Tuesday, September 21, 2021

C'EST QUOI PENSER UNE FORÊT DEMAIN ?

Quand parfois une série de photos vous fait comprendre que vous ne pourrez plus réfléchir à certaines choses de la même façon.

Quand les menaces d'incendie sur le Sequoia National Park donnent lieu à des visions inédites de protection d'un parc national, de ses arbres et de ses équipements - détails, .

Quand cela oblige à se poser de nouvelles questions :

Devant ces images, c'est quoi protéger le sauvage demain ?

Devant ces images, c'est quoi penser un parc national demain ?

Devant ces images, c'est quoi penser le wild américain demain ?

Question annexe, 

C'EST QUOI PENSER LE SKI DEMAIN ?

"L'industrie récréative et touristique produit constamment de nouveaux modèles sportifs qui montrent une sorte de détachement du contexte paysager." - Walter Niedermayr

Et si entre piste synthétique et canons à neige, penser le ski demain, c'était penser une artificialisation du monde ?

Pour nourrir la réflexion, on peut lire :

Les questions induites :
- Ce sont quoi les futurs imaginaires du sauvage ?
Ce sont quoi les futurs imaginaires de l'outdoor ?

On en reparlera le 24 novembre, .

Monday, September 20, 2021

ET SI LES SPORTIFS DEVENAIENT MOINS PASSIFS ?

Et si les adeptes des sports de pleine nature cessaient d'être des consommateurs passifs pour devenir de vrais militants écolos ?


C'est tout le sens du spot "Divest the Dirt" (Débarrassez-vous de la saleté !) réalisé par la branche britannique du mouvement Protect Our Winters.


Un spot destiné à inciter les amoureux de l’outdoor à faire pression sur les entreprises gestionnaires des fonds de pension, afin qu’ils arrêtent d’investir dans les sociétés liées aux énergies fossiles. (En Grande-Bretagne, la retraite est financée par capitalisation). 


Pour POW le constat est simple : les fonds de retraites censés préparer l’avenir, seraient en fait en train de le détruire avec des investissements nocifs pour le climat - .


On ne peut évidement que se réjouir devant ce type d’initiative visant à toucher au porte-feuille les entreprises qui contribuent à aggraver le dérèglement climatique.


Mais ce film dit autre chose en creux de très important : il dit que la très très grande majorité des amoureux de l’outdoor ne sont en fait que des consommateurs passifs de la nature … et ne font rien de véritablement pro-actif rien pour la protéger.


Combien parmi les amoureux de l'outdoor, seraient prêt à s'impliquer et à se battre dans un mouvement écologiste actif et combatif ? Très peu, en vérité.


Et c'est pourtant probablement là l'un des grands enjeux des années à venir.


Les activités outdoor n'ont jamais eu autant de succès.


Le monde sauvage fait de plus en plus rêver et dévient un véritable idéal sportif.


Cela devrait donc vouloir dire, que les sportifs vont devoir changer d'attitude et devenir moins passifs.


Cela devrait donc vouloir dire, que les sportifs pourront de moins en moins être de simples sportifs.


Cela devrait donc vouloir dire, que les sportifs ne pourront plus se donner bonne conscience en achetant des marques d'outdoor engagées comme Patagonia ou d'autres.


La nature sauvage, sa protection et sa fréquentation, vont devenir une vraie question politique qui vont réinterroger la façon de faire du sport - voir, .


Ca sera une des grandes questions que nous traiterons lors des prochaines Rencontres de la Prospective Sportive ® organisées au musée de l'Homme le 24 novembre prochain, autour de la question "Et si le sauvage devenait le nouvel horizon du sport ?"

Sunday, September 19, 2021

POUVOIR TUER 115 000 OISEAUX ???

