Wednesday, December 30, 2020

ET SI LA LIVRAISON DONNAIT UN NOUVEAU SENS AU SPORT ?

 - Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le sport du XXI° siècle ?"

La logistique va être un des grands chantiers industriels et urbains du XXI° siècle. 

C'est une évidence que l'explosion du e-commerce due à la Covid n'a fait qu'accentuer.

Avant, le commerce était associé à un lieu : le magasin.

Dorénavant, le commerce va être associé à un service : la livraison.

Et de plus en plus en ville, la livraison va devenir un sport. 

C'est déjà une réalité quotidienne avec les vélos et les vélos-cargo devenus les outils d'une nouvelle distribution s'appuyant sur un nouveau prolétariat athlétique, le livreur-cycliste.

Aujourd'hui, la livraison à vélo est devenue synonyme de performance - voir "Et si Adidas devenait une compagnie de coursiers ?"

Ce se sont là des évidences.

Mais ceci n'est pas la raison de ce post.

La raison de ce post, c'est la découverte ce matin d'une petite vidéo () montrant comment la livraison s'effectue à la voile entre certaines iles des Fidji.

Les voiliers sont des praos extrêmement véloces et efficaces malgré leur rusticité.

Ce système de livraison est soutenu par le département Pacific Centre for Environment and Sustainable Development de l'USP dans le cadre d'un programme intitulé Potential for sustainable see transportation destiné à la fois à trouver des alternatives aux mobilités motorisées et à la préservation des savoir-faire locaux

Evidement cette initiative ne pouvait pas nous laisser insensibles, tant elle réunit un certain nombre de réflexions et de chantiers conduits par Transit-City depuis plusieurs années. 

Tentons de lister ce que nous dit cette vidéo autour de quatre grandes thématiques :

1 ° - la transformation d'un sport (la voile) en un moyen de trans-sport ®, c'est à dire un moyen de déplacement sportif et non polluant.

2° - la formidable ressource que représentent toutes ces techniques light longtemps méprisées par l'Occident et qui apparaissent aujourd'hui comme de formidables opportunités pour repenser la mobilité demain.

3° - la forte probabilité que la voile devienne une vraie alternative au moteur.

4° - la question sur la finalité du sport demain. 

D'où la question : et si la livraison donnait un nouveau sens au sport ? Un sens qui associerait performance, santé, écologie, frugalité, légèreté, silence ...

A méditer.

Thursday, December 24, 2020

Wednesday, December 23, 2020

ET SI ON VOULAIT BIEN SE SOUVENIR QUE CHAQUE SPORT ÉTAIT AU DÉPART UNE IDÉE DÉCONNANTE ?

 - Dans le cadre de "Qui va construire le sport du XXI° siècle ?"

Et si pour réfléchir à la question de savoir qui va construire le sport au XXI° siècle, il fallait avant tout s'intéresser à tout ce qui est considéré comme deviant par le monde du sport institutionnel ?

Et si on voulait bien se rappeler que chaque sport a commencé comme une vaste déconnade et une volonté de casser les règles ? - voir le rugby.

C'est probablement une des grandes leçons que l'on peut tirer du passionnant interview de Gabby Roe, le président de Maestro Sport & Entertainment, sur la croissance des sports de niche - .

Every sport was new at one point in time. 


Every sport was a crazy-ass idea at one point in time


Whether it's a guy throwing peaches into the peach basket—I don't know how basketball started or whatever that might be—people thought that guy was out of his mind, right? 


Who's going to want to do that ?


Et si l'idée de "faire les cons" était donc, un des grands moteurs des pratiques sportives de demain ?


Et si l'idée de "faire les cons" était beaucoup plus vendeur pour inciter les gens à faire du sport que de leur parler de santé ou de performance ?


Et si on intégrait enfin, l'idée que "faire les cons" pouvait être un formidable moteur d'innovation ?


Voir le précédent post sur la montée en puissance de la transgression face à la compétition.


Voir aussi sur ce thème :

- "Vers des mobilités de plus en plus déconnantes ?"

- "Vers une mobilité montagnarde déconnante et nocturne ?"

Monday, December 21, 2020

ET SI C'ÉTAIT UNE MARQUE LINGERIE QUI DESSINAIT LE FUTUR DU SPORT ?

 - Dans le cadre de notre réflexion "Qui va construire le sport du XXI° siècle ?"

Lorsqu'en mars dernier est apparu sur les écrans américains, le film "Play to Win" de la marque de lingerie Agent Provocateur, le New-York Times s'était demandé si cette campagne était un progrès ou une régression pour l'image des femmes - voir, .

