Monday, December 05, 2022

PROSPECTIVE SPORTIVE : ET SI ON EXPLIQUAIT MIEUX COMMENT ON FONCTIONNE ?

Transit-City est une structure spécialisé en prospective et en conseil stratégique auprès des entreprises  et des organisme publics en France et à l'étranger.

Transit s'est engagé dans la prospective sportive, il y a maintenant une dizaine d'années.

Cela a pris la forme de missions de conseils, mais aussi d'organisation d'Ateliers Transit-City, dont notamment : 


A un moment, nous avons senti le besoin de structurer ce travail.

C'est dans ce cadre qu'avec Patrick Roult de l'Insep nous avons monté en juin 2021:

La vocation de cette structure est de conduire des missions de prospective et de conseils stratégiques, mais aussi de développer de nouveaux formats d'échanges sur la prospective sportive.

C'est dans ce cadre, que nous avons lancé :
> Les Rencontres de la Prospective Sportive ®, dont la cinquième édition aura lieu en juin 2023 autour de la question "Et si la science-fiction nous aidait à penser les futurs du sport ?".

Et c'est avec la même volonté d'ouvrir nos horizons et de voir comment nos idées peuvent s'appliquer concrètement, que nous lançons :
> Les Rencontres Sport/Equipement/Stratégie ® dont la première édition aura lieu au printemps 2023 autour de la question "C'est quoi demain une installation sportive ?"

Et c'est enfin pour mieux comprendre les mutations en cours et à venir et mieux accompagner nos clients, que nous avons lancé avec nos amis de l'ObSoCo

Et donc aujourd'hui, l'offre du  Prospective Sport Lab ® se décline autour de quatre grands produits :
- des activités de conseils,
- des Rencontres - les RPS ® et les R/S/E/S ®.
- un Observatoire des Nouveaux Imaginaires Sportifs ®.

Si vous voulez en savoir plus, n'hésitez pas à nous contacter 

Thursday, November 24, 2022

ET SI LE SPORT N'ÉTAIT PAS ASSEZ UTILISÉ POUR PENSER LES MUTATIONS SOCIÉTALES ?

Les choses sont claires : nous changeons peu à peu de modèle de société.

Tous les cadres et valeurs construits dans la foulée des deux première révolutions industrielles au XIX° et au XX° siècle sont remis en cause.

Et c'est normal : toute révolution industrielle - et nous en vivons une avec le numérique - engendre une révolution des références culturelles et donc de la politique.

Aujourd'hui tout notre de système de valeur est réinterrogé.

Certains le disent avec beaucoup de talent depuis de nombreuses années.

C'est le cas notamment de Michel Mafessoli qui depuis deux décennies nous explique que nous passons d'une société jusque-là dominée par la figure de Promethée à une société dominée par la figure de Dionysos.

Dit autrement : nous passons d'une société dominée par les figures de la production industrielle à une société dominée par la recherche du plaisir.

Et quand vous y ajouter les réseaux sociaux, ça change forcément le profil des leaders d'opinion comme le montre le schéma ci-dessous issus du Media Lab du MIT - voir, .

Ce basculement des valeurs s'accompagne d'un écroulement des grands récits qui ont structuré les deux siècles précédents.

On attend plus de grandes réponses pour le futur, on veut des réponses pour maintenant.

C'est une nouvelle éthique de l'instant qui s'impose.

Et dans ce cadre, être en forme, faire attention à son corps et faire du sport deviennent des choses de plus en plus importantes.

Le corps devient le nouvel outil de production du XXI siècle.

Ça veut dire quoi ?

Ça veut dire que le sport va être une des grandes révolutions culturelles du XXI° siècle.

Ça veut dire qu'on va lui demander de plus en plus de choses : de lutter contre l'obésité comme de sauver la planète ou de rendre heureux les gamins.

Ça veut dire que sa/ses définition(s), ses missions, ses imaginaires vont se multiplier.

Ça veut dire que d'universel, il va devenir pluriversel.

Et ça veut donc dire qu'il va falloir faire une nouvelle cartographie des récits sportifs, comme nous l'avons fait (voir ci-dessous)

Ou quand on comprend que le sport dépasse largement le sport.

Ou quand on comprend que le sport est au coeur des mutations sociétales.

Ou quand on comprend que le sport n'est pas seulement le reflet de ces mutations, mais qu'il en est souvent l'accélérateur et parfois le moteur.

Des constats qui amènent deux questions.

C'est ce sur quoi nous travaillons actuellement.

