Tuesday, February 20, 2024

ET SI DEMAIN, C'ÉTAIT LE SPORT QUI DÉFINISSAIT NOTRE IDENTITÉ ?

Quand les grands récits religieux et politiques ne crantent plus avec nos modes de vie et le système de valeurs qui vont avec - .

Quand le corps est la nouvelle obsession individuelle. 

Quand le corps devient la nouvelle centralité sociale, politique et économique.

Qu'est ce qui définit notre identité aujourd'hui ?

Notre corps ?

Notre pratique sportive ?

Et si la pratique sportive devenait la nouvelle référence identitaire du XXI° siècle ?

On en reparle le 13 mars au matin, .

Monday, February 19, 2024

ET SI LE SPORT ÉTAIT LE GRAND BÉNÉFICIAIRE DU DÉSENCHANTEMENT DU MONDE ?

C'est quoi notre époque aujourd'hui ?

C'est la fin des grands récits religieux qui ont régi nos croyances et nos modes de vies pendant des millénaires.

C'est la fin des grands récits politiques qui ont structuré les visions du monde au XIX et XX° siècle.

Nous vivons la fin des grands récits qui permettaient de penser son quotidien, de penser la société et d'imaginer son futur.

C'est ce que raconte très bien Marcel Gauchet dans "Le Désenchantement du monde - Une histoire politique de la religion" quand il écrit "Nous sommes voués à vivre désormais à nu dans l'angoisse, ce qui nous fut plus ou moins épargné depuis le début de l'aventure humaine par la grâce des dieux".

Chacun d'entre nous à son échelle, doit donc aujourd'hui remplir ce vide du politique et du religieux.

Et si la grande force du sport aujourd'hui était de permettre à la fois à chacun d'entre nous, mais aussi aux institutions, de répondre à ce double vide ?

"Remplir le vide du religieux", et là on voit assez facilement la façon dont le sport peut remplacer la religion avec ses dieux, ses espérances, ses temples, son calendrier ...

"Remplir le vide du politique", et là encore on voit la façon dont le sport est utilisé par les politiques pour cacher la grande vacuité de leurs discours ... 

Dans une société de l'individu chacun est amené à se bricoler ses propres références sportives comme chacun se bricole ses propres références religieuses et politiques.

Chacun se construit choisit ses dieux, son panthéon, son calendrier, ses pratiques, sa diététique ...

Et si donc demain, ce n'était pas tant les religions qui devaient transformer le sport, mais plutôt le sport qui devait transformer les religions ?

On reparlera de tout cela lors la préparation des prochaines Rencontres de la Prospective Sportive ® qui auront lieu le 13 mars prochain autour de la question "Et si demain les religions changeaient le sport ?"

Friday, February 16, 2024

ET SI LE SPORT DEVAIT PASSER DU MONOTHÉISME À L'ANIMISME ?

Au sein du de Prospective Sport Lab ®  nous travaillons entre autres sur la question des futurs grands récits du sport, et notamment sur la façon dont les croyances religieuses pourraient inventer de nouveaux grands récits sportifs.


Cette réflexion vient du constat évident que les grands récits qui ont accompagné le sport au XX° siècle ne fonctionnent plus.


Il était évidement tentant dans le cadre de cette démarche de s’intéresser au religieux.


Car les religions sont depuis des millénaires les plus grands émetteurs de récits.


Ce qui fait même dire à certains que "toutes les religions sont des fictions".


Toutes les religions ont du raconter de belles histoires pour séduire.


D’où notre question : les grands systèmes religieux peuvent-ils nous aider à penser les grands récits sportifs du futur ?


Nous avons tenté de répondre ci-dessous


C'est un premier jet qui mérite bien évidement d'être affiné.


Le sport lors de sa création à la fin du XIX° s’assimilerait à une religion monothéiste.


- Un dieu : l’athlète.

- Un temple : le stade.

- Un idéal : la victoire.

- Un système : les fédérations.


C'était le système dominant jusqu'au début des années 70.


A la fin du XX° siècle, avec l’explosion des pratiques libres, le sport s’assimilerait à une religion polythéiste.


- Il n’y a plus un dieu, mais plusieurs dieux (du champion à l'amateur).

- Il n’y a plus un temple, mais une multitude. On peut pratiquer partout.

