Thursday, May 27, 2021

ET SI ON IMAGINAIT PLUS SOUVENT LA RUE AVEC CETTE APPROCHE ?

Et si quand on imagine à quoi pourrait ressembler une rue sous l'angle du sport et de l'outdoor, on intégrait plus souvent les façades qui la bordent ? 

Dit autement : et si on se décidait, enfin, à penser les façades et les pieds d'immeubles comme de potentiels espaces sportifs ?

C'est la question que l'on se poser devant certaines rues de la ville espagnole de Margalef qui offrent des configurations très stimulantes pour enrichir nos concepts d'Outdoor City ®, Outwild City ® et nos démarches Rewild City ® et Rewild Urban Sport ®.

Il suffirait juste que le services d'urbanisme et les promoteurs acceptent parfois de penser différemment ce qu'est une rue et ce qu'est faire du sport aujourd'hui en milieu urbain.

Bref, d'accepter de pensée la rue à partir d'une nouvelle carte des pensables.

Les deux slides qui débutent ce post sont extraits de notre étude prospective "Outdoor - Ce sont quoi les nouveaux territoires de l'outdoor ?" dont nous avons déjà parlé .

Wednesday, May 26, 2021

ET SI ON EN FAISAIT AUTANT POUR LE CORPS QUE L'ON EN FAIT POUR LA VOITURE ÉLECTRIQUE ?

Chevrolet vient de lancer dans certains pays, et notamment aux Etats-Unis et au Mexique, une campagne publicitaire en faveur de ses voitures électriques - .

Mais plutôt que de présenter ses modèles, le constructeur préfère montrer qu'aujourd'hui il est plus facile de recharger sa voiture électrique que de faire un plein d'essence.

Et il faut reconnaitre que la cartographie comparant le nombre potentiel de prises électriques à celle des stations service dans certaines villes est d'une redoutable efficacité.

C'est malin même si cela ne va pas forcément dans le bon sens

Quand je dis "pas dans le bons sens", c'est que cette campagne va encore un peu plus décomplexée l'utilisation de la voiture en ville ce qui est bien évidement une aberration. 

Rappelons que même électrique, la voiture reste une grosse consommatrice d'énergie mais aussi, et surtout, une terrible consommatrice d'espace au dépend des piétons et de la mobilité active.

Ne serait ce que sur les deux villes mises en avant par Chevrolet, nous avons déjà montré combien la voiture était un vrai fléau spatial pour New-York et Mexico.

- Sur la situation à Mexico, voir "Ça pourrait être quoi le trans-sport ® à Mexico ?"

Mais on ne va pas reprocher à Chevrolet de faire son métier en essayant de vendre toujours plus de voiture.

Par contre, on peut se demander pourquoi ce genre de cartographie n'existe pour la mobilité active et sportive ?

Je ne parle évidement d'une carte où l'on peut trouver des vélos électriques, mais d'une carte qui en un clin d'oeil permettrait de savoir où on peut par exemple se changer, se doucher, se rafraichir ... 

Bref, une carte où trouver toutes ces aménités servicielles pensées non par pour des machines, mais pour des corps.

Dit autrement : une carte qui montrerait qu'il est plus facile de prendre une douche que de recharger sa voiture électrique !!

Reste encore aujourd'hui à inventer tout un nouvel éco-système de la mobilité sportive.

Voir ,  ou .

Tuesday, May 25, 2021

ET SI C'ÉTAIT CELA LE NOUVEAU QUOTIDIEN DES ATHLÈTES FÉMININES AUJOURD'HUI ?

Se battre pour oublier son image sur les réseaux sociaux.

Se battre contre les trolls dévastateurs sur son physique.

Refuser d'être ultra-programmée et formatée par les datas.

Se forcer à ignorer la pression médiatique avant les compétitions.

Tenter de se définir de nouvelles règles permettant de mieux vivre son sport.

Refuser les discours dominants qui enferment dans une image préétablie.

Et si c'était cela les vrais combats que devaient aujourd'hui mener au quotidien les athlètes féminines de très haut niveau ?

C'est en tout cas la question que l'on peut se poser devant la formidable série VS que la marque de cosmétique japonaise SK-II  propose actuellement sur les pressions vécues au quotidien par les jeunes athlètes de très haut niveau.

C'est la face cachée sur les doutes et les agressions subies par des stars comme la gymnaste Simone Biles ou la nageuse Liu Xiang qui est révélée là.

Si certaines de ces réalités sont ultra connues (lutter la pression médiatique, lutter contre la peur de mal faire...), d'autres plus récentes comme la pression des réseaux sociaux ou le formatage du aux datas émergent de façon très forte et apparaissent encore plus destructrices.

