Thursday, January 31, 2019

ET SI SEUL, LE JOUET POUVAIT RÉENCHANTER LA VOITURE ?

Et si aujourd'hui la voiture était devenue une chose tellement banale, que seul le jouet pouvait en réinventer ses formes ?

Et si aujourd'hui le design automobile était tellement devenu tellement pauvre et insignifiant, qu'il fallait l'esthétique des Lego et des Dinky Toys pour le rendre de nouveau désirable et surprenant  ?

C'est en tout cas, ce que semble dire Uber aux constructeurs automobiles avec son opération Uber Toys.

On est dans le prolongement de notre précédent post, "Et si seule, la fiction pouvait réenchanter la voiture ?"

Une approche autour du jouet qui renvoie très directement à 

L'approche d'Uber prend le contre-pied de celle de Peugeot qui, en 2004 avec son film "Toys"dénigrait, lui, totalement le ludique. Il faut dire que l'âge moyen d'un acheteur de voiture neuve en France est de 54 ans. Soit une tranche d'âge pour qui la voiture est encore un truc sérieux. C'est évidemment tout le contraire aujourd'hui de la grande majorité des clients d'Uber qui se fout, elle, totalement de l'objet voiture.

Sur ce thème de la voiture jouet, voir, entre autres,

Sur le statut de la route sous l'influence du jouet, voir "Hot Whells in L.A."

On en reparlera, .

Wednesday, January 30, 2019

ET SI SEULE, LA FICTION POUVAIT RÉENCHANTER LA VOITURE ?

Et si seule fiction pouvait réenchanter et rendre de nouveau désirable la voiture ?

C'est un peu la question que l'on peut se poser devant le dernier film publicitaire du leader mondial de la grande distribution, l'américain Wallmart, en faveur de son service de drive-in - voir le très efficace spot, .

Comme si face à l'épuisement du modèle "grande surface / voiture", seules les voitures frictionnelles pouvait rendre désirable un modèle qui n'attire plus les jeunes génération.

En même temps sous son aspect joyeux et déconnant, ce film dessine et illustre très clairement certains avenirs de la mobilité
- l'exosquelette transformer - .
- le drone autonome - .
- le bio-design ludique - et .

En s'interrogeant sur les futurs imaginaires automobiles, ce film renvoie aussi très directement à notre question "Et si la route, c'était fini ?"

Friday, January 25, 2019

ET SI L'HABITAT MOBILE DÉVORAIT LA ROUTE ?

Réfléchir sur l'évolution de la route à travers l'évolution de ses à-côtés peut prendre plusieurs formes.

Soit on analyse l'évolution des équipement fixes qui traditionnellement la jalonnent, comme les garages notamment, et on tente de voir comment l'évolution de ces dernier peut, ou non, changer les fonctions de la route. C'est ce que nous avons fait dans notre précédent post,  "Et si la garageïfication mangeait la route ?"

Soit on analyse les façons dont les voitures et les camions investissent ses abords pour en faire autre chose qu'une route.

C'est ce deuxième aspect qui nous intéresse ici avec ces images extraites d'une impressionnante vidéo d'un bord de route en Californie - voir la vidéo, .

On peut, bien sur, n'y voir qu'une succession de camping-cars garés devant une plage.

Mais on peut y voir d'autres choses.

On peut y voir la négation du rôle traditionnelle de la route.

La route est là, mais elle n'est plus une route.

Car ici, la route ne sert plus à circuler, mais à juste stationner. 

Ce qui compte, c'est le stationnement, pas la circulation.

Le stationnement a mangé la route.

La route est devenue une ville éphémère.

Sur ce sujet, voir
- "Le parking, comme nouvel habitat idéal ?"

Cela renvoie directement vers notre approche sur les "hyper lieux mobiles ®"

On en reparle le vendredi 15 février lors de notre Atelier "Et si la route, c'était fini ?"

Thursday, January 24, 2019

ET SI LE GARAGEÏFICATION MANGEAIT LA ROUTE ?

Aujourd'hui le garage sert à tout... sauf à garer une voiture.

Le garage est devenu un espace de liberté au coeur de l'habitat.

On en a souvent parler dans ce blog
"Et si c'était le garage qui devait révolutionner l'habitat ?"
"Et si la montagne devait aussi changer le garage ?"
"Mutation du garage : de la voiture à la prothèse ?"

Et un tout récemment un ouvrage édité par le MIT et titré sobrement "Garage" est venu rappeler la mutation radicale qu'à connu cet espace devenu dans l'imaginaire collectif un espace exceptionnel de créativité - très belle analyse, .

Hewlett Packard a largement participé à cette mutation du regard avec ses fameuses "Rules of the garage" apparues en 1999 afin de renforcer la mystique de l'innovation de la marque.

Apple et de Steve Jobs ont eux aussi participé à cette évolution - voir, "Le garage, le campus et la chambre"

Certains ont même créé le néologisme de "garageïfication" pour parler qualifier tout détournement des espaces au profit de nouvelles pratiques plus ou moins atypiques.

L'une des questions que l'on est droit de se poser est : et si la garageïfication, après avoir changé la pensée sur l'habitat, pouvait maintenant aussi changer la pensée urbaine ?

C'est indirectement à cette question que répond le projet "Rebel Garage" conçu pour repenser les espaces de circulations dans les banlieues de Chicago.

Avec "Rebel Garage", une nouvelle typologie de rue est inventée à partir de "garages" qui ne sont plus des garages, mais des espaces mi-privatifs/mi-collectifs d'un genre nouveau et très différents les uns des autres.

Une vision qui peut renvoyer aux pistes d'ultra densification évoquées dans "And if the American suburb become dense ?" (image ci-dessous)

On en reparle le vendredi 15 février lors de notre Atelier "Et si la route, c'était fini ?"

Monday, January 21, 2019

SEOUL CITY MACHINE / ET SI C'ÉTAIT CELA UNE RUE DEMAIN ?


Des drones enseignes lumineuses.

Des drones livraison.


Des drones compagnons - .

Des drones de signalisation routière.

Des robots services.

Des véhicules autonomes.

Et si c'était cela la rue demain, une accumulation de robots roulants et volants contrôlés par un vaste et unique système d'exploitation urbain ?

C'est en tout cas, ce qu'imagine de façon très poétique l'architecte et cinéaste australien Liam Young dans "Seoul City Machine".

On y retrouve la magie et la douceur de "Et si les drones étaient aussi des histoires d'amour ?"

Un petite fiction qui peut renvoyer à deux questions