Et que nous vous présenterons très prochainement.

Vous verrez, c'est passionnant et décapant !

Wednesday, November 23, 2022

ET SI POUR ANALYSER LA SOCIÉTÉ, LE SPORT REMPLAÇAIT LE TRAVAIL ?


Quand un article sur un grand marathon est aujourd'hui illustré par une femme âgée ...

Quand un article sur la retraite est illustré par un couple de seniors faisant son footing ...

Quand on comprend que les grilles de lecture traditionnelles sur la société ne tiennent plus ...

Et que l'on est donc obligé de se poser de nouvelles questions ...

Et si plutôt que d'analyser la société sous les seuls angles de la fatigue et de la flemme, on l'analysait donc plutôt sous les angles de l'effort et du sport ?

Et si on remplaçait le travail par le sport pour analyser la société en devenir ?

L'idée n'est évidement pas de dire que le sport va remplacer le travail.

Mais que l'analyse du sport, de ses pratiques et de ses imaginaires permet certainement de beaucoup mieux comprendre la société que l'analyse du monde du travail.

Cela inciterait à se poser de nouvelles questions 

Et si on associait l'effort non plus au travail, mais au sport ?

Et si on remplaçait la flemme par la notion de récupération ?

On pourrait poursuivre la liste longtemps.

Bref ...

Bref, et si on acceptait enfin de tirer les conséquences du changement radical de société, en revoyant totalement nos grilles d'analyses sur nos sociétés en mutation ? 

On poursuit la réflexions dans de prochains posts.

Tuesday, November 22, 2022

ET SI ON ARRÊTAIT AVEC CETTE IDÉE DE "SOCIÉTÉ DE LA FLEMME" ?

Ainsi donc selon certains observateurs, nous serions entrés dans "une société de la flemme


On vous épargnera la synthèse de ce travail tant il accumule les clichés et les enfilages de perles sur une société qui ne voudrait plus travailler, des gens qui veulent plus sortir et bien sur des jeunes avachis qui ne font plus de sport.

Et tout au long de l'étude, on nous parle de "perte de motivation", de "fragilisation physique", de "nouveau rapport à l'effort" et même d"épidémie de flemme".

Les analyses ne sont pas forcément fausses, mais les termes employés sont tellement peu positifs, que les auteurs semblent plus nous parler d'un corps malade et en phase terminal... que d'une société en mutation.

Ils jugent le monde d'aujourd'hui avec des références de l'ancien monde. Celui d'avant la révolution industrielle du numérique qui est, en effet, en train de mettre à bas toutes les codes construits au XIX° et XX° siècles.

Comme toute révolution industrielle, celle du numérique engendre une révolution des valeurs, de la politique et des territoires.

Les partis politiques du XIX et XX° sont en train de doucement mourrir.

Le modèle urbain du XX° est lui très fortement réinterrogé et doit se réinventer autour du vivant.

Les codes et les espaces du travail et du sport souffrent.

Et c'est normal, car aujourd'hui on peut travailler partout comme on peut faire du sport partout.

Bref, on vit une explosion des cadres et des codes définis pendant deux siècles.

Et ce n'est pas forcément une catastrophe, quand on voit les crises écologiques et climatiques engendrées par les deux précédentes révolutions industrielles. Pourquoi vouloir maintenir et avoir de la nostalgie pour un système qui n'est pas viable ?  

Et donc, comme tout révolution, celle-ci va faire émerger de nouveaux récits.

Vont donc émerger de nouveaux récits politiques.

Vont donc émerger de nouveaux récits urbains.

Vont donc émerger de nouveaux récits sportifs - .

Les sociétés occidentales des XIX° et du XX° se sont construites autour de l'effort et du travail.

Les jeunes générations des sociétés occidentales du XXI° sont en train de se construire de nouvelles références autour du corps, du bien-être, des loisirs, du plaisir, de nouveaux rapports à la nature ...

Est-ce forcément une mauvaise nouvelle ?

Et si en fin de compte, la flemme n'était tant pas du côté de la société, que de ceux qui prétendent l'analyser avec leurs vieilles lunettes du XX° siècle ?

Thursday, November 17, 2022

Tuesday, October 25, 2022

POURQUOI DESCOLA POUR PENSER L'AVENIR DU SPORT ?

L'anthropologue Philippe Descola sera le grand témoin des prochaines Rencontres de la Prospective Sportive ®  organisées le 16 novembre autour de la question "Et si le sport devait s'inventer de nouveaux grands récits ?"