La question du NYT était pertinente, mais ce n'est pas celle qui nous intéresse aujourd'hui.

Ce qui nous intéresse nous, c'est la question de savoir qui aujourd'hui est capable de tenir un discours original et éventuellement fondateur sur le sport au XXI° siècle ?

Et il faut bien reconnaitre que sur cette question le spot "Play to Win" à défaut d'être forcément de très bon gout, nous offre des pistes de réflexion.

La plus évidente est évidement celle du rôle du sex dans la construction des imaginaires sportifs.

Mais le sex n'est pas une nouveauté dans la désidérabilité du sport.

Voir :

Chez Transit-City, nous avons même fait depuis plusieurs années du sex un critère incontournable dans nos analyses sur les évolution du sport - voir "Sport : les 6 temps"

Il suffit d'aller aujourd'hui sur Instagram, et de voir le nombre de comptes consacré à l'auto narcissisme musculaire et sexuel, pour comprendre que le cul est central dans la pratique sportive.

Si le sex n'est pas une nouveauté, alors pourquoi s'intéresser à ce spot de pub ?

Pour une raison toute simple.

Pour sa signature "Play to Win".

Oublions l'image et concentrons nous sur les mots.

Voilà, en effet, une signature qui associe deux promesses fortes du sport - le jeu et la gagne.

Mais, et c'est là que c'est très fort, 
- sans définir ni le jeu, ni les règles
- et sans définir, non plus, l'objet de la gagne.

C'est donc à chacun (seul ou en groupe) de définir ses règles.

C'est donc à chacun (seul ou en groupe) de définir ce qu'est la gagne .

Il y a là probablement les bases fortes d'un nouveau récit sportif fondé sur la transgression.

Dit autrement : la transgression plus que la compétition.

Un récit qui se fonderait sur le triptyque "comme je veux, quand je veux, où je veux".

Soit, ni plus ni moins, qu'un total bouleversement de ce qui a fondé le sport officiel depuis deux siècles, avec ses règles, ses lieux, ses temps et ses tenues imposées.

À méditer.

Saturday, December 19, 2020

ET SI LES FÉDÉRATIONS SPORTIVES DEVENAIENT DÉPENDANTES DES JEUX VIDÉO ?

- Dans le cadre de "Qui va construire le sport du XXI° siècle ?"

- Et dans le prolongement de "Et si pour Nike, c'était le e-sport qui construisait le sport du XXI° siècle ?"

Quand dans un interview, le président de la Fédération Française de Voile, Nicolas Hénard, dit espérer que le succès de Virtual Regatta incitera les joueurs a se mettre à la voile en vrai, on peut se poser des questions.

- Est-ce là, un reconnaissance très compréhensible de la puissance actuelle des jeux vidéo dans le domaine du sports ?

- Où est-ce plutôt, et de façon plus cruelle, l'aveu de l'incapacité actuelle de la FFV a tenir un discours désirable sur la pratique de la voile notamment auprès des jeunes générations ?

- Et, est-ce pour la FFV juste un problème de communication pour la FFV pour vendre la voile, ou, de façon plus profonde, une incapacité à sortir des codes du sport définis au XX° siècle autour de la compétition ?

- Dit autrement : et si, la FFV, comme beaucoup d'autres fédérations sportives, n'avait plus rien à dire sur son sport car, tout simplement, elle ne comprenait pas les nouveaux imaginaires du sport en général ? 

- Et si donc, dans les années qui viennent, elles devenaient de plus en plus dépendantes du succès ou non des jeux vidéos ?

- Qui, dans l'avenir, fera le mieux la promotion du sport ?

Avec une question plus large et plus stratégique à long terme : et si les avenirs du sport s'inventaient partout ... sauf dans les fédérations sportives ?

On poursuit la réflexion dans de prochains posts.

Friday, December 18, 2020

ET SI POUR NIKE, C'ÉTAIT LE E-SPORT QUI DEVAIT CONSTRUIRE LE SPORT DU XXI° SIÈCLE ?

- Dans le prolongement de "Qui va construire le sport du XXI° siècle ?"

Nike a depuis très longtemps compris que les univers du jeux vidéo et du e-sport allaient changer les visions et les pratiques du sport.

Mais jusque-là, la marque ne se servait des imaginaires du jeu vidéo que pour ludifier les pratiques sportives traditionnelles - et .

Aujourd'hui, Nike inverse son regard et fait des pratiquants du e-sport de véritables athlètes.

