Friday, May 27, 2011

CHANTIERS VOLANTS

D'abord les machines.


Le Hughes XH-17, espèce de gros 4x4 surélevé avec une hélice. Vidéo, .


Le Mi-10, aussi laid que tous les autres hélicoptères de l'époque soviétique. Vidéo, .


Enfin, le Sikorsky CH-54, véritable grue de l'air, mais que certains comparaît aussi à la Jeep. Vidéo, , et variante constructives .

Ensuite les chantiers, vus par Alain Bublex. Pour les explications techniques, voir et . Et pour continuer à rêver, .


Et pour ceux qui préfèrent les chantiers flottants, voir , ou roulants, .

Wednesday, May 25, 2011

L'ITALIE OU L'IDÉAL PERVERTI


Longtemps les cités italiennes furent des modèles.

Sur le plan politique avec la notion d'urbs, qui au même titre que la civitas, est l'un des piliers fondateur de la culture européenne.

Sur le plan esthétique avec une architecture et un urbanisme qui font de Venise, Padoue, Génes, Amalfi, Positano, Sienne et Rome probablement les plus belles villes du monde. Ou en tout cas parmi les plus belles ...

Voilà en tout cas ce que moi j'ai retenu de mes lointaines études classiques (plusieurs années de latin grec, notamment), de quelques lectures et d'un certain nombre d'escapades italiennes.

Et même si j'ai toujours su que l'histoire ne pouvait évidement se résumer à quelques concepts et bâtiments, la notion de cité italienne a toujours eu dans mon esprit une consonance un peu particulière.

Aujourd'hui ma question est : cette longue histoire politique et esthétique est-elle en train de servir de base à la négation de cet idéal de mixité et d'échange ? ou - dit autrement - l'image de la cité italienne va-t-elle fournir les décors à une nouvelle ségrégation ?


La question m'est venue il y a quelques semaines à Johannesburg où - par des hasards de réservation d'hôtel - je me suis retrouvé à Montecasino, fausse cité italienne dédié au shopping et aux jeux.

Un centre d'un nouveau genre - multi-fonctions (commerces, bureaux hôtels ...) et majoritairement à ciel ouvert - comme on en trouve de plus en plus aux Etats-Unis et qui sont destinés à offrir un semblant d'urbanité à l'européenne, ou en tout cas correspondant à l'idée que s'en font les non-européens (Voir la version indienne, ).

A noter que si à Montecasino les parties extérieures sont particulièrement réussies, les galeries intérieures sont, elles, très kitsh et très similaires à celles du Forum Shop du Caesar Palace de Las Vegas ou à celles du Venus Forte de Tokyo.


Ce centre a la particularité d'être un des rares endroits à Johannesburg où l'on peut sortir de sa voiture pour marcher et - encore plus fort - se promener le soir ou dîner à une terrasse. On se sent donc bien et libre ... même si l'on est en réalité dans un immense cage gardée par de nombreux vigiles.

Sauf qu'évidement dans l'ancien pays de l'apartheid ce genre d'enclave a forcément un drôle de goût. Surtout quand on constate que tous les vigiles sont noirs, et les clients blancs.

Parmi les nombreuses réflexions qui m'ont assailli en découvrant Montecasino, je voulais vous en proposer deux sous formes de questions

De la ville privée à la privatisation de Rome ?

Si la ville italienne devient le modèle de la ville privée, pourquoi ne pas imaginer à l'inverse que les zones centrales de Rome ou de Venise soient privatisées afin d'être transformées en une vaste entité d'un nouveau genre associant musée et commerces, et dont l'accès serait étroitement contrôlé ?

C'est en tout cas une hypothèse par très éloignée de celle proposée récemment par le magasine San Rocco à la suite des déclaration du ministre de l'intérieur italien d'interdire toutes les manifestations dans les zones touristiques des villes de la péninsule.

Les images proposées ci-dessous pour Rome et Venise sont en tout cas très fortes et prennent une vraie résonance politique quand on les compare à celles venant d'Afrique du sud. Ou quand lMontecasino semble donner de la crédibilité à une idée a priori totalement irréalisable et contraire à la culture européenne. La Plazza del popolo n'aurait alors de populaire plus que le nom.


