Wednesday, July 01, 2020

ET SI JIM HARRISON NOUS AIDAIT À DÉFINIR UNE NOUVELLE PENSÉE URBAINE ?

Si l'on fait l'hypothèse que l'on se dirige vers un réensauvagement des villes - voir, Rewild City ®.

Alors va se poser la question de nos références pour penser cette mutation et construire de nouvelles références urbaines.

Cela peut passer par des ouvrages naturalistes - voir "Et si c'était eux, les grands ouvrages de l'urbanisme de demain ?"

Cela peut passer par la philosophie - voir "Et si le sauvage, nous aidait à redéfinir nos sensibilités urbaines ?"

Mais cela pourrait évidement aussi passer par la fiction.

Et dans ce cas, pourquoi ne pas faire l'hypothèse qu'un romancier et poète comme Jim Harrison, grand apôtre du "practice of the wild", puisse nous aider à penser un peu différemment ?

A ce stade de notre réflexion, ce n'est qu'une question, mais on comprend quand même très vite rien qu'en regardant les titres et certaines des couvertures des livres de J. Harrison qu'il s'y joue des choses capables de revivifier nos imaginaires.

Sur la capacité de J. Harrison à nous inciter à penser différemment nos mobilités, voir : "Il faudra que j'y aille à la nage, j'ai pas de voiture."

Tuesday, June 30, 2020

ET SI LE SAUVAGE, NOUS AIDAIT À REDÉFINIR NOS SENSIBILITÉS URBAINES ?

Actuellement chez Transit-City, nous travaillons sur l'hypothèse que l'outdoor et le réensauvagement devienne une des grande valeur urbaine du XXI° siècle - .

Cela nous conduit à nous interroger sur ce que l'outdoor peut apporter à nos analyses de la ville - - sur ses mobilités -  - et sur son possible statut d’acteur politique - .

Cette réflexion nous conduit aussi à nous interroger sur les territoires de l'outdoor et sur la façon dont ceux-ci peuvent nous aider à penser la ville autrement - d'où notre travail sur la forêt - - et sur le réensauvagment de nos villes - .

C'est dans ce contexte que nous nous demandions récemment si les meilleurs livres pour penser l'urbanisme du futur, étaient des livres sur la nature et les animaux sauvages - .

Nous vivons clairement aujourd'hui, une crise culturelle de la pensée et plus particulièrement une crise de la pensée urbaine par rapport à ce que l'on appelle la nature et le sauvage.

Ce que Baptiste Morizot dans son passionnant "Manière d'être vivant" nomme "une crise de la sensibilité"

Pour lui, la crise écologique que nous vivons, est une crise de la sensibilité
"Par “crise de la sensibilité”, j’entends un appauvrissement de ce que nous pouvons sentir, percevoir, comprendre, et tisser comme relations à l’égard du vivant. Une réduction de la gamme d’affects, de percepts, de concepts et de pratiques nous reliant à lui." 
"Un premier symptôme de cette crise de la sensibilité, peut-être le plus spectaculaire, est exprimé dans la notion d’“extinction de l’expérience de la nature” proposée par l’écrivain et lépidoptériste Robert Pyle : la disparition de relations quotidiennes et vécues au vivant."
Des logos ou des feuilles ? 
"Une étude récente montre ainsi qu’un enfant nord-américain entre 4 et 10 ans est capable de reconnaître et distinguer en un clin d’œil expert plus de mille logos de marques, mais n’est pas en mesure d’identifier les feuilles de dix plantes de sa région."
Reconstituer les chemins de la sensibilité ? 
"Il y a un enjeu à reconstituer des chemins de sensibilité, pour commencer à réapprendre à voir. Si nous ne voyons rien dans la “nature”, ce n’est pas seulement par ignorance de savoirs écologiques, éthologiques et évolutionnaires, mais parce que nous vivons dans une cosmologie dans laquelle il n’y aurait supposément rien à voir, c’est-à-dire ici rien à traduire : pas de sens à interpréter."
Inventer un nouveau réensauvagement ?
"Ce n’était pas forcément “mieux avant”, et il ne s’agit pas de revenir à des formes de vie nus dans les bois. Tout l’enjeu est précisément qu’il s’agit de les inventer."
Sortir du civilisé ?
"Sortir du Civilisé, ce n’est pas se jeter dans le Sauvage, pas plus que sortir du Progrès implique de céder à l’Effondrement : c’est sortir de l’opposition entre les deux. 
"Cela induirait, par exemple, de ne plus postuler la déficience de la “Nature” qui exigerait qu’on l’améliore par l’organisation rationnelle, mais de retrouver une confiance dans les dynamiques du vivant." 
"L’enjeu est donc de repeupler, au sens philosophique de rendre visible que la myriade de formes de vie qui constituent nos milieux donateurs sont elles aussi, depuis toujours, non pas un décor pour nos tribulations humaines, mais les habitants de plein droit du monde."
On poursuit la réflexion - voir, Rewild City ®.