- Un idéal : la participation et le jeu. 

- Un système : les grandes marques commerciales.


C'est le système dominant actuel, mais que si cherche de nouvelles références et de nouvelles promesses.


Notre hypothèse est que la catastrophe écologique va obliger le sport à se réinventer et à repenser ses finalités autour d'un nouveau grand récit.


Le sport qui s'est pensé jusque-là autour du salut de l'homme, pourrait se penser dorénavant autour du salut du vivant, de tout le vivant .


Le sport deviendrait alors animiste.


- L’homme ne sera plus au centre de tout, il ne sera qu’un élément du vivant.

- La nature a remplacé le temple.

- L’idéal : pratiquer sans abimer le vivant.

- Le système : à construire ...


Cette réflexion se fait dans cadre de la préparation des prochaines Rencontres de la Prospective Sportive ® qui auront lieu le 13 mars prochain autour de la question "Et si demain les religions changeaient le sport ?"

Thursday, February 15, 2024

ET SI LA PRIÉRE DEVAIT ÊTRE CONSIDÉRÉE COMME DU DOPAGE ?

La prière, c’est demander de l’aide à Dieu.


Le dopage, c’est chercher l'aide de la médecine pour augmenter ses performances physiques.


L’éthique du sport veut que tous les concurrents soient égaux.


Mais les sportifs qui demandent l’aide de Dieu ne sont-il pas avantagés par rapport à ceux qui n’ont rien demandé ou par rapport à ceux qui ne sont pas croyants ?


Dans ces conditions ...


... pourquoi la prière ne pourrait-elle pas être assimilée à de la tricherie ?


... pourquoi la prière ne pourrait-elle pas être considérée comme un acte de dopage déloyal face aux athlètes qui ne son pas croyants ?


En quoi la créatine ou l’EPO qui ont des fonctions physiologiques bien précises, seraient-elles plus dopantes que l’appel à un Dieu qui est lui supposé avoir tous les pouvoirs ?


On en reparle le 13 mars, .

Wednesday, February 14, 2024

ET SI C'ÉTAIT AUSSI CELA PENSER LE FOOT DEMAIN ?

Un 11 chrétien contre un 11 musulman ?

Des joueurs d'une même équipe déterminés selon leur religion ?

Et si c'était ce genre d'analyse qu'il fallait avant tout craindre pour demain ?

On y reviendra plus longuement, .

Monday, February 12, 2024

ET SI DORÉNAVANT, LE SPORT PROMETTAIT LA MÊME CHOSE QUE LES RELIGIONS ?

L'imaginaire de la lévitation a longtemps été accaparé par les religions, et notamment par l'église catholique qui y voyait l'illustration d'une extase mystique.

Dans les années 80, la lévitation a basculé dans le champ du sportif, notamment sous l'influence de Michael Jordan et du marketing de Nike qui a fait du basketteur de Chicago un homme s'élevant clairement plus haut et plus longtemps au dessus des autres. 

Le panier de basket avait remplacé la croix, mais le discours était similaire : la lévitation était réservée à "ceux qui y croient plus que les autres".

C'est à cette idée très élitiste qu'aujourd'hui la marque de sport Brooks semble vouloir s'attaquer avec sa nouvelle campagne "Gravity had a good run" qui promet, ni plus ni moins, la lévitation pour tous - voir le spot.

Désormais plus besoin d'y croire plus que les autres, il suffit de pratiquer !!!

D'où la question ...

Et si aujourd'hui, le sport permettait à tous les pratiquants d'accéder à ce que les religions ont longtemps promis aux seuls croyants ?

On en reparle le 13 mars à l'occasion des septièmes Rencontres de la Prospective Sportive ® qui auront pour thème "Et si demain, les religions changeaient le sport ?"

Thursday, February 08, 2024

ET SI DEMAIN, LA MESSE DEVENAIT UN COURS D'ABDOS-FESSIERS ?

Si on fait le constat que l'église catholique tente actuellement de profiter des évènements sportifs pour diffuser ses valeurs et développer son audience - voir, .

Si on fait l'hypothèse que demain certaines églises deviennent des salles de sport - voir, .

Alors ...

Alors, pourquoi ne pas imaginer que demain afin d'attirer toujours plus de nouveaux fidèles, l'église transforme ses messes en cours de gym ?

