Thursday, January 24, 2019

ET SI LE GARAGEÏFICATION MANGEAIT LA ROUTE ?

Aujourd'hui le garage sert à tout... sauf à garer une voiture.

Le garage est devenu un espace de liberté au coeur de l'habitat.

On en a souvent parler dans ce blog
"Et si c'était le garage qui devait révolutionner l'habitat ?"
"Et si la montagne devait aussi changer le garage ?"
"Mutation du garage : de la voiture à la prothèse ?"

Et un tout récemment un ouvrage édité par le MIT et titré sobrement "Garage" est venu rappeler la mutation radicale qu'à connu cet espace devenu dans l'imaginaire collectif un espace exceptionnel de créativité - très belle analyse, .

Hewlett Packard a largement participé à cette mutation du regard avec ses fameuses "Rules of the garage" apparues en 1999 afin de renforcer la mystique de l'innovation de la marque.

Apple et de Steve Jobs ont eux aussi participé à cette évolution - voir, "Le garage, le campus et la chambre"

Certains ont même créé le néologisme de "garageïfication" pour parler qualifier tout détournement des espaces au profit de nouvelles pratiques plus ou moins atypiques.

L'une des questions que l'on est droit de se poser est : et si la garageïfication, après avoir changé la pensée sur l'habitat, pouvait maintenant aussi changer la pensée urbaine ?

C'est indirectement à cette question que répond le projet "Rebel Garage" conçu pour repenser les espaces de circulations dans les banlieues de Chicago.

Avec "Rebel Garage", une nouvelle typologie de rue est inventée à partir de "garages" qui ne sont plus des garages, mais des espaces mi-privatifs/mi-collectifs d'un genre nouveau et très différents les uns des autres.

Une vision qui peut renvoyer aux pistes d'ultra densification évoquées dans "And if the American suburb become dense ?" (image ci-dessous)

On en reparle le vendredi 15 février lors de notre Atelier "Et si la route, c'était fini ?"