 "Le gouvernement français vient de lever les derniers doutes qui pouvaient subsister sur l’utilité réelle du congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui s’est tenu à Marseille du 3 au 11 septembre
Quatre jours après sa clôture, l’encre des discours n’était pas sèche et l’emphase des déclarations pas tout à fait retombée que le ministère de la transition écologique annonçait mettre en consultation plusieurs projets d’arrêtés pour autoriser le piégeage de quelque 115 000 oiseaux (alouettes des champs, vanneaux huppés, pluviers dorés, etc.) par le biais de méthodes de chasse dites « traditionnelles ». Or celles-ci sont fondées sur des techniques non conformes au droit européen, et ont été jugées illégales, le 6 août, par le Conseil d’Etat. 
Nous voici donc propulsés à des sommets inédits d’insincérité et de cynisme. A l’issue du congrès, les membres de l’UICN – parmi lesquels Etats, agences gouvernementales et ONG – avaient toutes les peines du monde à trouver des mots assez forts pour décrire la gravité de la situation.(...) Le temps est venu, a résumé Bruno Oberle, le directeur général de l’UICN, d’un « changement fondamental ». 
Certes, répond en substance la France, pays hôte du congrès, mais nous souhaitons malgré tout pouvoir continuer à enfreindre la loi pour permettre à une fraction de nos concitoyens de s’adonner au plaisir de tuer des dizaines de milliers d’oiseaux en déclin. Parmi les espèces ciblées par les projets d’arrêtés, certaines ont vu leurs populations se contracter de moitié, en Europe, au cours des trente à quarante dernières années. 
Le contraste entre le fracas des mots utilisés pour décrire le problème et l’absence forcenée du plus petit début de réponse politique à ce problème incarne bien plus que ce que la novlangue politicienne qualifie généralement de « mesure pragmatique ». Ce contraste illustre le fait que l’enjeu environnemental est désormais au cœur d’une rupture du pacte démocratique.  
En quelques années, la parole de nos dirigeants sur la préservation de l’environnement a perdu tout crédit." - .

Et de façon très concrète et chiffrée : "La population des oiseaux des villes et des champs en France a décliné de près de 30 % en trente ans."

On y reviendra beaucoup plus longuement, .

Friday, September 17, 2021

FRAGILE CAR LUCIDE ?

Trois captures d'écrans de la mini série consacrée à "Naomi Osaka" sur Netflix.

Et si sa fragilité était liée à sa lucidité sur sa condition d'athlète ?

Tuesday, September 14, 2021

C'EST QUOI DEMAIN, UNE CHAUSSURE DE SPORT HYPER PERFORMANTE ?

C'est quoi demain une chaussure de sport hyper performante ?

Une chaussure 100% recyclée ? 

Dans ce cas là, la Air Zoom Alphafly Next Nature de Nike n'est qu'à moitié performante - .

Alors que la Index.01 de Salomon le serait, elle, a priori beaucoup plus - .

L'objet de ce post, n'est évidement pas de dire qu'elle est la meilleure chaussure, mais de se demander selon quels critères de performance nous choisirons nos chaussures de sport demain ?


Deux questions induites : 

- C'est quoi penser et analyser la performance sportive au XXI° siècle ?

- Et si les enjeux climatiques nous obligeaient à redéfinir la notion même de performance sportive ? - .

Monday, September 13, 2021

ET SI DEMAIN, C'ÉTAIT CELA LA VRAIE PERFORMANCE SPORTIVE ?

Et si demain la performance sportive ne s'analysait plus selon un temps, un classement ou un nombre de médailles (ou le fait de poser le pied par terre) ... mais selon la capacité à offrir un moyen de vivre au quotidien de façon active et sans polluer ? 

Et si donc demain, on mesurait la performance selon la santé engendré et le carbone non consommé ?

Une hypothèse pour réfléchir à deux de nos interrogations actuelles :

Friday, September 10, 2021

C'EST QUOI DEMAIN SE RECONNECTER ?

C'est la question que je me suis posée devant ces deux superbes propositions de couverture pour le prochain numéro des toujours impeccables "Carnets d'Aventures".

Ou quand vingt ans de culture numérique, nous oblige à nous interroger sur le sens de certains mots.


Thursday, September 09, 2021

ET SI C'ÉTAIT LE TRAIL ET LE PARKOUR QUI RÉINVENTAIENT LA NATATION ?

Et si la natation était en train de vivre sa révolution ?

Et si la natation était en train de se réinventer ?

Et si la natation s'apprêtait à devenir un des grands sports du XXI° siècle en s'inscrivant dans les nouveaux imaginaires contemporains ? 

Comme l'athlétisme depuis 10 ans, la natation est en train de se révolutionner autour des imaginaires trail (la nature sauvage est un stade) et les imaginaires du parkour (la ville est un stade).

Aujourd'hui la natation, c'est de plus de plus des raids sur de longues distances -  et .

