Monday, January 14, 2019

ET SI PEU À PEU, LES MARQUES DE SPORT REMPLAÇAIENT LES PARTIS POLITIQUES ?

Le sport change.

La politique change.

La preuve : la dernière campagne "Wall are meant for climbing" ouvertement anti-Trump signée North Face

Elle s'inscrit dans un mouvement beaucoup plus large de prise de parole de plus en plus politique de la part de certaines grandes marques de sport aux Etats-Unis.

En septembre, Nike avait ouvert les hostilités avec son fameux spot "Dream Crazy" commenté par le footballeur rebel Colin Kaepernick.


En octobre, à l'occasion des élections des mid-terms, c'était au tour des marques de l'out-door de faire front commun contre un certain nombre de décision de Trump, notamment d'ouvrir à l'exploration pétrolière certains parcs nationaux jusque là protégés - voir, "quand l'out-door américain s'engage dans l'écologie politique"

Aujourd'hui, c'est North Face qui s'attaque ouvertement à Trump à la fois en soutenant les parcs nationaux victimes du shutdown, mais aussi, et surtout, en attaquant l'idée qu'un mur soit construit entre les Etats-Unis et le Mexique.

Cette offensive anti-Trump se fait via la très puissante signature "Wall are meant for climbing" qui n'était à son lancement qu'une simple signature commerciale en faveur de l'escalade - voir, -, et qui est devenue depuis, un véritable slogan politique.

Sous cette signature "Wall are meant for climbing", North Face associe de façon très maline d'anciennes déclarations de Trump avec celles d'alpinistes emblématiques comme Montserrat Matehuala ou Conrad Anker.

On peut voir cette campagne comme purement opportuniste.

On peut aussi la voir comme le résultat d'une double mutation.

Une mutation du sport, d'abord. Cette évolution du discours de North Face s'inscrit, en effet,
dans un mouvement beaucoup plus large de la nécessité pour les marques de sport de dépasser le seul discours sportif pour avoir un discours plus sociétal - voir les cas de Patagonia, Adidas ou Rapha.

Une mutation de la politique, ensuite, qui fait qu'aujourd'hui les partis traditionnels n'apparaissent aujourd'hui plus légitimes pour répondre aux grandes questions de sociétés, et notamment sur l'écologie ou les défis de la mondialisation.
Voir :"Et si les marques d'out-door remplaçaient les écolos ?"

Aujourd'hui la représentation politique ne passe plus seulement par les élections, mais aussi par la consommation avec l'adoption de certaines marques et le rejet de certaines autres.

Le marketing va changer en étant moins accès sur les produits et plus sur les valeurs.

Le marketing va s'engouffrer dans la place laissée libre par les partis politiques traditionnels.

D'où la question du titre : et si demain les marques de sport devaient remplacer les partis politiques défaillants ?  

On en reparle très vite.