Wednesday, September 05, 2018

ET SI NOUS ENTRIONS DANS LE 4° TEMPS DES MOBILITÉS MONTAGNARDES ?


Dans sa passionnante intervention faite lors de notre Atelier "Et si la montagne nous aidait à penser autrement la ville et ses mobilités ?", le fin connaisseur de ce monde et par ailleurs numéro 2 de Gares & Connexions qu'est Pierre-Louis Roy distinguait trois grandes temporalités dans les mobilités montagnardes.

Afin de prolonger les réflexions de Pierre-Louis Roy et celles esquissées dans notre précédent post, "et s'il était urgent de réinventer l'UTMB ?", nous faisons ici l'hypothèse que nous serions sur le point d'entrée dans une quatrième phase.

Cette quatrième phase serait conduite par une contrainte majeur - le réchauffement climatique - et de trois demandes sociétales fortes, celle pour le sport, celle pour la santé et celle pour la nature.

Ca serait donc une phase beaucoup plus tournée autour des mobilités actives, de l'effort physique et du sport comme tente déjà de le faire un mouvement comme le "Mountain Wilderness".

Ca serait une phase qui ne demanderait plus d'équipements lourds qui défigurent la montagne, mais au contraire une préservation extrême de la nature et de ses éco-systèmes.

Cette quatrième phase serait le contraire de ces 60 dernières années d'aménagement de la montagne très axées autour de la voiture et des équipements mécaniques destinés au stations de ski et qui montre aujourd'hui toutes ses limites avec le réchauffement climatique.

Le passage à cette quatrième phase ne va évidemment pas se faire du jour au lendemain surtout quand on découvre les projets totalement délirant de certaines stations de ski pour faire face au réchauffement climatique - voir, "c'est quoi une piste de ski demain ?", mais cet exercice des 4 Temps permet d'essayer de définir une première ligne de réflexions et d'actions pour penser demain.


On poursuit la réflexion.