On aurait alors un moment de communion et de partage autour de la nouvelle Sainte trinité contemporaine "Moi jeMon corps, Mon bien-être"

L'Église passerait ainsi de la sacralisation du corps souffrant (le Christ) à celle du corps conquérant ("mes abdos, mes fesses").

Évidement, présentée comme cela notre hypothèse peut paraitre osée.

Mais est-elle forcément totalement déconnante ?

Et si la vraie question des religions n'était, en effet, pas tant celle du contrôle des esprits, que celle du contrôle du corps ?

On en parlera le 13 mars prochain avec le philosophe et théologien Emmanuel Falque qui lors des prochaines Rencontres de la Prospective Sportive ® organisées autour de la question "Et si demain, les religions changeaient le sport ?" , interviendra sur le thème "Métamorphose du corps, métamorphose du sport".

Wednesday, February 07, 2024

ET SI L'AGENCE NATIONALE DU SPORT SAUVAIT LES ÉGLISES ?

Selon l'Observatoire du patrimoine religieux, la France compterait environ 100 000 édifices religieux majoritairement catholiques, dont 500 sont aujourd'hui fermés et entre 2 500 et 5 000 dans une situation très dégradée les menaçant soit d'être vendus ou d'être détruits.


Question : que faire de ces bâtiments totalement sous utilisés ?

A l'heure ou le gouvernement français relance le plan "5 000 équipements sportifs", pourquoi l'Agence Nationale du Sport n'investirait-elle pas dans certains de ces bâtiments pour en faire des salles de sport ?

Cela sauverait des églises et permettrait de renouveler les imaginaires de la salle de sportà l'image de ce qu'a réalisé Climbing District dans une chapelle à Paris -  .

Et si après avoir été longtemps le lieu du corps souffrant, les églises devenaient les lieux des corps s'épanouissant ?

On en reparlera le 13 mars à l'occasion des septièmes Rencontres de la Prospective Sportive ® qui auront pour thème "Et si demain, les religions changeaient le sport ?"

Monday, February 05, 2024

ET SI DEMAIN, LA DEVISE DES J.O DEVENAIT "PLUS VITE, PLUS HAUT, PLUS SAINT" ?

Et si demain les Jeux Olympiques devenaient un outil de prosélytisme religieux ?

Et si demain, certains étaient tentés de faire J.O. un événement chrétien ?

Ce sont les questions que l'on peut se poser devant la démarche "Holy Games" montée par une branche de l'église catholique française qui semble vouloir profiter des rencontres sportives pour élargir son audience et tenter de remettre l'église au coeur de la modernité - plus, .

Cela pourrait-il aller à therme jusqu'à modifier l'actuelle devise olympique pour "Plus plus vite, plus haut, plus saint" comme pourrait le laisser penser la communication pour un cycle de conférences monté à Paris sur le thème "Quand la théologie rencontre le sport" ?  - voir,

On en est évidement pas là, même si on peut rappeler que la première devise des J.O - "Plus vite, plus haut, plus fort" a été créée par Henri Didon, un prêtre bénédictin proche de Coubertin.

On en reparlera le 13 mars à l'occasion des septièmes Rencontres de la Prospective Sportive ® qui auront pour thème "Et si demain, les religions changeaient le sport ?"

Friday, February 02, 2024

ET SI DEMAIN, LA SNEAKER DEVENAIT UN SYMBOLE RELIGIEUX ?

En 2019, sont apparues sur le marché très lucratif des sneackers des Jesus Shoes avec une promesse pleine d'humour "Walk On Water".

Les chaussures étaient en fait de simples Nike dont les semelles avaient été remplies d'eau bénite par le collectif d'artistes new-yorkais Mschf  - .

Une provocation que le groupe renouvellera en 2021 avec ses Satan Shoes, toujours conçues à partir de Nike détournées.

Au delà de la provoc, cette démarche pose une question très sérieuse: et si demain, les baskets devenaient des symboles religieux ?

Voir : 

On en reparlera le 13 mars à l'occasion des septièmes Rencontres de la Prospective Sportive ® qui auront pour thème "Et si demain, les religions changeaient le sport ?"

Sunday, January 28, 2024

ET SI DEMAIN, LES RELIGIONS CHANGEAIENT LE SPORT ?

