Tuesday, April 03, 2018

ET SI LES HANDICAPÉS ACCÉLÉRAIENT LA MUTATION VERS LE TRANS-SPORT® ?


Cela fait plusieurs années que chez Transit-City nous défendons la thèse suivante 
1° - si les XIX et XX ont été les siècles de la machine, le XX° va être celui du corps
2° - dans le cadre de cette mutation radicale, il va falloir s'intéresser au corps, à tous les corps, et notamment aux corps a priori les moins performants.
3° - cette pensée autour du corps, va nous faire passé d'une approche fondée sur la mobilité à une approche fondée sur la motricité
4° - dans ce nouveau contexte de pensée autour de la motricité, le handicap va être un formidable moteur d'innovation

On en a souvent parlé dans ce blog, voir "Pourquoi il est normal que Nike et Toyota disent la même chose".

Cette mutation de la pensée autour d'un corps différent ou d'un corps en mouvement, va nous obliger à regarder certains véhicules de façon un peu différentes et d'en imaginer de nouveaux.

On se demandait récemment "et si le jogging stroller servait à démarrer une nouvelle histoire ?", le couplage fauteuil roulant/poussette bébé ci-dessus en est, d'une certaine façon, la réponse.

Ce véhicule modulaires à 8 roues - voir les détails, - peut-être vu comme autre chose que ce qu'il est actuellement, et regarder comme le modèle du véhicule léger et sportif de la mobilité urbaine de demain.

Il est la démonstration que la chaise roulante vu comme un alternative à la voiture comme c'est déjà le cas au Japon - voir "Entre robots et fauteuils roulants".

Nous avons souvent évoqué cette possible alternative dans ce blog :
- "et le handicap permettait de penser autrement la mobilité automobile ?"
- "the next ultra-light car ?"
- "et si le handicap était une formidable source d'innovation ?"

Et tout devrait contribuer à accélérer cette mutation de la pensée, notamment sous l'influence de certains Gafa.

C'est d'abord Google qui depuis le 15 mars dernier propose sur Google maps une fonctionnalité pour déterminer si certains parcours ou certains lieux publics sont facilement accessibles aux fauteuils roulants - voir,  et .

Quelques jours plus tard, le 18 mars,  Apple annonçait vouloir proposer de nouveaux emojis autour du handicap - voir, .

C'est à travers ce genre de petits détails qui se cumulent, que l'on peut sentir que peu à peu se construit une nouvelle pensée de la mobilité urbaine. Une mobilité urbaine pensée autour du corps, de tous les corps, même les plus diminués.

Un pensée qui devrait nous amener à penser le corps et la ville autrement, et inciter à développer de nouvelles solutions de mobilité alternatives à la voiture individuelle et aux transports collectifs.

Le fauteuil roulant est à l'avant garde de cette mutation, mais d'autres techniques comme la prothèse ou l'exo-squelette devraient rapidement émerger.

Il est à cet égard très significatif que parmi les emojis que propose Apple, on trouve une prothèse de jambe.

La prothèse va devenir un moyen de transport, un moyen de mobilité, un moyen de motricité.

On retrouve avec cet emoji un certain nombre d'évolutions que nous avions identifié depuis quelques temps, notamment dans le cadre de notre recherche "New Prothèses"

Parallèlement l'exosquelette va, lui aussi, se banaliser et devenir lui aussi un moyen de mobilité du quotidien - voir l'offre d'une compagnie comme "Roam" illustrée ci-dessous et la vidéo, .

On retrouve dans ces images, notre questionnement "L'exosquelette comme basket du futur ?"

Chez Transit-City, on fait que le pari l'exosquelette va se démédicaliser et devenir peu à peu une alternative crédible et peu cher pour se déplacer en ville.

On retrouve dans ces images, l'approche développée par une marque comme Honda depuis plusieurs années - voir

Entre fauteuil roulant/poussette et exosquellette, on voit se dessiner de nouveaux imaginaires mobiles, corporels et sportifs qui vont peu à peu se rendre désirables et ainsi, accélérer la mutation post-automobile.

Si marcher en ville n'est plus fatiguant et bon pour la santé, pourquoi utiliser une voiture ?

On reparle le 8 juin prochain, .