Thursday, August 30, 2018

ET SI GREENPEACE DEVENAIT ENFIN UNE VRAIE MARQUE DE SPORT ?

Cela fait plusieurs posts que nous évoquons l'idée que les marques de sports deviennent peu à peu de nouveaux acteurs du combat écologique - voir ou , entre autres.

Mais on peut aussi faire l'exercice en sens inverse, et se demander si les grands acteurs de l'écologie militante et combattante n'aurait pas vocation à devenir des grandes marques de sport ?

Ca rejoint cette grande idée que l'un des grands plaisirs du sport c'est de "faire les cons", de transgresser les espaces et les façons d'être du quotidien - voir "Vers des mobilités de plus en plus déconnantes ?"

Et qui de mieux aujourd'hui que Greenpeace pour faire du sport en faisant ce qui est strictement interdit ?

C'est interdit de survoler une centrale nucléaire ? Alors, on le fait !
C'est interdit d'escalader une plate-forme pétrolière ? Ben on va le faire !
C'est interdit de se suspendre à laTour Eiffel ? Raison de plus pour le faire !!

Évidement tout cela n'est pas gratuit, mais au service de la cause écologique, ce qui démultiplie encore plus le plaisir - même si cela peut parfois conduire à affronter les forces de l'ordre 

Si on part du principe que 
1° - le combat écologique va être le grand combat de demain
2° - le sport out-door va continuer à exploser dans les années qui viennent
alors ...

Alors ... on peut se demander pourquoi Greenpeace ne deviendrait pas une nouvelle marque de sport extrême non pas pour vendre du textile ou des chaussure comme Patagonia ou North Face, mais des voyage extrêmes comme le font xSquare ou Evaneos.

On n'adhérerait plus à Greenpeace pour défendre les ourses et les baleines, mais pour aller s'éclater en Antartic ou ... au dessus d'une centrale nucléaire.

Les sports utilisés par Greenpeace sont les mêmes sports extrêmes que ceux médiatisés par Red Bull... mais ouvert tous !!! Pour y accéder, il suffit juste d'être motivé pour militer et accepter de prendre un peu de risque ! 

Si Greenpeace devait prendre dans cette voie des sports extrêmes pour attirer de nouveaux militants, on n'aurait pas un mouvement de greenwashing comme celui engagé par toutes les marques de sport actuellement () ... mais plutôt un mouvement de sportwashing, c'est à dire l'utilisation d'une promesse sportive pour mieux se vendre et, en l'occurrence, amener plus de monde au très nécessaire et très urgent combat écologique !!!

On en reparle très vite.

Wednesday, August 29, 2018

ET SI ADIDAS DEVENAIT VRAIMENT ÉCOLO ?

Le sport est partout.

Le sport s'est banalisé.

Les imaginaires sportifs aussi.

Et donc le sport ne suffit plus à vendre des articles de sport.

Ni à faire du sport - voir, et .

Il faut donc que les marques s'inventent un nouveau discours et un nouveau positionnement en dehors du sport.

Il faut que les marques de sport deviennent porteuse d'une cause.

Adidas a déjà pris ce virage vers le "hors-sport" traditionnel depuis plusieurs mois.

En se positionnant notamment comme un acteur de la mobilité urbaine - voir "Et si Adidas devenait une compagnie de transport ?"

Mais en se positionnant aussi comme un acteur incontournable de la mode - voir "Et si Adidas abandonnait le sport ?"

Mais Adidas a aussi compris que le grand combat des années à venir est celui de la défense de l'environnement et de la planète dans son ensemble.

Ce virage des marques et des pratiques sportives vers l'écologie va être la prochaine grande mutation du sport - voir "Et si l'écologie devenait le 7° temps du sport ?"

Cela peut prendre l'aspect d'une lutte politique frontale avec le pouvoir en place comme avec Patagonia contre Trump aux Etats-Unis - voir .


Cela peut aussi prendre un visage plus soft comme avec Rapha, toujours aux Etats-Unis, qui tente d'inoculer un peu culture autour du vélo dans un pays dominé par la voiture - voir .

Adidas lui n'a pas pris ce virage politique du combat écologique.