Preuve en est le tout premier film réalisé par Nike en faveur du e-sport et diffusé actuellement en Chine - .

Il y a vingt ans, Nike utilisait Michael Jordan pour vendre ses produits.

Aujourd'hui, Nike court après les équipes asiatiques de e-sport pour vendre ses produits.

Ou quand le basculement géopolitique du monde, s'accompagne d'un basculement des imaginaires sportifs.

Sur les façons de penser le sport demain, une possible grille de lecture.

Thursday, December 17, 2020

QUI VA CONSTRUIRE LE SPORT DU XXI ° SIÈCLE ?

  Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le XXI° siècle ?"

Si les XIX° et XX° siècles ont été les siècles de la mécanique et de la technique, le XXI° siècle va être le siècle du corps.

Le sport et la santé vont devenir deux des grands piliers du XXI°.

Le sport va devenir autre chose que ce que l'on nomme trop étroitement le sport.

La compétition et la performance ont nourri et construit le sport au début du XX° siècle.

A la fin du XX°, ce sont les équipementiers, la mode et le look qui ont nourri ses imaginaires.

Mais au XXI° siècle, qui va construire les imaginaires et les pratiques sportives ?

Les fédérations sportives ?

Les éditeurs de jeux vidéos ?

Les militaires ?

Les marques de sport ?

Les marques de lingerie ?

Les boissons énergisantes ?

Les compagnies d'assurance ?

Les nouveaux enjeux de la mobilité ?

Les nouveaux acteurs des luttes écologiques ?

De futurs pirates encore sous les radars ?

On démarre aujourd'hui ce vaste chantier de réflexion sur les avenirs du sport - .

Première épisode dans le prochain post.

Wednesday, December 16, 2020

QUI VA CONSTRUIRE L'ARCHITECTURE DU XXI ° SIÈCLE ?

 Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le XXI° siècle ?"

Les ingénieurs ont construit la ville du XIX° siècle.

Les architectes ont construit la ville du XX° siècle.

Mais qui va construire l'architecture du XXI° siècle ?

Les jardiniers ?

Les botanistes ?

Les paysagistes ?

Les ingénieurs forestiers ?

Les ingénieurs en climatologie ?

C'est franchement la question que l'on peut se poser devant la multiplication des projets architecturaux qui se cachent derrière des plantes et des arbres comme si l'architecture n'avait plus rien à dire ou ne savait plus comment le dire.

Le projet de Jean Nouvel en Equateur illustré ci-dessus, est une excellente illustration de ce désarroi.

Ce projet renvoie directement à nos questions :

Et de façon plus large et stratégique :

Tuesday, December 15, 2020

ET SI ON REPENSAIT LE LOGEMENT COMME UNE SYNTHÈSE DE LA VILLE ?

Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le XXI° siècle ?"

- Et dans le prolongement de "Et si l'habitat avait absorbé la ville ?"

Si on part du constant que l'habitat est devenu le lieu du tout - .

Si on fait le constat qu'en devenant le lieu du tout, l'habitat ne peut plus se penser à travers une organisation spatiale dessinée au XIX° siècle - .

Si on fait que le constat que le retour du travail à la maison va changer l'habitat - .

Si on fait le constat que le retour du sport à la maison va lui aussi changer l'habitat - .

Alors, on est bien obligé de se dire qu'il va falloir repenser l'approche organisationnelle de la maison.

Toutes les pièces servent à tout.

Question : comment repenser et redéfinir les espaces de l'habitat ?

On ne va répondre à cette vaste question dans ce post.

Mais on peut commencer à y réfléchir avec ces deux campagnes publicitaires qui offrent une approche intéressante de la maison.

Ces deux campagnes sont sorties au printemps dernier lors du confinement.

- L'annonce du haut signée du promoteur turc Elpropropose des thèmes comme "retreat", "study", "games", "alfresco / se rafraichir" qui sont peuvent être vus comme le début d'une approche fondée sur les vécus du quotidien plutôt que sur des volumes.

Bref, une approche plus sociologique qu'architecturale qui ne peut qu'aller dans le bon sens.

- L'annonce ci-dessous signée du promoteur colombien Amarilo, offre elle une approche réellement originale puisque fondée sur la cartographie urbaine.

Ou quand le logement est pensé comme le plan d'une ville avec ses "neighbors", son "supermarket", son "restaurant", son "beauté saloon", sa "laundry".

Une nouvelle approche sémantique qui a le grand mérite de nous obliger à penser autrement. 

