Monday, February 03, 2014

ET SI LES VILLES REPRENAIENT LE POUVOIR FACE AUX ÉTATS ?


Et si en devenant les moteurs de la croissance, les villes s’émancipaient peu à peu des Etats ?

Et si nous étions à l’aube d’une vraie révolution politique ?
Et si aujourd’hui les Etats-Unis était à la pointe de cette révolution ?
Et si le « new localism » anglo-saxon annonçait un « néo-médiévalism » urbain ?
Bref, et si pour penser le monde urbain du XXI° siècle, il fallait revenir au Moyen-Âge ? 
Dans son dernier livre « La Ville au secours des Etats » , l’urbaniste Jean Haentjens souligne que le « retour des villes sur le devant de la scène politique a connu, depuis quelques années, une accélération impressionnante. En Europe, plusieurs pays (Danemark, Suède, Pays Bas, Finlande…) ont récemment réduit le nombre de leurs communes pour leur donner plus de responsabilités. Le Royaume-Uni a voté, en 2011, un Localism Act et la France a accordé, en 2013, un statut particulier aux métropoles. »
Aux Etats-Unis, des économistes et essayistes, parmi lesquels Benjamin Barber dans son récent «If mayors rule the world - Dysfonctionning nations, Rising cities» ou Bruce Katz et Jennifer Bradley dans «Metropolitan révolution - How Cities and Metros Are Fixing Our Broken Politics and Fragile Economy» expliquent « que les pouvoirs urbains sont en train de prendre le relai des Etats défaillants, surendettés, et paralysés par des querelles idéologiques ; et que les vrais leaders, ce ne sont plus les politiciens qui s’agitent dans les medias, mais les élites urbaines - maires, chefs d’entreprises, universitaires, responsables associatifs et acteurs culturels - qui oeuvrent de concert pour développer leur cité.» 

Ces analyses posent évidement un certain nombre de questions.

- La première pourrait être de savoir s’il est vraiment étonnant que dans un monde très majoritairement urbain, les villes prennent un poids économique et politique de plus en plus important ?

- Une autre pourrait être de se demander si ce qui est décrit par ces chercheurs américains n’est pas tout simplement une longue tendance historique déjà très ancienne ? Souvenons nous de ce qu'écrivait Fernand Braudel dans « Civilisation matérielle, économie et capitalisme XV-XVIII° siècle » : face à un «État toujours un peu lourdaud», la ville a toujours prêté sa «vivacité irremplaçable».

- La vraie question pourrait alors être de savoir si cette montée en puissance économique des villes va demain se traduire par un basculement d’une partie des pouvoirs détenus par l’Etat central vers de nouveaux pouvoirs communaux ? 

Ou dit autrement : de savoir si on va passer d’un simple mouvement qualifié de « new localism » à une vraie révolution « néo-médiévale » qui s’exprimerait notamment par une autonomie de plus en plus grandes des villes face à des Etats de plus en plus affaiblis ?

C'est pour discuter de ces questions et hypothèses que nous organisons le vendredi 7 mars un Atelier Transit-City avec :
Professeur d’histoire du Moyen-Âge à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, 
auteur - entre autres - de « Histoire de l’Europe urbaine - La Ville Médiévale » 

urbaniste et auteur de « La Ville au secours des Etats »

Les Ateliers Transit-City ont lieu au Pavillon de l'Arsenal de 8 h 45 à 11 heures
21 Bd. Morland 75004 PARIS.
Métro : Sully Morland.

L'inscription est toujours absolument obligatoire.