Bientôt la natation, cela va être de plus en plus des courses d'obstacles en ville - voir le swimXperience.

C'est l'arrivée des nouveaux nageurs amphibies en ville - .

La natation va apporter de plus en plus dans les années qui viennent, des réponses au besoin de nature et aux envies transgressions ludiques en ville.

Mais cette capacité à apporter de nouvelles réponses aux demandes sociétales, n'en est qu'à ces débuts. 

La natation devrait, en effet, et en toute logique occuper de plus en plus de place dans le débat public.

- La natation va devoir s'ouvrir sur la mobilité et le Trans-Sport ®.

- La natation va devoir apporter de nouvelles réponses de fraicheur dans des villes surchauffées.

On voit là se dessiner des lignes d'horizon quoi pourraient en partie apporter des réponses à notre chantier  "C'est quoi le grand récit du sport français après les JO de Paris 2024 ?"

Wednesday, September 08, 2021

ET SI LES INSTITUTIONS DU SPORT FRANÇAIS S'INTÉRESSAIENT PLUS À LA MUTATION DE NIKE ?

Une politique publique ne peut pas se comparer à une stratégie de marque.

Mais une stratégie de marque peut permettre d'incarner une vision politique.

Et une marque permet d'incarner une vision pour un pays.

Nos amis britanniques sont très forts sur le sujet.

Le "Global Britain" de Boris Johnson visant à donner un nouveau rôle au Royaume Unis dans le mondeen est aujourd'hui la preuve.

Cette marque a su mobiliser des imaginaires

Mobiliser les imaginaires ... 

Voilà bien la question qui se pose actuellement aux institutions du sport français pour penser le futur.

Quels imaginaires mobiliser pour inciter les Français à faire du sport ?

Aujourd'hui le seul imaginaire mobilisé en France, c'est celui de Paris 2024.

C'est court et cela ne peut en aucun porter une vison renouvelée du sport dans la société française du XXI° siècle.


Dès lors, se pose la question : on regarde où et quoi pour commencer à essayer de construire ce nouveau récit du sport français?

Et si on commençait simplement par regarder les grandes marques de sport ?

Non pas comme solution ou réponse, mais comme support de réflexion.

Que voit-on ?

D'abord que certaines ont un message fort et clair, et d'autres non.

- Nike avec "Play New", c'est clair.

- Adidas avec "Impossible is nothing", c'est toujours aussi flou.

- Under Armour avec son "The only way is trough" autour de l'effort, c'est clair.

- North Face avec son "Never stop exploring", c'est limpide.

- Patagonia sur le créneau de l'activisme écologiste, c'est aussi très limpide.

- Lacoste ou Puma, c'est aussi très clair. Ils sont sortis du sport pour devenir des marques de mode.

On arrêtera là cette très rapide analyse des positionnements publicitaires, ce post n'ayant pas vocation à faire un mapping des différents territoires des marques sportives.

On retiendra juste une chose : parfois le récit peut radicalement changer.

Le récit peut changer, car une marque comprend que les imaginaires ont changé.

Le récit peut changer, car une marque fait le constat que les valeurs portés par certains grands événement sportifs ne sont en phase avec ses objectifs.

Évidement l'exemple le plus flagrant de ces derniers mois, est le changement de stratégie de Nike.

Nike a décidé non plus de viser les sportifs (ils sont déjà acquis), mais les non-sportifs et ceux qui n'aiment pas le sport en leur proposant une autre vision du sport, celle du jeu.

Voir :  

C'est donc un véritable basculement stratégique qu'a fait la marque : 

- En terme d'image, Nike a choisi le pouvoir du jeu face au pouvoir des Jeux (ce qui n'a évidement pas empêcher la marque d'être très présente à Tokyo, mais sans jamais le mettre en avant sur le plan publicitaire)

- En terme d'organisation, Nike a renouvelé ses équipes en allant chercher des marketeurs ne venant surtout pas du monde du sport, mais de Procter ou de Coca.

- En terme de prise de parole, quand Nike va chercher un athlète de haut niveau, c'est pour le faire parler de son engagement politique - voir, .

Dit autrement :

- Pour penser son positionnementNike a écarté de son scope ce qui a longtemps été considéré comme les références du monde sport, la compétition et les J.O.

