'est autour de ces deux grads axes qu'il va falloir penser la mobilité urbaine demain.

Cela va nous obliger à remettre à plat notre façon de penser certains objets du quotidien, comme la voiture.

En devenant autonome, la voiture ne sera plus une voiture : mais une pièce roulante, une pièce mobile - voir, "et si la voiture autonome était aussi une histoire d'architecture ?"

Cela fait longtemps que nous le disons - voir et  - et que nous essayons d'en tirer des conséquences sur la façon dont vont s'organiser demain les villes - - et les territoires agricoles - .

Quand c'est une marque comme Toyota qui montre cette révolution - voir, -, c'est fort, mais cela reste un constructeur automobile qui parle de la voiture du futur.

Quand c'est une marque de l'aménagement de la maison comme Ikea qui le dit, c'est plus fort.

Car cela démontre que la voiture va changer radicalement de statut.

Voir les visions d'Ikea, .

Cela montre que, comme dans beaucoup de secteurs, c'est le monde hors automobile qui n'était jusque là pas légitime pour parler "voiture", qui va bouleverser l'automobile.

Aujourd'hui, Renault n'a aucun discours sur la voiture autonome.
Aujourd'hui, Peugeot et Citroën n'ont aucune vision claire sur la voiture autonome.
Et globalement aucun constructeur n'a grand chose à dire - voir, .

Et c'est normal.

Les constructeurs automobiles continuent à penser à la voiture autonome juste comme une voiture dite "intelligente" (pour eux "intelligente" = "connectée").

Sauf que non...

En devenant autonome la voiture devient autre chose, plein d'autres choses. Ikea vient justement nous le rappeler avec ses visions.

Avec cette révolution, nous allons rentrer dans la deuxième phase de la troisième révolution industrielle - .


Question : c'est quoi le marché de l'immobilier demain ?