Si ces témoignages se veulent positifs, ils n'en dessinent pas moins un tableau assez sombre du très haut niveau aujourd'hui.

Des réalités trop souvent occultées ou niées par le monde sportif aujourd'hui.

On reparlera, .

Monday, May 24, 2021

ET SI EN 2050, LE CLIMAT DEVAIT RÉVOLUTIONNER LE SPORT ?

En 2050 en Chine, la Coupe du monde de football a été entièrement revue et repensée pour préserver la santé des joueurs. 


En 2050 en Australie, des dômes climatisés sont construits pour éviter la disparition du cricket.


En 2050 dans les Alpes, les sports d’hivers se pratiquent dans des montagnes sans neige.

En 2050 en Angleterre, le golf ne se joue plus sur des green trop consommateurs d'eau.

Quand dans le cadre de son programme "Sport 2050 - Futur news from a warmer world"la BBC imagine ce que pourrait être le sport demain, ça donne ces quatre scenarii.

Quatre scenarii pas forcément très originaux, mais qui ont le grand mérite de rappeler qu'avec le réchauffement climatique un certain nombre de pratiques sportives vont devoir se réinventer.

Quatre scenarii qui rappellent aussi - et surtout - que la prochaine révolution du sport ce n'est pas la data, mais le climat.

On en reparlera, .

Thursday, May 20, 2021

ET SI NIKE POURSUIVAIT SON GRAND DÉZINGUAGE DES VALEURS SPORTIVES ?

Il y a quelques jours, Nike lançait sa nouvelle campagne mondiale Play New, véritable de pied de nez aux grandes valeurs de l'olympisme - .

Aujourd'hui, Nike semble poursuivre son dézinguage des valeurs sportives traditionnelles avec sa démarche Find Your Fast.

Une démarche destinée à remettre les gens au sport, et plus particulièrement au running, mais qui est une véritable apologie des valeurs considérées longtemps comme non sportives, à savoir la lenteur - "own your slow before" - et le refus de pousser ses efforts trop longtemps - "stop the run before you need to".

Soit en quelques jours, un deuxième pied nez aux visions traditionnelles du sport et de l'effort.

Un peu comme si Nike était en train d'essayer de redéfinir ce que pourraient être les valeurs du sport capables de parler au plus grand nombre au XXI° siècle.

Tuesday, May 18, 2021

ET SI PATAGONIA DEVENAIT UN FUTUR CONCURRENT POUR EDF ?

Les marques américaines d'outdoor ont toujours eu beaucoup d'avance dans la défense de l'environnement - .

Mais à l'heure ou toutes les marques, notamment de textile, font du greenwashing, ces grandes marques américaines d'outdoor ne peuvent plus se contenter de dire qu'elles font des vêtements recyclés. 

Il faut qu'elles passent un cap dans leur combat écologique si elle veulent continuer à exister dans un brouhaha consumériste qui met du vert partout.

Patagonia a très bien compris cette menace de dilution de ce qui a longtemps fait son identité - .

Il ne s'agit donc plus seulement pour les marques d'outdoor de défendre la nature, mais de proposer de nouveaux modèles de productions moins polluants et plus juste socialement.

C'est ce que fait Patagonia avec son projet We The Power, visant à permettre aux citoyens de produire leur propre électricité.

On y retrouve toute l'esprit écolo des années 70 visant à lutter contre les monopoles au profit de petites unités de production locales - voir, .

Quand Patagonia dit "l'avenir de l'énergie appartient aux citoyens" ...

Quand Patagonia propose d'imaginer "un nouveau modèle énergétique" ...

... Patagonia propose clairement un combat politique à mener.

Un combat contre un certain modèle industriel.

Un combat contre le modèle dominant de la production électrique aujourd'hui dans le monde ; celui des méga compagnies peu transparentes et du système centralisé qui leur est associé. 

Avec sa démarche We The Power, Patagonia devient donc clairement le concurrent idéologique d'une compagnie comme EDF.

Un peu comme si Patagonia devait bientôt dépasser et remplacer Greenpeace, c'est à dire en ne se contentant pas de critiquer la production nucléaire, mais en proposant et en soutenant des alternatives crédibles.

Faut-il s'en plaindre ?

Wednesday, May 12, 2021

ET SI LES NUTRITIONISTES DEVENAIENT LES GRANDS URBANISTES DU XXI° SIÈCLE ?

En octobre 2017, Transit-City proposait de créer le concept d'Obé-Cité ®  afin d'intégrer la condition physique dans les analyses urbaines et mobilitaires.

