Saturday, November 29, 2008

NEW SAILING MOBILITY ?


Comme tous les ans, l'
AutoShow de Los Angeles a donné lieu à l'organisation d'un concours de design prospectif sur la voiture du future. Cette année le thème était la voiture de sport en 2025, et a été remporté par Mazda.

Mais, moi, le projet qui m'a le plus marqué est la
Formula Zero imaginée par Mercedes Benz (les deux photos ci-dessus).

Et ceux pour deux raisons.

D'abord pour l'esprit de la course qu'imagine
Mercedes et qui pourrait remplacer l'aberrant, car très énergivore et très polluant, actuel Championnat du monde de F1. La marque allemande imagine que "Each team is allocated the same amount of stored energy and it is left to the teams and drivers to manage the variables to win the race. The winner is determined by total elapsed time combined with the energy efficiency factor." J'ai d'ailleurs été toujours été très surpris qu'aucun jeu vidéo ne soit sorti sur ce thème. Seul Nike propose une voiture 100% écolo dans Gran Turismo avec sa Nike One.

L'autre raison, et c'est l'objet de ce
post, c'est évidement cette voile qui apporte "the grace and efficiency of yacht racing", qui tend presque à faire du char à voile une figure possible de l'automobile de demain. On en est pas encore là !! Reste que cette référence voileuse s'inscrit dans un mouvement beaucoup plus large engagé actuellement dans le monde du transport, qu'est celui de la redécouverte des vertus du vent.
Je ne sais pas si dans les années qui viennent ce mouvement va prendre la même ampleur que le retour de l'éolien en matière de production electrique, mais on ne peut que constater la multiplication des projets utilisant la voile comme moteur d'un véhicule.

Il y a un peu plus d'un an, le
New-York Post révélait que les futurs ferries permettant d'accéder à la Statue de la Liberté pourraient fonctionner à l'énergie solaire fournie en partie par une voile d'une nouvelle génération dotée de capteurs.


Cela pouvait apparaître comme relativement anecdotique, mais c'était oublié qu'aujourd'hui, et encore plus demain, le transport maritime de façon très général va devoir remettre en cause ses façons de faire et ses façons d'imaginer les bateaux sous la double contrainte de l'augmentation du prix de l'énergie et du réchauffement climatique.

En effet, et
contrairement à ce que l'on croit trop souvent, le transport maritime est aujourd'hui extrêmement polluant.

Rappellons quelques chiffres :

- Les bateaux assurent
90% du transport du commerce mondial, qui devrait doubler dans les 25 prochaines années.

- La flotte mondiale actuelle (70 000 navires) consomment chaque année 200 millions de
tonnes de fuel, elle devrait en consommer entre 350 et 400 millions en 2020.

-
Les émissions de dioxide de carbone (gaz très néfaste pour le climat) des bateaux sont le double de celles émises par les avions (4% du total mondial, contre 2% pour les avions, soit plus que toute l’Afrique).
Ces émissions de dioxide devraient progresser de
+ 72% d’ici 2020

On comprend dans ces conditions que les efforts engagées par certaines compagnies maritimes, et notamment
Sky Sail avec son kite, soient loin d'être aussi anecdotiques que les images pourraient le laisser croire.


Il semblerait d'ailleurs que l'on soit en train aujourd'hui de franchir une véritable étape dans ce domaine avec la commande que vient de faire l'armateur chinois
Cosco auprès de la société australienne Solar Sailor pour équiper de deux de ses super-tankers de voiles solaires d'un nouveau genre (photo ci-dessous).

Voilà comme le
Sydney Morning Herald du 28 octobre dernier présentait les choses.

"
Solar-powered sails the size of a jumbo jet's wings will be fitted to cargo ships, after a Sydney renewable energy company signed a deal with China's biggest shipping line.
The Chatswood-based Solar Sailor group has designed the sails, which can be retro-fitted to existing tankers.

The aluminium sails, 30 metres long and covered with photovolatic panels, harness the wind to cut fuel costs by between 20 and 40 per cent, and use the sun to meet five per cent of a ship's energy needs.

China's COSCO bulk carrier will fit the wings to a tanker ship and a bulker ship under a memorandum of understanding with the Australian company, which demonstrates the technology on a Sydney Harbour cruise boat.

"It's hard to predict a time line but at some point in the future, I can see all ships using solar sails - it's inevitable", said the company's chief executive, Dr Robert Dane.
"



On laissera le mot de la fin à
Robert Dane, le patron de Solar Sail, qui déclarait récemment :
«Dans 50 ans, quand ils verront des bateaux du XX° siècle, les gens demanderont : mais où sont les voiles ? »

A méditer !!

Et voir
Cela ressemblera à quoi le voyage dans 25 ans ?