Pour élargir son marchéNike a été chercher des gens qui ne venaient surtout pas du sport pour renouveler la pensée sur le sport.

- Pour renforcer sa place dans la société, Nike donne la parole à des sportif porteurs d'un vrai regard sur la vie au quotidien.

D'où notre réflexion

Sachant que l'enjeu des institutions du sport français est le même que celui de Nike, c'est à dire celui d'élargir leurs marchés (nouveaux pratiquants, nouveaux licenciés) à partir d'un nouveau discours sur  sport, alors ...

... alors pourquoi le monde institutionnel du sport français ne s'inspire pas un peu plus des stratégies marketing des grandes marques de sport ?

La question n'est pas nouvelle, mais elle devient de plus en plus criante.

Sur les nécessaires nouvelles façons de penser les futurs du sport, voir .

Monday, September 06, 2021

C'EST QUOI LE GRAND RÉCIT DU SPORT FRANÇAIS APRÈS LES JO DE PARIS 2024 ?

C’est fait.


Les Jeux de Tokyo viennent de se terminer.


Nous changeons de séquence olympique, pour passer à celle de Paris 2024.


Et tout le monde sportif et politique français va se mettre au diapason de l'évènement.


Mais si les JO sont un moment important, ils ne suffisent pas à penser le sport.



Aujourd’hui le sport dépasse le sport.


Il est un fait social total.


Il est un mode de vie.


Il irrigue la vie de millions de français. 


Sa pratique est devenue de plus en plus libre et diverse.


Les fédérations sportives ne représentent plus qu’une petite partie des pratiquants.


Le système institutionnel qui a accompagné la croissance du sport au XX° siècle est donc aujourd’hui fortement réinterrogé.


Réinterrogé sur sa capacité à accueillir les nouvelles pratiques et à répondre aux nouveaux imaginaires.


Mais réinterrogé aussi et surtout par sa capacité à générer un nouveau récit sur le sport au XXI° siècle.



Car le sport n’est pas en crise, il s’est même rarement aussi bien porté. 


Ce qui est en crise aujourd’hui : c’est le récit émis par les grandes institutions sportives.


Depuis, plusieurs années les fédérations sportives française sont focalisées sur les Jeux de Paris 2024.


Mais après les JO, elles disent quoi ces institutions sur la vocation du sport au XXI° siècle?


Il est où le grand récit du sport français qui ne dépendrait pas seulement du nombre de médailles ?


Il est où le grand récit du sport français qui parlerait à l’ensemble de la société ?


Il est où le grand récit du sport français qui donnerait un nouveau sens et un nouvel horizon au mot sport ?


Ne cherchez pas : ce grand récit, aujourd'hui, n'existe pas.


La question est donc aujourd'hui toute simple : c’est quoi le grand récit du sport français après les JO 24 ?



C’est pour travailler cette question que dans le cadre du Prospective Sport Lab ®, nous lançons le vaste chantier "C’est quoi le grand récit du sport français après les JO 24 ?

Très vite, nous vous donnerons beaucoup plus de précisions sur la démarche. 

Et si cela vous intéresse, écrivez nous : francois.bellanger@gmail.com
On répondra à tout le monde.

Saturday, September 04, 2021

"NOUS AVONS CONSTRUIT NOS VILLES DANS UN CLIMAT QUI N'EXISTE PLUS"

Pour prolonger "c'est quoi penser la route demain ?", cette question toute simple : qui est prêt aujourd'hui à faire face aux dérèglements climatiques ?

Probablement aucun pays.

Et certainement pas les Etats-Unis selon le NYT dans cette articledont on retiendra ce constat très simple : "Nous avons construit nos villes, nos communautés, dans un climat qui n'existe plus."

"Disasters cascading across the country this summer have exposed a harsh reality : The United States is not ready for the extreme weather that is now becoming frequent as a result of a warming planet. 

These events tell us we’re not prepared,” said Alice Hill, who oversaw planning for climate risks on the National Security Council during the Obama administration. “We have built our cities, our communities, to a climate that no longer exists.” - .  

Thursday, September 02, 2021

C'EST QUOI PENSER LE TRAIL DEMAIN ?

Il y a quarante ans, la culture de la course à pied s'est renouvelée autour du jogging, des marathons urbains ... et de très efficaces campagnes publicitaires de Nike 

Les valeurs de la course à pied étaient la liberté, l'autonomie, un autre rapport à la ville, à la mobilité et à la nature.