Adidas a pris le virage industriel en s'associant avec Parley pour se faire l'un des grands recycleurs des tonnes de plastique qui polluent aujourd'hui les océans - voir - pour en faire des articles de sport, notamment des maillots - - ou des chaussures - .

On peut évidemment penser que tout cela n'est que du greenwashing et reste très anecdotique par rapport aux véritables combats politiques et écologiques qu'il va falloir mener dans les années qui viennent. Certes ...

On gardera nous le côté positif de la chose, en intégrant qu'Adidas est aujourd'hui une marque forte auprès des jeunes et qu'elle est peut-être capable - tout du moins peut-on l'espérer - d'entrainer une mutation à la fois dans les imaginaires du sport vers la défense de l'environnement, mais aussi dans les process industriels autour de l'économie circulaire. 

Monday, August 27, 2018

ET SI L'ÉCOLOGIE DEVENAIT LE 7° TEMPS DU SPORT ?

Chez Transit-City, cela fait plusieurs années que nous analysons les évolutions du sports et de ses imaginaires à travers 6 temps - voir "Les 6 temps du sport".

Ces temps ne sont évidemment pas alternatifs les uns aux autres, mais parallèles les uns aux autres.

Aujourd'hui dans le monde entier, nous vivons avec ces 6 temps qui peuvent prendre, selon les pays et les cultures religieuses, des formes différentes, mais qui ont tous les mêmes bases pratique.

A chacun de ces temps, nous avons associé une dimension anthropologique à travers la figure de la dévoration de nos imaginaires.

Cette grille de lecture a montré sa pertinence dans un certain nombre de travaux et de missions que nous avons conduits récemment auprès de grandes groupes français et internationaux.

Mais cette grille de lecture, comme toute grille de lecture, doit être réinterrogée et surtout doit continuer à s'enrichir et à vivre.

Ce travail de réflexions, nous l'avons fait ces derniers mois autour des nouveaux liens entre la ville, ses mobilité et le sport autour de la notion de trans-sport ® et de motri-cité ® - voir et . notamment.

Ce travail de réflexion s'est fait, notamment, à travers deux Ateliers :
- Et si demain, on passait du transport au trans-sport ?
- Et si les révolutions du sport entrainaient une vaste mutation urbaine ?

Ce travail s'est aussi concrétisé et poursuivi par une nouvelle aventure entrepreneuriale avec la création de La Compagnie du trans-sport ® et de motri-cité ®.

Pourquoi cette évolution dans nos réflexion ?

Pourquoi donner encore une autre dimension au sport, en plus des six déjà décrites ?

Car nous avons aujourd'hui la conviction que le sport a aujourd'hui un nouveau rôle sociétal à jouer : celui de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique en développant de nouvelles pratiques quotidiennes peu polluantes et respectueuses de l'environnement -  le run commuting en est un excellent exemple.

Voir, parmi beaucoup d'autres posts,  :
- Et si on repensait le Grand Paris à l'aune du trans-sport ® ?
- Et si on devait repenser la mobilité urbaine autour de la natation ?

Notre hypothèse de travail, est que le sport va passer du SEUL souci du corps au souci de la planète et d'une ville plus durable.

Le corps aurait une nouvelle vocation : remplacer autant que possible le moteur - .

Dit autrement, les sportifs deviendraient ainsi par leurs pratiques sportives douces et non polluantes (évidemment, on parle pas des férus de courses automobile ou de motos) des militants écologistes actifs.

Les nouvelles pratiques viendraient ainsi renouveler et enrichir les imaginaires de l'écologie urbaine et politique aujourd'hui en quête d'horizons nouveaux et plus désirables.

Il faut lire :
- Et si tout était prêt que cela bascule plus vite qu'on ne l'imagine ?
- Et si le sport pouvait déclenchait une révolution urbaine ?
- Et si demain nous devions pratiquer la ville comme un sport ?

Ce Temps 7 du sport pourrait se définir comme suit sur les 2 slides ci-dessous :


Ce post est un premier jet.

Nous allons l'enrichir.

Car le Temps 7 du sport, c'est à la fois :
- la remise en cause des approches sportives traditionnelles tournées autour du corps.
- la remise en cause des approches sportives traditionnelles tournées autour des fédérations sportives incapables aujourd'hui de comprendre les nouveaux imaginaires mondiaux.
- la remise en cause des approches traditionnelles de l'urbanisme.
- la remise en cause des approches traditionnelles des politiques de transport.

