Monday, November 27, 2017

ET SI LE SILENCE DEVENAIT LE MOTEUR D'UNE NOUVELLE MOBILITÉ ?

Bouger pour quitter le bruit, n'est pas nouveau.

Bouger sans faire de bruit non plus (marche, vélo, voile... ).

En sens inverse, bouger pour faire du bruit a toujours beaucoup plu à certains (voir les motards pour qui se déplacer semble être synonyme de "plus je fais de bruit, plus je jouis")

On sait aussi que l'un des atout de la voiture électrique, est le silence de son moteur.

Bref, on sait tous que le bruit est un élément constitutif de la mobilité contemporaine.

Mais jusque là aucun outils n'existait vraiment pour analyser et penser la mobilité à travers le bruit.

C'est désormais possible aux Etats-Unis avec une nouvelle cartographie, voir .

Pour les explications, il faut lire "Plan your escape from the noise" qui propose une approche fondée sur l'évasion de cette noise map 
(…) Even if you’re not a tenured zoologist, the map can be extremely helpful to find the quietest places in the country. Some places, like the Great Sand Dunes in Colorado and Washington’s Wenatchee National Forest, have less than 20 decibels of background noise. (…) 
(…) With the Park Service map, it’s possible for travelers to sift through layered maps before planning a trip to figure out what kind of quiet they’re looking for. “Absolute quiet isn’t always the goal, since some natural sounds can be quite loud, like waterfalls,” says Emma Brown, an acoustic resource specialist with the National Park Service who worked on the project. “In a riparian area, if you experience silence, something is probably wrong, because these areas are often rich in bioacoustic activity.”
Noise affects us physically as well as mentally. Quantifying noise and silence might seem like a finicky way to figure out where to go, but just like unbroken views or other parts of the natural world we seek out, it is directly tied to our sense of well-being. As silent places become fewer and farther between, it’s crucial to have a map to show us where we can find them. » (…)

Ceci n'est pas anecdotique. 

Les zones de silence ne cessent de diminuer sur la terre, et donc la recherche de calme ne va cesser de croître au même titre que la recherche d'air pur.

Et sur le rôle des nouvelles cartographies pour penser la mobilité demain, voir "Trans-Sports ® : vers une Strava mobility ?"

Ci-dessous, la carte des mobilités sportives et silencieuses (vélo, course à pied) à Los Angeles vue par Strava () à comparer avec celle des mobilités motorisées bruyantes et polluantes (la principale d'entre elles étant celle du transport aérien).



On revient sur le sujet dans de prochains posts.