Courir dans la nature, ce n'était plus faire des cross, c'était courir où on voulait, comme on voulait, seul et souvent en silence.

Seul et en silence.

Oui, ces mots peuvent surprendre aujourd'hui.

On peut évidement, toujours aujourd'hui courir seul et en silence, mais cela devient presque minoritaire.

Aujourd'hui, on courre avec des écouteurs et de plus en plus équipé.

Aujourd'hui, on courre de plus en plus en groupe, notamment à l'occasion des multiples courses organisées un peu partout.

Et le trail ne fait qu'accélérer cette mutation.

Au départ, sport de solitudede silence et d'autonomie, le trail est devenu un sport de masse, de moins en moins associé au silence et encore moins à l'autonomie.

Aujourd'hui, le trail incarne un nouvel imaginaire de l'embouteillage : l'embouteillage en pleine nature !!!

C'est à dire l'embouteillage, là où a priori, il n'y a aucune raison d'y en avoir - .

Ces mutations sont à l'opposé des valeurs portées par une certaine culture de la course à pied, il y a une quarantaine d'années.

Aujourd'hui avec le trail, la nature et le sauvage se fréquentent de plus en plus en groupe et en mode compétition - .

Il est donc peut-être temps de se poser certaines questions :

C'est quoi le trail demain ?

Ce sont quoi les nouveaux imaginaires du trail demain ?

C'est quoi le futur récit et la future promesse du trail dans la décennie à venir ?

C'est quoi la nature sauvage dans une société de sport de masse ?

C'est notamment pour réfléchir à ces mutations des imaginaires et des pratiques des sports de nature, que les prochaines Rencontres de la Prospective Sportive ® qui auront lieu le 24 novembre prochain au musée de l'Homme, auront pour thème "Et si le sauvage devenait le nouvel horizon du sport ?"

Wednesday, September 01, 2021

Monday, August 30, 2021

CE SONT QUOI DEMAIN, LES IMAGINAIRES DE LA VITESSE ?

- Des voitures trop puissantes et trop rapides pour courir un Grand Prix sous la pluie - .

- Un corps handicapé qui montre toute sa polyvalence à travers le paratriathlon - .

- Et un athlète qui met moins de 21 heures pour faire le tour du Mont-Blanc - .

Forcément quand on s'interroge comme nous le faisons au sein de notre Prospective Sport Lab ® pour savoir ce que seront les imaginaires de la performance demain - -, on ne peut qu'être marqué par la confrontation d'images qu'a offert le dernier week-end sportif.

Trois questions, parmi beaucoup d'autres, nées de ce choc des images :

- C'est quoi demain l'imaginaire de la vitesse, quand ce qui est censé en être un symbole fort - une Formule 1 - ne peut pas courir juste pour des raisons de grosses pluies ?

C'est quoi demain l'imaginaire de la vitesse, quand ce qui est censé en être l'antithèse - un corps handicapé - symbolise aujourd'hui un nouvel idéal de performance ?

C'est quoi demain l'imaginaire de la vitesse, quand il est incarné par un sportif - un trailer - qui en fait ne va jamais très vite ? (la moyenne sur l'UTMB est 8 km/h pour les meilleurs et de 4 km/h pour les autres)

On ne va évidement pas répondre à ces questions dans ce post, mais on peut vous renvoyer vers :

Et pour prolonger "Qui va vite ?", voir "Outlaw Runners".

Friday, August 27, 2021

ET SI STRAVA DEVENAIT UNE ABBERATION SPORTIVE ?

Dans le cadre de notre Prospective Sport Lab ®, nous travaillons actuellement autour des deux questions :

Parallèlement, nous avons lancé notre démarche New Narrative for Sport ® autour d'un premier chantier intitulé "Et si l'outdoor devait s'inventer de nouveaux récits ?"

Ces trois questionnements ne sont pas directement liés, mais forcément se rejoignent et se croisent.

C'est notamment le cas quand on analyse l'Ultra Trail du Mont Blanc et les imaginaires que celui-ci véhicule - voir .

Car oui, aujourd'hui, l'UTMB contribue à changer les imaginaires montagnards.