Bref, le Temps 7 du sport c'est une révolution politique en phase avec les défis climatiques et écologiques planétaires.

On y revient très vite.

En attendant, vous pouvez jeter un coup d'oeil sur : 
"The Race to Alaska" comme modèle de trans-sport ® ? 
Simply propelled 

Thursday, August 23, 2018

ET SI ADIDAS DEVENAIT UNE AGENCE D'ARCHITECTURE ?

On sait tous ce que l'architecture du Centre Pompidou a apporté à Nike au début des années 80 pour créer sa fameuse Air Max - voir "Et si Nike devait beaucoup à Archigram ?"

Peut-on, aujourd'hui, imaginer l'inverse, c'est à dire voir comment une chaussure de running pourrait influencer la façon de penser l'organisation et la construction d'un nouveau genre d'immeuble dédié au sport ?

C'est l'exercice que conduit actuellement Adidas avec des cabinets d'architectures à partir de son P.O.D System développé pour son adidas Originals - vidéo, .

Des résultats de cette collaboration Adidas/architectes ont été présentés récemment - voir les photos ci-dessus et ci-desssu et toutes les explications, ,  et .

Honnêtement ce n'est pas tellement le style qui nous intéresse (ni qui nous séduit forcément) dans cette démarche.

Ce qui nous intéresse c'est la façon dont les nouvelles pratiques sportives urbaines et - surtout - la nécessité d'inventer de nouveaux équipement sportifs peut trouver comme nouvelles réponses quand des architectes sont challengés par une marque de sport.

On est dans le prolongement de nos récents questionnements

Les bâtiments présentés ici sont, aussi, à mettre dans la lignée des nouveaux équipements aquatiqueS présenté dans le précédent post - voir, "Et si c'était cela un carrefour demain ?"

On a donc là peut être le début d'une mutation : celle de la fin des équipements sportifs traditionnels - - et l'émergence possible de nouveaux équipement en phase avec les nouvelles façons de vivre les villes - voir "Et si on passait d'Autolib' au stade éclaté ?"

Et là on se plait à imaginer que les équipementier sportifs deviennent un jour aussi des agences d'architecture et des aménageur urbains.

Nike et Adidas ont changé les façons de penser la rue - -, pourquoi ne changeraient-ils pas aussi demain la façon de penser l'architecture ?

Plus, .

Wednesday, August 22, 2018

ET SI C'ÉTAIT CELA UN CARREFOUR DEMAIN ?

Des villes qui étouffent sous des canicules à répétition.

Des villes qui veulent chasser la voiture.

Des villes qui veulent inciter leurs habitants à faire du sport.

Des villes qui se décident afin à sortir de la fascination automobile pour s'intéresser au corps en mouvement et au bien-être de ce corps en mouvement.

Des villes qui voudrait tout remettre à plat pour penser leur avenir.

Des villes qui voudraient inventer de nouveaux équipements et de nouveaux aménagement urbains répondant aux nouveaux imaginaires.

C'est à tout cela que l'on peut penser devant ce toboggan aquatique géant installé à New-York en 2017 dans le cadre des Summer Streets - voir, .

C'est à la fois de nouveaux couloirs routiers et de nouveaux agents de circulation.

On est dans le prolongement de :
- "Et si on repensait la mobilité urbaine autour de la natation ?"
- "La piscine comme futur grand enjeu urbain ?"

Et de façon plus stratégique à long terme sur l'évolution de New-York, voir 

Tuesday, August 21, 2018

ET SI ON REGARDAIT LES AUTOROUTES DE MEXICO UN PEU AUTREMENT ?

Les photos ci-dessus signées Onnis Luque sont celles du réseau autoroutier de Mexico - plus, .

On peut les regarder pour ce qu'elle montrent, un enchevêtrement routier au service d'une mobilité bruyante et polluante.

On peut aussi être tenter de les regarder autrement, c'est à dire avec un oeil de coureur et les imaginer comme des pistes d'une mobilité douce, sportive et sans moteur à l'image des photos ci-dessous