Les septièmes Rencontres de la Prospective Sportive ® auront pour thème "Et si demain, les religions changeaient le sport ?"


Ces Rencontres se dérouleront le mercredi 13 mars 2024 de 8h30 à 13h00 au Petit Bain

Pour vous inscrire, il suffit d'envoyer un mail à francois.bellanger@gmail.com en disant "Je viens" ou "Nous venons" si vous venez à plusieurs.

Tuesday, January 23, 2024

ET SI C'ÉTAIT LES SOIT-DISANT NON-SPORTIFS QUI INVENTAIENT LES SPORTS DE DEMAIN ?

Longtemps le sport a servi à former des corps.

Plus minces.

Plus musclés.

Plus performants.


C’est toujours en grande partie vrai.


Sauf qu’aujourd’hui les références du sport et du corps changent


La référence centrale du sport n'est plus la performance, mais le plaisir.


La référence corporelle n'est plus la minceur à tout prix, mais le bien être et le bien dans sa peau.


À partir de ces deux constats, émergent trois questions toutes simples :


- Faut-il continuer à penser le sport comme formateur d’un corps idéal ?


- Et si ce n'était plus le sport qui formait les corps, mais les corps a priori non sportifs qui dessinaient les pratiques sportives de demain ?


Dit autrement et de façon plus radicale : et si c'était les non-sportifs qui inventaient les sports du futur ?


A méditer.

Monday, January 22, 2024

ET SI LE GROS DEVENAIT LA NORME ?

Récemment le New York Times publiait un comparatif des jeans féminins actuellement sur le marché - voir

Jusque là, rien d'extraordinaire.

Oui.

Oui, .... sauf la photo qui illustrait l'article !!!

Ce n'était, en effet, pas la photo traditionnelle avec des mannequins toutes menues, mais celle de quatre femmes plutôt rondes. (voir l'image ci-dessus)

Alors, une photo anecdotique ?

Ou le début d'un changement de regard sur ce que sera le corps de référence demain ? 

Et si demain, c'était le corps rond qui devenait la norme ?

Un changement qui ne serait pas forcément conditionné par un renouvellement des imaginaires sur ce qu'est un corps idéal (mince et musclé), mais par des besoins commerciaux face à la hausse de l'obésité !

Et si demain, les marques de textiles étaient obligées de présenter des gens en surcharge pondérale pour ne pas perdre des clients ?  

C'est d'ailleurs ce que font déjà Adidas  ou Nike .

Si le big devient le new normal, ça veut dire quoi pour penser le sport demain ?

Ce post prolongement de la réflexion esquissée avec :

Friday, January 19, 2024

QUAND GARGANTUA N'ÉTAIT PAS CENSÉ POUVOIR FAIRE DU SPORT

Ce post est le prolongement de "et si on relisait Rabelais pour penser le sport demain ?" dans lequel on évoquait l'idée que Gargantua pourrait devenir dans les années qui viennent un idéal sportif.

On avait juste oublié une petite anecdote qui montre combien les rapports au corps peuvent parfois évoluer très vite.

Rappel des faits : 

En 2019, Nike réaménage entièrement son NikeTown de Londres.

A cette occasion, l'équipementier américain installe pour la première fois dans son histoire des mannequins de femmes grosses.

C'est un choc.

Un vrai choc culturel pour certains

A tel point que The Telegraph publie un article d'une rare violence dans lequel ce mannequin féminin est présentée comme "gargantuesque" (gargantuan) et "riche en graisse." 

"Elle est, à tous points de vue, obèse, et elle ne se prépare pas à courir dans son équipement Nike brillant. Elle ne peut pas courirElle est, plus probablement, prédiabétique et en route pour une arthroplastie de la hanche.

Et la journaliste de conclure son article en considérant cette mannequin comme "un mensonge dangereux" - .

Evidement, cet article fut immédiatement critiqué par de nombreux lecteurs - .

Il y a 6 ans, Gargantua pouvait donc être encore pour certains un synonyme de non-sportivité.

Est-ce encore le cas aujourd'hui ?

Ne serions nous pas au contraire en train de basculer dans l'apologie du grand et du gros avec notamment au rugby des joueurs comme Will Skelton ou Emmanuel Meafou, 2,03 m pour 145 kg chacun ?