Friday, January 08, 2010

LES FUTURES GUERRES DU CLIMAT


"Il est en Allemagne une photo que nombre connaissent : elle représente le paquebot Eduard Bohlen, dont l'épave s'enfonce depuis près de cent ans dans le sable du désert de Namibie. Ce navire joue un petit rôle dans l'histoire de la grande injustice.

Il s'échoua par temps de brouillard, el 5 septembre 1909, sur la côte du pays qui s'appelait alors Deutsch-Südwestafrika.

Aujourd'hui l'épave se trouve à deux cent mètres à l'intérieur des terres ; le désert n'a cessé de gagner sur l'océan. Le Eduard Bohlen, de la Woerman-Linie de Hambourg, desservait régulièrement la colonie allemande depuis 1891. Pendant la guerre d'extermination coloniale allemande contre les Herero et les Nama, le paquebot fut converti en navire négrier
."

Ces quelques lignes sont extraites de l'introduction de l'admirable ouvrage "Les Guerres du Climats - Pourquoi on tue au XXI° siècle" d'Harald Welser.

Pour l'auteur, les mésaventures du Eduard Bohlen qui "finit aujourd'hui de rouiller dans le sable" pourrait un jour symboliser notre civilisation occidentale et sa conquête effrénée du monde et de ses ressources naturelles. Ce rapprochement pourrait apparaître à un peu simpliste à certains, mais la démonstration qu'il apporte dans les pages suivante, et surtout l'ensemble de son travail sur les rapports entre le climat et la violence sont passionnants et superbement argumentés. Jetez vous sur ce livre, vous ne le regretterez vraiment pas !
Ci-dessous vous en trouverez une bonne synthèse tirée de la présentation de l'éditeur.

"Le modèle occidental d'exploitation des ressources naturelles arrive à sa limite ; les ressources vitales s'épuisent dans des régions de l'Afrique, de l'Asie, de l'Europe de l'Est, de l'Amérique du Sud, de l'Arctique et des États insulaires du Pacifique. Dans un magistral essai de configuration de notre avenir, nourri des enseignements tirés de situations historiques passées mais analysées dans leur spécificité respective, Harald Welzer jette un regard pour ainsi dire clinique et tire la conclusion de cette situation avérée : de plus en plus d'hommes disposeront de moins en moins de bases pour assurer leur survie. Des conflits violents opposeront tous ceux qui prétendront se nourrir sur une seule et même portion de territoire ou boire à la même source en train de se tarir.

Les guerres induites par le climat seront la forme directe ou indirecte de la résolution des conflits du XXIe siècle et la violence est promise à un grand avenir : l'humanité assistera non seulement à des migrations massives, mais à des solutions violentes aux problèmes des réfugiés ; à des tensions dont l'enjeu sera les droits à l'eau et à l'exploitation, mais aussi à de véritables guerres pour les ressources ; à des conflits religieux comme à des guerres de convictions."


Et sur ce sujet des liens entre dérèglements climatiques et développement urbain , voir notre précédent post Comment va disparaître Las Vegas