Voir :

En France, pays dans lequel il est toujours difficile de parler du physique en général et des gros en particulier, notre proposition n'a pas rencontré un gros succès (dans d'autres pays européens, nous n'avons pas eu ce problème). 

Pour beaucoup de professionnels de la ville, l'obésité est un enjeu de santé publique, mais pas d'urbanisme.

Grave erreur, selon nous.

Et c'est donc avec un réel plaisir, que nous avons découvert il y a quelques jours le lancement d'une démarche appelée Obecity

Financée par le Pennington Biomedical Research CenterObecity vise à réinterroger l'approche de l'obésité en la traitant à la fois sous l'angle de la souffrance individuelle mais aussi, et surtout, sous l'angle plus global de l'American Way of Life qui n'incite ni à l'effort, ni à faire vraiment attention à ce que l'on mange.

Mais le site Obecity dépasse largement la situation américaine. L'analyse pourrait s'appliquer à de nombreux autres pays.

Obecity dépasse le seul problème de l'obésité. Cette dernière n'est que la partie la plus visible d'un problème plus large.

Obecity est une vraie réflexion politique sur nos modes de vie et nos modes de consommation.

Obecity nous montre que si notre nouvel modernité urbaine est très séduisante, elle n'est par contre absolument pas soutenable notamment sur le plan de la santé publique. 

On s'en doutait un peu.

D'où notre hypothèse : Et si désormais, on intégrait systématiquement des nutritionnistes dans les réflexions urbaines ?  

Aujourd'hui, on intègre les émissions de carbone dans l'analyse urbaine. Alors, pourquoi ne pas imaginer que demain on intègre aussi la consommation de calories dans les aménagements urbains ? Un ascenseur serait ainsi mal noté face à un escalier, et un drive-in face à un marché traditionnel.

Ce post n'est qu'une étape dans notre réflexion. 

Et on poursuit notre chantier Obé-Cité ®.

Monday, May 10, 2021

ET SI LE ESPORT SERVAIT DE BASE À UN NOUVEAU RÉCIT OLYMPIQUE ?


L'avantage quand on est dans la merde, c'est qu'on est obligé de bouger et d'innover.

C'est la situation que vit actuellement le Comité International Olympique qui se prend de plein fouet deux phénomènes de nature très différents mais qui le déstabilisent complètement.

- Un phénomène structurel qui est celui de la désaffection des JO dans les imaginaires sportifs des jeunes générations.

- Un phénomène conjoncturel qui est celui de la menace que la pandémie fait toujours peser sur l'organisation des JO de Tokyo cet été.

Deux réalités qui ont obligé le CIO à accélérer sa mutation notamment vis à vis du esport.

Le CIO a, en effet, annoncé il y a quelques jours avoir passé des accords pour l'organisation d'épreuves de esport avant et pendant les J.O.

Avant les J.O, ça sera les les Olympic Virtual Séries.

Pendant les J.O, ça sera les Intel World Open.

Cette double arrivée devrait bouleverser les choses en posant a minima trois questions très concrètes sur l'identité des Jeux Olympiques :
- c'est quoi demain une enceinte sportive ?
- c'est quoi demain la représentation d'un corps d'athlète ?
- c'est quoi les J.O., si les sports motorisés y sont autorisés ?

Reprenons les choses.

Première question : c'est quoi demain une enceinte olympique ?

Les Jeux Olympiques, c'était jusque-là des enceintes dédiées et des espaces très encadrés et normés.

Avec le esport, tout peut devenir enceintes sportives. 

Virtual Regatta, c'est potentiellement l'arrivée du grand large.

Zwift, c'est l'arrivé des athlètes enfermés dans une pièces qui font semblant d'avancer

C'est quoi dans ces conditions un équipement sportif demain ?

Est-ce qu'un seule structure pourra accueillir toutes les épreuves sportives ?

Question induite : Est-ce que demain cela vaudra toujours le coup de construire des enceintes sportives de plus en plus chères ?


Deuxième question : c'est quoi demain le corps d'un athlète olympique ?

Les Jeux Olympiques, c'était jusque-là des corps athlétiques.

Avec le esport, tout corps peut devenir corps athlétique.

eBaseball Powerful Pro Baseball, c'est l'arrivé des athlètes gamefiés et sans jambes.

Street Fighter V, c'est l'arrivée des corps fictionnels dopés aux super pouvoirs.

C'est donc reconnaitre avec ces deux jeux vidéo, que tout corps est potentiellement un corps d'athlète légitime.

C'est aussi reconnaitre que les frontière du corps vont devenir de plus en plus difficile à déterminer.

Question induite : Entre virtuel et prothèse d'handisport, c'est quoi demain la définition d'un corps d'athlète ?