Avec le trail, la montagne est oubliée au profit de la performance - voir, 

Le chemin de randonnée du Tour du Mont Blanc est devenue une piste d'athlétisme suivant en cela l'évolution d'autres sports - .

Le GR 20 en Corse subit la même mutation, à tel point que nous faisions récemment l'hypothèse qu'il devienne un jour une distance olympique - voir, .

La montagne en été change donc peu à peu d'imaginaire sportif.

Le trailer a pris la place de l'alpiniste.

Ce qui était demandé aux alpinistes, à savoir une certaine connaissance de la montagne, est aujourd'hui évacué. 

Le trailer veut aller vite.

Et cette culture va se renforcer dans les années qui viennent avec des applications mobiles comme Strava qui permettent, via un GPS, d'enregistrer les activités sportives.

Soyons clairs, Strava est un formidable outil qui a renouvelé l'approche du sport et de la mobilité - voir :

Mais on peut aussi constater que Strava est en train de changer les pratiques en montagne, et que cette évolution ne va pas forcément dans le bon sens.

Preuve en est la démarche que Strava développe actuellement sur le parcours de l'UTMB - voir  Strava/UTMB - en décomposant le tour du Mont Blanc en douze segments.

Il faut regarder le film sur le segment dit du "Grand Col Ferret" qui rend très bien compte de cette approche.

La montagne est oubliée, seul compte ma performance individuelle sur certains secteurs qui me permettent de me comparer aux autres.

La nature n'est qu'un décor, l'importance c'est le chrono.

Questions : 

- Ce genre d'approche va-t-elle être encore tenable longtemps à l'heure de la fragilisation des éco-systèmes montagnards ? - .

- Va-t-on pouvoir encore longtemps continuer à se regarder le nombril (ma perf), quand tout autour ça se dégrade ? - voir, .

Et s'il était enfin temps de se ré-interroger sur la notion de performance à l'heure du réchauffement climatique ?

Au sein du Prospective Sport Lab ®, nous travaillons sur cette question.

Si cela vous intéresse, contactez nous.

Wednesday, August 25, 2021

ET SI ON ARRÉTAIT DE DIRE QUE LA NATURE EST UN FORMIDABLE TERRAIN DE JEU ?

Je sais pas pour vous, mais moi ça ne passe plus.

Cette idée que la nature est "un terrain de jeu", me devient plus en plus insupportable.

Et les images actuelles de l'UTMB avec ses trailers à la queue leu leu sur des sentiers de montagnes, me semblent de plus en plus grotesque.

Certes, les organisateurs de l'UTMB font des efforts pour compenser les dégâts engendrés par leur évènement - voir, .

Mais quand même ...

Mais quand même, à l'heure du réchauffement climatique et de la sur-fréquentation des lieux sauvages, peut-on continuer à dire que la nature est un terrain de jeu ?

Peut-on continuer à s'abriter derrière des "gestes éco-responsables", pour faire venir des milliers de personnes pour courir avec des batons dans des zones déjà fragilisées ?

Peut-on continuer à dire "l'environnement est une priorité", pour justifier l'organisation d'une compétition dont les 3/4 des participants ne cherchent pas vraiment à comprendre ce que sont les éco-systèmes montagnards ?

Bref, est-ce qu'il ne serait pas temps pour l'UTMB d'essayer de se poser les bonnes questions sur le message que cette course véhicule aujourd'hui ?

Et si l'UTMB et le monde du trail en général, devait faire l'effort de s'inventer un nouveau récit au vu de la catastrophe écologique en cours ? 

Et si l'UTMB devait enfin proposer une autre approche de la performance que celle du temps pour réaliser un parcours ?

Ces questions de pure bon sens, ne viennent pas de nulle part.

D'abord, cela fait plusieurs années que ces questions nous travaillent : 

Elles sont liées évidement à l'état de notre planète et à l'urgence de repenser les rapports sports/nature - voir "Et si l'outdoor devait s'inventer de nouveaux récits ?"

Enfin, elles s'inscrivent dans le cadre des chantiers menés actuellement par notre Prospective Sport Lab ®  autour des deux questions "C'est quoi penser la performance ?" et "C'est quoi penser le sauvage ?"

Des questions qui - en tout cas, on l'espérer -  deviennent très rapidement celles de tous les organisateurs d'ultra-trails et autres événements de pleine nature.

On en reparlera le 24 novembre au musée de l'Homme - voir, .