Thursday, June 25, 2020

ET SI L'OUTDOOR DEVENAIT UNE NOUVELLE FORCE POLITIQUE ?

L'outdoor, ce n'est pas du sport.

L'outdoor, c'est de la politique.

L'outdoor, c'est de la politique, car cela permet d'interroger nos modes de consommation - voir, .

L'outdoor c'est de la politique, car cela permet d'imaginer d'autres façons d'organiser la cité - voir, .

L'outdoor c'est de la politique, car cela permet d'imaginer d'autres façons de se déplacer en ville - voir, .

L'outdoor c'est de la politique, car cela permet de mener de vrais combats écologiques - voir, .

L'outdoor c'est de la politique, car certaines marques d'outdoor deviennent de véritables acteurs militant contre Trump - voir, .

L'outdoor c'est de la politique, car les grandes marques de ce marché sont parmi les rares acteurs économiques à oser s'attaquer à l'insupportable tolérance de Facebook face la haine raciale - voir, .

Wednesday, June 24, 2020

ET SI L'OUTDOOR AIDAIT À INVENTER DE NOUVELLES RÉPONSES MOBILES ?

Si demain, la forêt irrigue nos imaginaires mobiles - .

Si demain, les rues deviennent des chemins forestiers -  et .

Si demain, le modèle urbain se dessine entre Outdoor City ® et Rewild City ®

Alors, c'est quoi la mobilité des handicapés dans un contexte qui leur serait a priori très défavorable ?

Et si c'était tout simplement cette photo d'André Kajlich en forêt ?

Et si ce fauteuil roulant n’était pas un truc d’handicapé, mais plutôt l’esquisse du 4x4 ultra-light du futur ?

Et si donc, on voyait dans le handicap, non pas un frein aux nouvelles mobilités, mais au contraire une formidable opportunité d'inventer des engins mobiles inédits ?

Bref, et si on le handicap était une façon d'élargir encore un peu plus la capacité de l'outdoor à penser demain de façon totalement renouvelée ? - .

Sur le fauteuil roulant comme modèle pour imaginer nos mobilités autrement, - voir, .

Monday, June 22, 2020

ET SI KILIAN JORNET DEVENAIT UN MODÉLE DE MOBILITÉ URBAINE ?


C'est juste une hypothèse.

Une hypothèse très radicale, certes, mais qui ne sort pas de nulle part non plus.

En effet, ...

En effet, si on pose que :
- l'outdoor va devenir un des grands imaginaires urbains - .
- les marques d'outdoor peuvent devenir des acteurs politiques - .
- des événement comme l'UTMB pourraient nous aider à penser la mobilité urbaine - .

Et si parallèlement, on fait les constats que :
- la montagne peut nous aider à penser la ville - .
- les trails irriguent déjà les imaginaires de la mobilité urbaine - .
- les trailles nous aident à penser nos tenues de nomades urbains - .

Alors ...

Alors pourquoi ne pas prendre un trailer ultra-connu comme modèle pour penser la mobilité urbaine du futur  ?

Et pourquoi dans ce cas ne pas prendre le plus connu et le plus respecté d’entre eux, Kilian Jornet, comme modèle pour imaginer la mobilité vertueuse et écologique du XXI° siècle ?

Il sait définir une vision mobile originale.

Il est capable de parler de sportivité, de frugalité, de légèreté ... et de silence - voir "Summits of my Life".

Il est donc capable de parler des grandes valeurs qui devraient irriguer les imaginaires urbains et mobiles dans les décennies à venir.

Il montre que l'on peut se déplacer sur de longues, voir très longues distances sans moteur si on accepte de s'y préparer et de se mettre dans l'état d'esprit pour le faire - voir, .

Il sait comment expliquer la préparation qu'il faut faire pour entrainer nos corps à de nouvelles pratiques mobiles fondées sur l'effort, le dépassement et le plaisir - voir, "Up"

Bref il est capable à lui tout seul de renverser les grilles de lectures traditionnelles des mobilités urbaines et de susciter un modèle désirable fondée sur :
- l'effort plutôt que le confort
- le corps plutôt que le moteur
- le sport plutôt que la mécanique
la santé plutôt que la sédentarité
- la légèreté plutôt que le lourd
- la nature plutôt que le bitume ...