Et donc le grand mérite aussi, de se dire qu'il serait peut-être temps de remettre à plat l'organisation de nos logements.

Monday, December 14, 2020

ET SI L'HABITAT AVAIT ABSORBÉ LA VILLE ?

Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le XXI° siècle ?"

Avec la Covid et le confinement, l'habitat a du remplacer la ville.

Mais l'habitat a du aussi remplacer l'outdoor - .

Avec la Covid et le confinement, l'habitat est devenu le lieu du tout - .

Cela a complètement bouleversé nos pratiques et nos imaginaires du logement - voir "Et si le Covidisme ® entrainait une vraie révolution de l'habitat ?"

Ceux qui parlent le mieux de cette mutation sont les transporteurs - voir "Et si l'habitat était le nouvel idéal des transporteurs ?"

Mais aussi les constructeurs automobiles, comme le montre ces publicités signées Hyndai diffusées en juin dernier en Australie -

Questions : 

- Si l'habitat a absorbé la ville, pourquoi ne pas penser le logement et l'organisation de ses pièces à travers les fonctions urbaines ? 

- Et si on sortait enfin de la vieille nomenclature des pièces dessinée par la bourgeoisie au XIX° siècle ?

Élément de réponse dans le prochain post.

Wednesday, December 09, 2020

ET SI ON ENTRAIT DANS L'ÈRE DES BÂTIMENTS AMBIGUS ?

- Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le XXI° siècle ?"

- Et dans le prolongement de "Et si on entrait dans l'ère des territoires ambigus ?"

Quand une ferme ressemble à une entrepôt de logistique - .

Quand une centrale électrique devient une piste de ski - .

Quand un un îlot urbain se pense comme un stade - voir "et si le sport dévorait les immeubles ?".

Alors ...

Alors, on se dit que nos approches traditionnelles sur les fonctions et les formes des bâtiments vont devenir de moins en moins opérantes pour penser et agir sur les villes et les territoires de demain.

C'est pour creuser cette mutation et essayer d'en comprendre les conséquences à moyen et long terme, que nous lançons au sein de Transit-City notre chantier "Ambiguous Buildings ®".

Il viendra enrichir et alimenter notre réflexion "Ambiguous Territories ®".

Tuesday, December 08, 2020

ET SI ON ENTRAIT DANS L'ÈRE DES TERRITOIRES AMBIGUS ?

- Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le XXI° siècle ?"

Quand on commence à avoir du mal à définir ce qu'est la campagne - .

Quand on commence à avoir du mal à définir les territoires de l'agriculture - .

Quand on ne sait plus très bien définir ce qu'est une forêt - .

Quand on s'interroge sur ce qui va construire la ville demain - .

Quand Londres veut se penser comme un parc naturel - .

Quand on passe de "l'urbain diffus" au "sauvage diffus" - .

Alors ...

Alors, on comprend que notre belle et historique segmentation des territoires "ville/campagne/sauvage" a de moins en moins de sens.

Alors, on comprend que l'on entre dans ce que nous appelons chez Transit-City, l'ère des Territoires Ambigus ®.

C'est à dire dans l'ère des territoires qu'il va falloir redéfinir, avec d'autres approches et d'autres concepts si on veut continuer à penser et à agir sur le monde de façon concrète.

Et c'est pour tenter de faire ce travail que nous lançons notre chantier "Ambiguous Territories ®".

Ce post n'est qu'une étape.

Monday, December 07, 2020

QU'EST-CE QUI VA CONSTRUIRE LA VILLE DE DEMAIN ?

- Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le XXI° siècle ?"

Les grands moteurs économiques de la construction des villes sont connus :
- l'agriculture, il y a 10 000 ans.
- le commerce à partir du XII° siècle. 
- l'industrie au XIX° siècle.
- le tertiaire au XX° siècle.

Ces quatre moteurs ont tous été associés à un récit politique et à une promesse d'avenir désirable.

Mais aujourd'hui, c'est quoi le grand moteur économique de la ville ?

Aujourd'hui, qu'est-ce qui justifie la construction de la ville notamment quand le tertiaire n'est plus forcément associé à l'urbain ? - .

Aujourd'hui, qu'est-ce qui justifie que l'on reste en ville ? - .

Aujourd'hui, c'est quoi le grand récit de la ville ?

C'est quoi la grande idée qui va la rendre désirable ?

La forêt ? - .

Le sauvage ? - .

Et si c'était le cas, ça serait tout simplement tout ce contre quoi c'est historiquement construit la ville.

On poursuit la réflexion dans les prochains posts.

