Tuesday, May 29, 2018

ET SI NIKE FAISAIT DE LA BASKET UNE MACHINE ?

Dans mon post précédent "Et si Puma accuserait la prochaine révolution de la mobilité ?", je disais ma conviction que de plus en plus la mobilité allait se penser autour de choses légères et non mécaniques

Mais c'était oublier que certains acteurs cherchent, eux au contraire, à mécaniser la mobilité avec diverses prothèses - voir "Vers une boing mobility ?" ou "quand Honda imagine les JO de 2060".


Mais c'était surtout oublier, que certains cherchent aussi à mécaniser des produits qui ne le sont pas du tout.


Le meilleur exemple en est le brevet déposé début mai par Nike aux Etats-Unis, pour une chaussure équipée d'un "élément de transport rotatif" dans la semelle - images ci-dessus et détails techniques, .


Dans l'état actuel des chose, ce "tapis roulant intégré" n'a vocation qu'à faciliter l'enfilage du pied dans la chaussure.


Outre le schéma, Nike évoque un contrôleur "couplé à un mécanisme d'activation, comme un interrupteur ou un mécanisme pour détecter la présence d'un pied."


Entre les schémas et les explications de Nike, on comprend que la basket de demain n'aura peut-être plus rien à voir avec celle d'aujourd'hui.

On comprend que la révolution de la basket ne sera pas seulement formelle - voir, - ou industrielle - voir, .

On comprend que la basket de demain va, peut-être, devenir une véritable prothèse mécanique.

Bref, on comprend que la basket de demain va, peut-être, devenir une machine.

Des évolutions qui peuvent renvoyer très directement à "quand Honda imagine les JO de 2060".

On en reparle le 8 juin prochain, .