De la fausse ville italienne à Manhattan comme centre commercial néo-vénitien ?

Si la galerie marchande décorée à l'italienne devient la référence urbaine et architecturale, pourquoi ne pas imaginer de transformer Manhattan en une Venise commerciale ?

C'est là encore une hypothèse pas très éloignée de celle proposée par Zuccaro Marchi, un étudiant en archi avec son projet "Bauci Outlet Mall City".


Voilà comment Z. Marchi présente son projet. Une fiction, que l'on peut lire évidement en regardant les photos de Montecasino.

The New York Times, Tuesday February 8, 2035 «2035...finally our Generation lost. Sustainability was considered a joke and now we have no more opportunities to live as our Fathers did. No more Fresh air, no more sane food....Cities sunk and the Solar light has become dangerous instead than helpful.

Traditionalism, the loss of trust on progress, finally has become the most powerful Religion in XXI Century Architecture, a dangerous religion for our souls which have turned our contemporary cities in a old William Blake tale. Thus in Berlin the Smithsons Hauptstadt has been totally destroyed, in London the built Exodus of R. Koolhaas has become a platform for single houses farms, Tange Tokyo Bay and Kurokawa Helix City have been transformed in small Italian style towns,.... Finally Architects focused their attention on Manhattan, New York. It was decided to demolish the Continuous Monument designed by Superstudio Group in 1969 and to reuse a part of its Superstructure in order to build a second level city, more traditionalist, more liveable, to be designed in the right human scale.

No ideas came out from the most important architecture firms, no ones. In a NY municipality reunion, out of the blue, an Outlet contractor who worked in Disney raised his hand: '' Why don''t we build again Venice as they already did more than 100 years ago in Coney Island? The real Venice is already sunk....we may all live in the Doge city, which was my wife dream, and get all millions of tourists who usually visited it.''

Already other cities attempted to use Venice image, but only New York now has the copyrights. Indeed a new Venice is now over our heads, with the same size of the old one.

Its new name is Bauci as one of the Invisible Cities narrated by the Italian writer Italo Calvino. Should our future be safe now with a new Invisible City?...



Sur ce sujet, voir , et .

Tuesday, May 24, 2011

GRAND PARIS : ET SI ON AVAIT TOUT FAUX ?

"Il est sans doute souhaitable de privilégier les transports collectifs sur la voiture dans la planification, mais l’amour pour ces transports collectifs ne doit être ni sourd à leurs dysfonctionnements, ni aveugle aux effets de concentration et de ségrégation qu’ils rendent plus facilement possibles …"

C'est signé Jean-Pierre Orfeuil, professeur à l'Institut d'Urbanisme de Paris

On en reparle avec lui le vendredi 1 juillet, lors du prochain Atelier Transit-City.

Et dans un sens opposé, voir .

Sunday, May 22, 2011

VIOLENCE

Quand le constructeur chinois Chery décide de communiquer au Chili sur son nouveau modèle doté de six airbags, ca donne l'image ci-dessus signée de l'agence Los Quiltros. C'est pas forcément très fin, mais c'est efficace. Ou quand la violence routière n'est pas cachée mais, au contraire, exacerbée.

Petit rappel à ceux que cette publicité choquerait : selon l'OMS, les accidents de la route seront, d'ici dix ans, la troisième cause de mortalité dans le monde, alors qu'elle en était la 9e en 1990. "Sur la décennie écoulée (2000-2010), on peut estimer le bilan à environ 13 millions de morts et des centaines de millions de blessés. Depuis les années 50, période de généralisation de l’automobile individuelle, on peut estimer le bilan à environ 60 millions de morts, soit un pays comme la France rayé de la carte." peut-on lire .

Friday, May 20, 2011

VERS DES BATEAUX SANS COQUE ?