Pas mal comme programme, non ?

Et pour ceux qui douteraient que le trail puisse devenir un modèle urbain, voir :
"Du run commuting au trail commuting ?"

Thursday, June 18, 2020

ET SI L'OUTDOOR PERMETTAIT D'INVENTER UN NOUVEAU LUXE ?

Faire de la prospective, c'est travailler sur les imaginaires.

Faire de la prospective, c'est essayer de comprendre ce qui pourrait émerger dans les années qui viennent comme nouvelles contraintes et comme nouvelles envies.

Travailler sur les imaginaires permet de réinterroger les modèles dominants en les confrontant à des mondes qui leur sont a priori éloignés.

C'est ainsi que nous réinterrogeons actuellement la ville sous le triple prisme de la forêt, du réensauvagement ou de l'outdoor.

L'idée n'est évidement pas de dire que les villes vont devenir des forêts, des terres naturelles ou totalement sauvages, mais d'essayer de comprendre comment les imaginaires associés à ces mondes non urbains peuvent nous permettre de penser la ville autrement.

Notre questionnement sur l'Outdoor city ® est évidement enrichi par nos travaux sur les nouveaux imaginaires sportifset plus particulièrement les imaginaires de la voile avec notre Sailing Lab et ceux de la montagne avec notre Mountain City Lab.

C'est notre façon de penser qui se complète par un travail sur le camping comme enjeu urbain, mais aussi des notions comme l'ombre et le silence dont nous sommes persuadés qu'ils seront les grands produits de luxe du futur - voir et .

Tout cela pour dire que lorsque nous avons tout récemment découvert la marque de tentes Samaya et sa signature "Palace with View", nous étions heureux de découvrir des gens qui partageaient la même vision du monde que nous autour des mobilités actives, de la nature, de la légèreté, de la frugalité sportive, du sans moteur ... bref, de toute une série de choses qui nous tiennent particulièrement à cœur.

Le discours Samaya a au moins trois qualités.

- Il met l'outdoor au coeur de la pensée du monde de demain

- Il montre combien l'outdoor permet de réinterroger tous les codes traditionnels de l'urbain ... et d'une certaine vision du luxe - voir  et .

- Il interroge nos valeurs en osant confronter coupole d'église et tente de montagne, mais aussi nature sauvage et jardin à la française.

En regardant cette très brillante campagne, on ne peut qu'être admiratif de sa puissance de questionnement sur les valeurs actuelles et leur possible basculement dans les années qui viennent - .

Enfin, on ne cachera pas de beaucoup apprécier la référence aux réflexions du grand Henry David Thoreau qui renvoie très directement à la phrase de John Muir "J'aurai pu devenir millionaire, j'ai choisi d'être vagabond" ()

Ou quand entre sobriété, liberté, mobilité, silence, vagabondage, frugalité, no motor, l'outdoor semble pouvoir poser les questions pour inventer un nouveau luxe.

Sur le poids des marques d'outdoor dans la construction de nos imaginaires, voir :
- "Ca serait quoi une Salomon Mobility ?"
- "Ca serait quoi une North Face Mobility ?"
- "Et si le Vieux Campeur devenait un grand acteur urbain ?"

Tuesday, June 16, 2020

INSPIRATION URBAINE ?

Entre Outdoor City ® et Rewild City ®, une image d’escalade dans les montagnes du Getu en Chine pour essayer de penser la ville avec d'autres imaginaires ... 

Plus, .

Monday, June 15, 2020

ET SI NIKE SE LANÇAIT DANS LE SURVIVALISME URBAIN ?

C'est l'histoire d'un virage.

Le virage d'une entreprise - Nike - qui après avoir mis le corps et les besoins des athlètes au coeur de sa pensée - "if you have a boy, you are an athlete" -, décide de mettre l'environnement urbain au centre de sa réflexion.


C'est à dire :

- qui décide de prendre en compte tous les éléments qui font une ville (qualité de l'air, qualité de l'eau, météo, saturation des transports, architecture, étalement urbain ...) pour concevoir des produits qui permettent de mieux vivre cet environnement urbain parfois difficile.

qui décide de ne plus prendre la ville comme seulement un vaste terrain de sport, mais comme un territoire qui peut parfois se révéler hostile.

qui décide de ne plus prendre les citadins comme des sportifs occasionnels, mais comme des individus qui veulent des solutions concrètes aux contraintes du quotidien et notamment en matière de déplacement. Ce que chez Transit-City, nous appelons le sport invisible.

Ce virage à un nom : c'est la démarche dite ISPA qui se veut une philosophie de conception fondée sur quatre grandes idées : 
I pour Inspiration
S pour Scavenge
P pour Protect
A pour Adapt.