Mais pourquoi inviter Descola ?


Parce que Descola ne s’intéresse pas au sport


Parce que Descola nous ouvre les yeux sur un autre monde que celui de la culture occidentale.


Parce que Descola nous incite donc à regarder et penser le monde autrement …


Et que c’est exactement ce dont nous avons besoin pour repenser le sport au XXI° siècle …


Pour s'inscrire aux Rencontres, c'est très simple. Il suffit d'envoyer un mail à francois.bellanger@gmail.com en disant "Je viens !"

Thursday, October 20, 2022

PHILIPPE DESCOLA, GRAND TÉMOIN DES RENCONTRES DE LA PROSPECTIVE SPORTIVE

L'anthropologue Philippe Descola sera le grand témoin des prochaines Rencontres de la Prospective Sportive ®  organisées le 16 novembre autour de la question "Et si le sport devait s'inventer de nouveaux grands récits ?"

On vous en dit très vite beaucoup plus sur le pourquoi de sa présence lors de nos Rencontres.


En attendant pour s'inscrire, c'est très simple.
Il suffit d'envoyer un mail à francois.bellanger@gmail.com en disant "Je viens !"

Tuesday, October 18, 2022

IL VA RACONTER QUOI LE SPORT FRANÇAIS APRÈS LES J.O DE 2024 ?

Qu’est ce qui va se passer pour le sport français le lendemain des J.O de 2024 ?


Aujourd’hui, les institutions du sport ont une vision très courtermiste de l'avenir. 


Les JO de 2024 sont leur obsession, leur seul et unique horizon.


Comme beaucoup d’objectifs ambitieux ont été définis et beaucoup de promesses ont été faites, toutes les institutions sont sous tension.


Mais au lendemain des JO de Paris, beaucoup de ce petit monde sportif sera forcément être déçu.


Le sport français va alors rentrer en dépression.


Le sport français va passer de la tension au vide.


Au vide, car aujourd'hui rien n'est fait pour préparer en terme de récits l'après 2024.


Rien n’est fait pour faire émerger de nouveaux récits.


Rien n’est fait pour faire émerger de nouveaux récits sportifs.


Rien n’est fait pour faire émerger de nouveaux récits sportifs post-olympique.


Et face à ce vide, le sport français va entrer dans une phase de dépression.


Pourquoi ? parce que le récit olympique sera passé, et qu'il y aura rien pour le faire oublier et surtout pour projeter de façon optimiste et positive de nouvelles promesses sportives.


Et c'est pour éviter cette dépression, qu'il est urgent de s'interroger et de réfléchir sur l'après 2024 -.


Et c'est pour éviter cette grosse dépression, qu'il est urgent de s'interroger très vite sur les nouveaux grands récits que le sport français va pouvoir raconter et porter à partir de 2025.

Et c'est pour cela qu'il est urgent de s'interroger les futurs grands récits du sport.


Et c'est entre autres pour cela que nous organisons le 16 novembre prochain les 4° Rencontres de la Prospective Sportive ® autour de la question "Et si le sport devait s'inventer de nouveaux grands récits ?"


Pour s'inscrire à ces Rencontres, c'est très simple.

Il suffit d'envoyer un mail à francois.bellanger@gmail.com en disant "Je viens !"

Friday, October 14, 2022

Thursday, October 13, 2022

ET SI LA CO2 DETOX DEVENAIT ENFIN UN RÉCIT SPORTIF ?

Le célèbre producteur suédois de pain croustillant, Wasa, vient de lancer une campagne de pub en introduisant un nouveau concept - la CO2 Detox.


L'objectif de la marque est simple : inciter les gens à des habitudes alimentaires plus conscientes du climat


Une ambition qui est loin d'être anecdotique, 1/3 des émissions mondiales de CO2 provenant de la production alimentaire.


On ne jugera pas ici de la qualité de cette campagne très austère - voir, .


Mais on retiendra la démarche; celle d'inciter à manger autrement non pas pour se faire plaisir, mais pour essayer de moins abimer la planète !!


C'est à dire la volonté de mettre la protection de la planète avant son petit plaisir. 


Question : Aujourd'hui, quelle marque de sport incite à faire du sport non pas pour son seul bien être personnel, mais pour éviter de continuer à polluer ?


Quelle marque de sport incite les gens à des habitudes et des pratiques sportives plus conscientes du climat ?


Aucune !!