Friday, December 04, 2020

ET SI LES DÉSERTEURS DE VILLE DEVENAIENT UNE NOUVELLE CATEGORIE D'ACTIFS ?

- Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le XXI° siècle ?"

- Et dans la suite de "Et si la campagne permettait de réinventer l'entreprise ?"

En Italie, certains parlent d'eux comme des "disertori della città", c'est à dire des déserteurs de ville. 

Les déserteurs de ville sont ceux qui quittent les villes sans vouloir quitter le mode de vie urbain grâce au numérique et au télétravail - .

Les déserteurs de ville ne partent pas à la campagne comme ceux qui dans les années 70 qui prônaient un retour à la terre pour changer de vie.

Les déserteurs de ville ne veulent pas changer de vie, juste de cadre de vie.

Et cela change tout.

Car en voulant continuer à vivre comme en ville, les déserteurs de ville sont potentiellement à la base d'une vraie révolution remettant à plat la distinction monde urbain monde rural.

Les déserteurs de ville vont dessiner les nouveaux périmètres de l'entreprises - .

Les déserteurs de ville vont dessiner les nouveaux périmètres de l'urbain.

Les déserteurs de ville vont donner un nouveau vécu au rural.

Les déserteurs de ville peuvent potentiellement et à long terme, nous ramener à une époque pré-industrielle, celle du travail à la maison et de l'activité dispersée dans les campagnes.


Et .

Thursday, December 03, 2020

ET SI LA CAMPAGNE PERMETTAIT DE RÉINVENTER L'ENTREPRISE ?

- Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le XXI° siècle ?"

- Dans le prolongement de "Où va se construire l'entreprise de demain ?

- Et dans le prolongement "C'est quoi la campagne demain ?"

Pour réfléchir à la question, je vous soumets une récente décision du gouvernement japonais qui pourrait à la fois refonder les territoires de l'entreprise mais aussi les territoires du pays au profit des zones rurales.

"Le gouvernement japonais prévoit d'offrir jusqu'à 1 million de yens (9500 dollars) aux personnes qui déménagent dans les zones rurales tout en continuant à faire leur travail à Tokyo à distance. (...)  

Un fonds d'une valeur de 100 milliards de yens sera mis de côté pour le développement régional dans le cadre des demandes budgétaires du gouvernement pour l'exercice 2021. Il y a eu des programmes pour aider les personnes qui quittent les villes pour créer une entreprise dans les zones rurales dans le passé, mais les nouvelles subventions diffèrent en ce qu'elles seront disponibles pour les personnes qui conservent leur emploi à Tokyo tout en vivant à la campagne. (...) 

L'objectif est de permettre aux gens de travailler dans les zones rurales sans changer leur façon de travailler à Tokyo. (...) - .

Cette initiative japonaise pose trois questions :
- Et si après s'être inventé en ville, le tertiaire devait se réinventer à la campagne ?
- Et si c'était l'alternative campagnarde qui obligeait les entreprises à se réinventer ?
- Et si après avoir contribué à l'enrichissement des villes, le tertiaire devait maintenant enrichir les campagnes ? 

Wednesday, December 02, 2020

OÙ VA SE CONSTRUIRE L'ENTREPRISE DE DEMAIN ? AU BUREAU ? À LA MAISON ? AILLEURS ?

- Dans le cadre de notre chantier "Qui va construire le XXI° siècle ?"

- Dans le prolongement de "C'est quoi un bureau demain ?

- Et pour poursuivre notre réflexion autour de la question "Et si on se racontait une autre histoire du travail et de la mobilité ?"

La question n'est pas nouvelle - .

Elle s'inscrit dans le cade d'une nouvelle révolution qui perturbe toute nos grilles d'analyses de lecture traditionnelles de la ville, de ses territoires et de son économie - "Et si nos concepts étaient inopérants pour penser les mutations à venir ?"

La Covid a juste accéléré les choses -

Aujourd'hui les entreprises se cherchent de nouveaux modèles d'organisations spatiales et immobilières.

Et c'est dans le cadre de cette grande mutation du travail, que Neo-Nomade, structure spécialisée en espace de co-working, a imaginé cinq scénarios de possibles organisations du travail demain - .

C'est plutôt bien vu et cela donne une base de réflexion structurée qui permet de prendre un peu de hauteur par rapport à l'insupportable débat du pour ou contre le télétravail.

Les scénarios in extenso, .

On poursuit la réflexion sur les nouveaux territoires de l'entreprise et du travail dans de prochains posts.