Cet acronyme n'est évidement pas sans rappeler la démarche dite VUCA (Volatility, Uncertainly, Complexity, Ambiguity) lancée par les militaires américaines au milieu des années 90, et qui visait elle aussi à formuler une nouvelle pensée stratégique - .

Mais ce rapprochement VUCA/ISPA n'est pas totalement fortuit, la façon d'analyser le contexte urbain étant le même chez les militaires et chez Nike.

La démarche ISPA est, en effet, clairement fondée sur l'idée de survie urbaine comme l'ont expliqué les designers à l'origine de la démarche. "Des sujets comme le changement climatique, la pollution de l'air, la croissance des villes et les changements dans les transports ont certainement fonctionné comme un moteur pour l'ISPA". 

Deux ans après son lancement, la démarche a débouché sur une nouvelle gamme de produits - voir, -, mais ce n'est pas ce qui nous intéresse ici.

Nous ce qui nous intéresse, c'est le nouveau terrain que tente de défricher Nike avec cette approche que nous qualifieront de néo-survivalisme urbain ®. 

Un néo-survivalisme urbain ® que nous n'avons pas encore totalement défini - nous sommes au début de notre réflexion - mais qui vient rejoindre notre questionnement sur le survivalisme comme valeur forte du XXI° siècle et comme grille de lecture possible pour penser demain - voir :
"S'intéresser au survivalisme ?"
- "Le survivalisme comme nouvel horizon sportif ?"
- "Le survivalisme comme révélateur d'une nouvelle articulation sportive ?

Ce questionnement devrait aussi alimenter notre réflexion sur les notions d'Outdoor City ® et de Rewild City ® comme me le suggérait mon compère Patrick Roult de l'Insep.

L'objectif en tout cas est clair : tenter avec cette notion de néo-survivalisme urbain ® de développer de nouvelles approches pour revivifier une pensée et une prospective urbaine aujourd'hui terriblement pauvre et sans aspérité

On poursuit la réflexion dans les prochains posts.

Friday, June 12, 2020

ET SI C'ÉTAIT CELA UN TROTTOIR DEMAIN ?

Si demain, on met des arbres au milieu de la route - .

Si demain, les forêts envahissent nos villes - .

Si demain, on réensauvage vraiment nos villes - .

Alors, ça pourrait ressembler à quoi un trottoir demain ?

.

Thursday, June 11, 2020

ET SI ON REPLANTAIT DES ARBRES AU MILIEU DES ROUTES ?

Si on fait le pari que le réensauvagement va faire partie des grands imaginaires urbains du XXI° siècle - voir, .

Si on fait l'hypothèse que demain les rues puissent aussi devenir le territoire des animaux sauvages - voir, .

Si on imagine que la forêt devienne un imaginaire urbain à part entière - voir, .

Si on suppose que l'outdoor va irriguer nos imaginaires mobiles  - voir, .

Et si, enfin, on sait qu'il faut lutter contre la voiture en ville pour développer les mobilités actives - voir, .

Alors pourquoi ne pas imaginer la rue comme un territoire forestier ?

Et pourquoi donc, ne pas imaginer de replanter des arbres au milieu des routes ?

C'est en tout cas la réflexion développée dans le cadre de "Roundabout - Vancouver" autour de la question "à quoi ressemblerait une métropole dans le nord-ouest du Pacifique, si les urbanistes reconnaissaient et exploitaient le potentiel spatial des vieux arbres existants plutôt que leur potentiel de ressources ?"

Où quand entre réalité et photos montage, peut "s'envisager une ville entièrement différente, dans laquelle les arbres massifs ne seraient plus une rareté mais définiraient et façonneraient fondamentalement la mobilité dans le tissu urbain de Vancouver." 

Des images qui renvoient forcément et très directement à :
- "Et si la route, c'était fini ?"
- "De l'effrayant au très désirable ?"

Wednesday, June 10, 2020

ET SI DEMAIN, C'ÉTAIT CELA LES NOUVELLES RÉFÉRENCES ?


Avec l'arrivée d'animaux sauvages sur la voie publique, certaines villes ont connu pendant le confinement un réensauvagement certes très partiel, mais très rapide et totalement inédit. 

Restent aujourd'hui de vraies questions sur le poids de ces photos dans nos imaginaires : 

- Et si demain, c'était ces images les nouvelles références urbaines ?

Et si demain, la rue idéale c'était des mobilités actives et des animaux sauvages ?

Et si demain, l'espace public était aussi l'espace des animaux sauvages ?