Même une marque comme Patagonia ne le fait pas !!! La marque fait des efforts sur l'éco-conception de ses produits, mais ne remet pas du tout en question les modes de mobilités liées à la fréquentation des mondes de l'outdoor (4x4, van, avion, hélicoptère ...).


D'où la question titre de ce post : et si la CO2 Detox devait enfin devenir une des grandes promesses de la pratique sportive dans le futur ?


On reviendra forcément sur cette souhaitable nouvelle ambition du sport le 16 novembre prochain, .

Wednesday, October 12, 2022

NOUVEAUX RÉCITS SPORTIFS OU NOUVEAUX RÉCITS MOBILITAIRES ?

Un kitesurfer remorquant un surfer ...

Un cycliste skieur remorquant un snowboarder skater ...

On regarde quoi ?

On voit quoi ?

Des images anecdotiques ?

Ou, au contraire, des supports pour de nouveaux récits mobilitaires et sportifs ?

On y reviendra plus longuement, .

Tuesday, October 11, 2022

ET SI ON RAPPELAIT UN PEU PLUS CES CHIFFRES ?

Suite à des grèves dans certaines raffineries, une partie des stations services françaises ne sont plus réapprovisionnées.

Donc, évidement, comme à chaque fois, ça râle.

Et au lieu de faire preuve d'un peu de pédagogie sur le monde qui vient, les politiques se taisent ou se mettent du côté des automobilistes.

De leurs côtés, les marques de sports ne font pas leur boulot et restent silencieuses au lieu d'en profiter pour promouvoir les mobilités actives.

Alors, rappelons quelques chiffres : 

- 25 % des déplacements en France font moins de 1,5 km.

- 50%  des déplacements en France font moins de 5 km ... y compris dans le monde rural !!!

- La moitié des Français habitent à moins de 8 kilomètres de leur travail (soit 20 minutes à vélo) mais prennent majoritairement leur voiture.

Monday, October 10, 2022

ET SI LE SPORT VENAIT DE PERDRE L'UN DE SES GRANDS PENSEURS ?

Bruno Latour est mort.

Il était philosophe, sociologue et anthropologue.

Il a écrit sur tout, ou presque - voir, .

Mais il n'a jamais écrit sur le sport.

Et pourtant ...

Et pourtant, c'est certainement lui qui ces dernières années, nous a apporté le plus d'éléments de réflexions sur le sport demain notamment autour du nouveau régime climatique et des nouvelles façons de penser le vivant qui vont obliger le monde du sport à repenser ses fonctions, ses missions et ses modes de fonctionnement.

Nous avions esquissé à partir de ses travaux, quelques hypothèses de réflexions avec :

Ce n'était que des esquisses que depuis nous avons travaillées et enrichies.

Nous reviendrons longuement sur ce travail lors des prochaines Rencontres de la Prospective Sportive, organisées le 16 novembre prochain autour de la question des nouveaux grands récits du sport - plus,

Friday, October 07, 2022

ELLE EST OÙ AUJOURD'HUI, LA VRAIE PERFORMANCE DANS LA VOILE ?

Début de réponse.
"Je cite toujours l’exemple du dernier Vendée Globe : c’était le Vendée de tous les superlatifs, il n’y a jamais eu un tel niveau sportif, autant de retombées médias, les sponsors étaient heureux, le public conquis… 
Le seul truc qu’on a eu en moins, c’est la vitesse, mais on a eu la preuve concrète qu’il n’y a aucune corrélation entre la vitesse et la réussite du spectacle. 
Je trouve qu’on ne s’est pas assez arrêtés sur le sujet, alors que l’augmentation de vitesse, c’est synonyme d’augmentation énorme de CO2 : en matériau, process, maintenance, ingénierie…, le petit nœud à gagner coûte beaucoup en CO2. 
Si on ne prend pas la performance environnementale en priorité, on se trompe. 
Il faut faire attention à ce que notre sport, qui est sain au départ, ne rentre pas dans la liste noire. 
Dans le même ordre d’idée, je connais peu le monde de la plaisance, mais je ne suis pas forcément persuadé que les bateaux de demain doivent être équipés comme le sont nos maisons.  
Est-ce qu’on a besoin de tous les aménagements à bord pour être heureux en mer ?  
Ça fait d’ailleurs partie de la suite du projet We Explore, il y a sans doute des solutions pour faire moins fastueux et plus vertueux avec des aménagements low-tech.
C'est signé du toujours impeccable Roland Jourdain dans le toujours incontournable et tout aussi impeccable Tip & Shaft.

Plus,  sur la démarche de Roland Jourdain.