Troisième question : c'est quoi les J.O, si les sports motorisés y sont autorisés ?

Les Jeux Olympiques, c'était jusque-là des corps d'athlètes et uniquement des corps.

Avec le esport, le moteur va remplacer le corps.

Gran Turismo, c'est l'arrivée de la voiture aux J.O. 

Rocket League, une partie de foot avec des voitures, c'est la concrétisation du remplacement du corps du sportif par une machine.

C'est un vrai basculement 

Au départ, il y a eu l'athlète avec ses muscles.

Ensuite, il y a eu l'athlète handisport équipé de prothèses.

Aujourd'hui, arrive le moteur virtuel.

Demain va-t-on voir arriver de vraies épreuves automobiles aux J.O ?

Question induite : C'est quoi la définition d'un sport olympique demain ?


On comprends qu'à partir de ces trois questions, pourraient se construire les bases d'un récit olympique totalement renouvelé pour le XXI° siècle.

Un nouveau récit olympique avec une nouvelle définition de ce qu'est une enceinte sportive demain.

Un nouveau récit olympique avec une nouvelle définition de ce qu'est un corps d'athlète demain.

Un nouveau récit olympique savec une nouvelle définition de ce qu'est un sport demain.


On vous laisse méditer.

Et on en reparlera forcément beaucoup plus longuement lors des Rencontres de la Prospective Sportivenotamment avec Nicolas Besombes, vice président de France Esports.

Friday, May 07, 2021

ET SI NIKE ÉTAIT JUSTE EN TRAIN DE FLINGUER LES VALEURS DES JEUX OLYMPIQUES ?

Commençons ce post par deux banalités :

- le sport vit aujourd’hui une mutation radicale de ses pratiques et de ses imaginaires,

- la compétition et les Jeux Olympiques ne sont plus les grandes références qu’ils furent au XX° siècle.


Face à ces constats, les Jeux Olympiques tentent de s’adapter en s’accaparant de nouveaux sports (surf, escalade, skate …) et en s’acoquinant avec le eSport.


Les équipementiers, eux, sont obligés de se chercher de nouveaux positionnements marketing.


Que dire sur le sport quand les J.O ne font plus rêver les jeunes générations et que leur organisation est très incertaine pour cause de Covid ?


Nike a choisi (mais avait-il le choix ?)


A 80 jours de l’ouverture des Jeux de Tokyo, l’équipementier américain vient, en effet, de lancer une grande campagne intitulée de façon très symbolique “Play New” - film, .


Le film n'est qu'apologie de l'échec, de la persévérance, du partage, de la rigolade, du "ce n'est que du sport", du "ben, c'est pas si grave" et du "j'y retourne, même si c'est pour me prendre une gamelle !"


LePlay New de Nike n'est ainsi que du hors-stade et du hors-compétition !!


Soit juste l'inverse des territoires et des valeurs de l'olympisme.


Nike célèbre le pouvoir du jeu et non pas le pouvoir des Jeux.


Bref, si Nike avait voulu montrer que les J.O. n'étaient plus vraiment le moteur du sport au XXI° siècle, il ne s'y serait pas pris autrement.


On en reparlera forcément le 24 juin, .

Wednesday, May 05, 2021

ET SI UN ATHLÈTE NE POUVAIT PLUS AVOIR UN CORPS NORMAL ?

Au départ, c'est un film en faveur de l'athlète sud-africaine Caster Semenya interdite de compétition par la Fédération internationale d'athlétisme en raison de son taux de testostérone trop élevé - .

A l'arrivée, c'est un film qui pose une vraie question.

Et si au delà de la génétique, un athlète de haut niveau ne pouvait plus avoir un corps normal ?

"L’athlète résulte d’une production scientifique et politique qui confine à l’eugénisme. 
Il est sélectionné parmi des milliers, parfois programmé avant sa naissance. 
Les morphotypes se sont tellement affinés en quelques décennies qu’il n’est plus possible de confondre les disciplines au vu des corps surentraînés, hyper spécialisés. 
Gymnastes, nageurs, marathoniens incarnent ainsi leur sport de manière allégorique et l’extrémisation de leur pratique. 
La surnaturation technicienne du corps des champions rencontre paradoxalement un hyper naturalisme, une prédétermination physique essentielle." - Isabelle Queval in "Le sport le diable au corps"

Dit autrement : et si tous les athlètes de haut niveau avaient forcément des corps anormaux


Dans ce contexte, c'est quoi demain l'exemplarité de l'athlète de haut-niveau pour le commun des mortels ?

Une référence ?

Un repoussoir ?

On en reparle, .