Tuesday, June 09, 2020

ET SI C'ÉTAIT EUX, LES GRANDS LIVRES DE L'URBANISME DE DEMAIN ?

Si on fait l'hypothèse que le réensauvagement urbain va devenir une tendance forte des années à venir - voir "Rewild City ® / Et si on réensauvageait la ville ?" -, alors on regarde où pour penser cette nouvelle façon de concevoir les villes ?

Les livres d'urbanisme n'ont rien à dire sur la question.

Les livres d'architecture encore moins.

Et les livres sur les jardins et les paysages n'ont qu'une obsession, maitriser et ordonner la nature sauvage.

Le réensauvagment urbain n'est aujourd'hui enseigné dans aucune école et c’est donc le vide total dès que l’on recherche de la littérature ou des ouvrages de référence sur le sujet.

Alors, il faut se construire sa propre bibliothèque et ses propres repères.

C’est pour cela qu’aujourd'hui, je vous propose six livres qui - me semble-t-il - peuvent permettre de commencer à penser la ville sous le biais du réensauvagement.

Pour penser et réaliser le ré-ensauvagement, on peut lire :
- "Half Earth"
- "L'Europe réensauvagée"
- "Ré-ensauvageons la France"

Reste à écrire "Comment ré-ensauvager les villes".

Et pour mieux comprendre ceux qui pourraient devenir les grands acteurs urbains du XXI° siècle, on peut lire :
- "Sur la piste animale"
- "Manière d'être vivant"
- "Habiter en oiseau"

Lisez les, et vous ne regarderez plus jamais nos villes de la même façon.

On y revient très vite.

Saturday, June 06, 2020

REWILD CITY ® / ET SI ON RÉENSAUVAGEAIT LES VILLES ?


Nous vivons une troisième révolution urbaine.

Cette révolution urbaine est née comme toutes les révolution urbaine du croisement d'une révolution technique - celle du numérique - et d'une crise sanitaire - celle du Covid.

Une révolution que nous avons nommé Covidisme ® pour succéder au hausmannisme du XIX° siècle et au manhattanisme du XX° siècle - plus, .

Mais comme toute révolution urbaine, cette troisième révolution urbaine engendre de nouveaux imaginaires de nature.

Et il est clair que les jardins, les parcs, les balcons, les terrasses ne suffisent plus à répondre aux nouvelles attentes de nature des urbains.

Il va clairement falloir inventer de nouvelles réponses et de nouveaux concepts pour penser les nouveaux rapports ville/nature.

C'est dans ce cadre de réflexion que nous avons lancé il y a plusieurs mois une vaste réflexion sur la forêt avec notre Forest Lab ® et notre question "Et si la forêt devenait le grand imagnaire urbain du XXI° siècle ?"

C'est aussi et toujours dans le cadre de ce travail sur les nouveaux imaginaires liés à la nature que nous avons lancé tout récemment un chantier autour du concept d'Outdoor City ® afin d'associer un volet sportif et mobilité active à nos réflexions - voir et .

Il manquait à nos réflexions un versant naturaliste, c'est à dire un travail plus ouvert sur des sciences comme l'écologie, la botanique ou la zoologie.

C'est pour cela que nous lançons notre chantier Rewild City ® afin de travailler sur l'hypothèse du réensauvagement des villes.

Car si l'idée du réensauvagement - c'est à dire cette idée de laisser faire la nature faire et reprendre ses droits - est aujourd'hui une hypothèse de plus de plus travaillées en ce qui concerne les espaces naturels, elle est pratiquement absente des réflexions urbaines.

Nous avions déjà abordé cette question réensauvagement urbain avec
- "De l'effrayant au très désirable ?"
- "Et si la route dégradée devenait un idéal ?"


Et si ces images ne symbolisaient plus une catastrophe, mais au contraire d'un nouvel avenir réensauvagé et désirable ?

Et si elles répondaient à notre besoin de forêt - .

Et si elles répondaient à notre rêve de nouvelles rues - .

Et si elles répondaient à notre rêve de nouvelles mobilités - .

Et si elles  répondaient à notre rêve de voir les voitures disparaître - .

Il apparait aujourd'hui clairement qu'au vu des défis climatique et écologique auxquels nos villes vont devoir répondre dans les décennies à venir, nous devons aller plus loin autour des idées radicales.

L'enjeu n'est pas mince.

Car la Rewild City ®, c'est juste tout le contraire des grands récits urbains nés avec les révolutions industrielles du XIX° et les modernisations successives du XX° siècle.

Le chantier ne fait donc que s'ouvrir - on poursuit la réflexion dans nos prochains posts.