Dans un récent post, je vous faisais part de mes réflexions sur la possible fin des voiles au profit des ailes (voir ), dans une optique, évidement, d'aller toujours plus vite.

Cette course à la performance se fait aussi, bien sur, au niveau des appendices (notamment via les foils), et de la coque, que l'on tente toujours d'alléger au maximum.

Cette double recherche est conduite, entre autres, par les suisses de Mirabaud LX. Ce sont eux qui en 2009 faisait "voler" le premier navire sans coque (photo tout en haut), et qui aujourd'hui viennent encore de faire évoluer leur "voilier" grâce à une aile rigide (voir ). C'est à la fois beau et bluffant, et cela pose de très stimulantes questions sur le fait de savoir à quoi ressembleront les bateaux de demain.

Très beau dossier sur le site de Voile & Voiliers. Regardez la vidéo, .

Wednesday, May 18, 2011

ONKALO, THE NEXT BIGGEST GARBAGE CITY


L'énergie nucléaire n'est pas - et ne sera jamais - une énergie propre.

L'énergie nucléaire produit énormément de déchets - près de 300 000 tonnes en trente ans dans le monde - et des déchets qui seront radioactifs, et donc dangereux, plus de 100 000 ans.

Aujourd'hui on ne sait pas quoi faire de ces déchets, ni comment gérer la gestion de ce temps difficilement pensable pour un humain aujourd'hui. Voir sur ce sujet Déchets et les réflexions d'Ulrick Beck. "Notre langage est inadapté lorsqu'il est confronté au défi d'alerter les futures générations sur les dangers que nous avons introduits dans le monde avec l'utilisation de l'énergie nucléaire."

Alors ne sachant pas quoi faire de ces déchets, la solution choisie a été dans différents pays de les enterrer. C'est notamment ce qu'ont décidé les Finlandais avec leur projet Onkalo, véritable cité souterraine dédiée aux déchet. Ou dit autrement, la première mega Nuclear Garbage City au monde. Elle sera plus aseptisée que la garbage city du Caire (), mais beaucoup plus dangereuse.

C'est cette cité souterraine d'un genre un peu particulier qu'analyse avec beaucoup d'efficacité le film Into Eternity, réalisé par le danois Michael Madsen.

Voilà ce qu'on peut lire sur le site du film
"Il est difficile pour les êtres humains de concevoir des laps de temps allant au-delà de quelques générations, encore moins au-delà de milliers d'années. Pour mettre les choses en perspective, nous avons besoin de repères.
On pense que l'espèce humaine telle que nous la connaissons aujourd'hui existe depuis environ 100 000 ans. Les plus anciennes peintures rupestres que nous connaissons ont environ 30 000 ans, les pyramides environ 4 500 ans, la découverte des radiations à 115 ans."

Le film sort aujourd'hui en France.

Tuesday, May 17, 2011

DIRT or THE NEW STORY OF THE GARBAGE CITY

Pour compléter mes trop rapides réflexions autour de la notion de garbage city ( et ), je ne peux que vous inciter à jeter un coup d'oeil au site de l'exposition londonienne; Dirt: The filthy reality of everyday life, "travels across centuries and continents to explore our ambivalent relationship with dirt."


"Dirt is waste, excrement, rubbish - but what then is soil ?

Is cleanliness next to godliness - or sterility ?

And in a throwaway society, does the battle against dirt depend on an exploited and half-seen underclass of cleaners ? "


Voilà des questions qui changent des niaiseries comme La Ville fertile, et qui confirme la capacité des anglais à regarder les enjeux urbains d'une façon plus intelligente et radicale - voir et - que les sempiternelles visions d'architectes à la française - voir et .


Voir aussi de façon connexe sur la propreté et de l'hygiène, .

Monday, May 16, 2011

BIVOUAC A BARCELONE


Y-a-t-il dans la vie plus belle expérience que celle de bivouaquer à flanc de parois ? Certainement. Reste que celle-ci reste un des moments les plus fort et des plus intense qu'il me soit permis d'avoir vécu. Et qui explique sans doute mon enthousiasme pour ce projet de Barcelona Rock.